Des blablas de toutes sortes

L’amour et moi, c’est tout un poème… ou pas.

Graff’ du Panier, Marseille

Ces derniers temps, de lire de belles nouvelles remplies d’espoir chez des aminettes dont le bonheur me fait tellement chaud au coeur (elles se reconnaîtront, j’en suis sûre 😉 ) m’a donné l’envie (à ce stade c’est plutôt du courage chez moi…) de sortir de ma zone de confort sentimentale et de me confronter à mes angoisses et apprendre à faire sauter les barrières de l’amour. 

J’ai choisi un jour où j’étais à peu près bien pour regarder les profils, cliqué sur certains en mettant un petit coeur qui signifient qu’ils peuvent me contacter. Ce qu’a fait l’un d’entre eux, avec un petit mot plus personnalisé qu’un vague « salut » qui me bloque personnellement, parce que si on ne me parle pas, je ne suis pas douée pour engager la conversation. A lui je pouvais au moins répondre quelque chose. Je prends plaisir à papoter avec lui depuis plusieurs jours maintenant. Sauf que je me retrouve devant les difficultés que j’ai mises de côté durant toutes ces années où j’ai refusé qu’on entre dans ma vie, sous le prétexte que je n’étais pas « aimable », que je ne savais plus ni aimer, ni apporter quoique se soit à quelqu’un. La fibro et tout le reste ont beaucoup d’incidences sur ma vie dans le quotidien, je me suis toujours dit que lorsque j’irai mieux, là je serai plus à même de rencontrer quelqu’un. Sauf que si j’attends ça, je vais arriver à 80 ans, entourée d’une 10zaine de chats, à regretter de ne plus avoir connu ce qu’est le verbe aimer et s’il faut vraiment que je m’efforce de vivre au mieux, je n’ai pas envie d’arriver à ça, parce que je ne fais pas partie de ces célibataires endurcies qui ne veulent plus d’homme dans leur vie (ce que je peux aussi comprendre si on a vécu déception sur déception, ce qui n’est pas mon cas heureusement sinon le tout mélangé et je n’aurais plus d’espoir pour de bon)

J’ai essayé de noter toutes ces angoisses pour les mettre à plat, voir celles qui étaient réelles, celles qui sont fondées pour tout le monde et celles qui sont « imaginaires » parce que je doute sur celle que je suis. Les réelles étant liées à mon corps et ce qu’il arrive à faire ou pas. Je n’ai pas eu envie de dire pourquoi je ne faisais pas telles choses, pourquoi mes journées étaient celles qu’elles étaient (il s’est intéressé davantage à celle que j’étais à travers ce que j’aimais plutôt qu’à mon emploi d’ailleurs, ce que j’ai apprécié), pourquoi lors d’une sortie je ne pourrai confirmer que la veille et pire que je risque d’annuler le jour-même. Même dans nos contacts quotidiens, il m’arrive d’être fatiguée de parler, alors je cache en mentant la raison de mon silence d’un coup. Sauf qu’en lui mentant, je réalise à quel point c’est difficile pour moi de m’investir juste à ce niveau-là. D’autres se sont lassés de m’attendre bien avant lui. Et c’est juste une partie de mes questions, parce que les autres sont trop intimes pour que je m’aventure à en parler ouvertement ici. 

Les rêves sont bien utiles parfois, surtout les miens parce que j’ai la chance de m’en souvenir. Surtout pour la plupart, car mon subconscient parle si fort que je l’entends venir pour me dire certaines choses à travers ces rêves étranges mais qui ont une signification. Dans un de ces rêves, il y avait quelqu’un dont je cherchais la présence parce que j’aimais être avec lui et il me manquait dès qu’il disparaissait, il me tardait de le retrouver. Et je me suis souvenue de ce que l’amour m’avait apporté et j’ai su que cette sensation là, vécue grâce à mon subconscient bavard, me manquait aussi. A condition que je tombe sur quelqu’un qui comprenne bien des choses aussi à mon sujet et me supporte avec des trucs avec lesquels j’ai moi-même du mal… alors comment quelqu’un pourrait aimer ce que je n’aime pas ?… A quel moment, si on continue à parler, voire se rencontrer, il faudra que je dise certaines choses et dans quelles mesures avouer mes difficultés (même si elles seront visibles dès qu’il me verra) pour que ça ne prenne pas toute la place et que ça en laisse pour découvrir celle que je suis réellement derrière toute cette merde. 

Je n’ai pas envie de tout justifier, je ne veux pas qu’il pense que certains non sont dirigés contre lui mais que c’est parce que je me sens juste stoppée par mon corps. Je ne sais pas comment en parler en réalité, sans être lourde et qu’il me voie comme un poids plutôt qu’une jeune femme à découvrir. 

J’ai toujours eu l’impression en plus, d’avoir éteint toute la machine pendant toutes ces années d’anorexie et ensuite de fibro, parce que ça a souvent provoqué un écart. Un peu comme dans Hibernatus, quand Louis de Funès se réveille après des années de coma. J’ai raté tant de ma vie… il m’arrive même de me demander si je me connais réellement. 

Jamais été douée en plus en amour, ce qui n’arrange pas mes affaires pour me dire « souviens toi de telle expérience, aide toi en ». Non il ne vaut mieux pas pour le peu que j’ai en souvenir… Je n’ai pas envie d’un infirmier à mes côtés. Ou quelqu’un qui se lance le challenge de virer mes barrières et s’en ira après avoir réussi ou pas l’exploit de ce défi.

Comment on peut donner quelque chose à quelqu’un quand on se sent éteinte soi-même les 3/4 du temps. Comment ne pas faire fuir, quand soi-même nous avons envie de fuir celle qu’on est. Je suis perdue. Par moments, je me dis de juste laisser venir voir les choses, que ce soit avec lui ou quelqu’un d’autre d’ailleurs. De me détendre, tout en me taisant et en disant le stric minimum. Et à d’autres moments, j’ai envie de dire « fuis ! vas parler à quelqu’un d’autre ! il n’y a rien pour toi avec moi ! » 

Parfois j’aimerais sentir que tout vient spontanément avec la personne, que tout est simple au point de savoir quoi dire de façon mesurée, mais je ne sais pas si ça existe… 

« Chaque personne qu’on s’autorise à aimer, est quelqu’un qu’on prend le risque de perdre. » Avec cette phrase de Grey’s Anatomy (philosophe hautement qualifié en relations humaines ^^), je suis parée pour essayer de voir l’avenir non pas seule mais à deux. En étant moi-même mais en faisant ressortir mon côté vivant de moi pour laisser l’obscurité en arrière plan… Et tout viendra naturellement si quelque chose doit se passer… ou pas…

#ptiteDelphpasamoureusemaisdéjàtourmentée

Preneuse de conseils accessoirement…

 

Publicités

12 commentaires sur “L’amour et moi, c’est tout un poème… ou pas.

  1. C’est le premier pas qui coute Delphine!
    Je suis contente que tu l’ai fais. Je comprends tes doutes, j’en avais moi aussi. Je pense qu’il existe des hommes bien qui peuvent comprendre certaines choses (mieux que d’autres) et pour qui la personne que tu es compteras plus que tout le reste.
    L’amour c’est toujours un risque à prendre ma belle. Ils disent des trucs sensés dans Grey’s Anatomy!
    Tu es une très belle personne ne l’oublie pas! Tu mérites le bonheur et le meilleur Delphine!
    Je t’envoie plein de douces pensées et plein d’amour aussi.

    1. C’est ce que je me suis dit au moment de lui répondre, que ce serait le 1er pas (il est toujours difficile quelque soit le domaine et la situation ce fichu 1er pas) et que le reste suivrait ou pas, mais au moins je n’aurais pas laissé du silence derrière moi. Je le rencontre samedi, on va voir la fête du vent, on verra ce que ça donne :/ je me retrouve pas mal dans ce qu’il aime, dans ce qu’il fait, c’est déjà ça. Il ne sait rien et je n’ai rien dit, je verrai ça en temps voulu si j’ai des difficultés à rester debout par exemple. Merci ma Marie, je vais essayer de m’en souvenir que je n’ai pas à pensé bien des choses de celle que je suis mouais… en espérant qu’il fasse partie de ces hommes qui sont assez sensibles et ouverts pour comprendre un peu. Je ne demande pas le décrochage de lune. De gs bisous à toit et ptit Arlo ^^ ❤

  2. Le meilleur conseil que m’a donné un ami très cher, c’était : cécile, saute les barrières ! Je l’ai fait ! Et j’ai bien fait ! Depuis, le barbare, qui était un ami, est devenu mon amoureux 🙂
    Gros bisous et chaudoudoux !

    1. Pour te prouver que tu te trompes en disant « je n’ai pas les bons mots », j’ai accepté d’aller avec lui à la fête du vent, samedi sur la plage. Faire sauter les barrières parce qu’au lieu de nous protéger, elles finissent par nous étouffer… alors merci pour ce conseil que je suis contente que tu aies suivi avec le barbare 🙂 Gs bisous ma belle et merci ❤

  3. Ma petite Delphine, ma chérie !!! Merci de partager avec nous ton ressenti, tes doutes, tes pensées…
    Tu n’as pas à chercher les bons mots, ni à adopter le bon comportement. Il n’y a pas de recette, de conseils particuliers que tu dois attendre pour te lancer sinon de ne pas être quelqu’un d’autre que toi-même. Les choses viendront naturellement, tu l’écris à la fin, avec la personne avec qui ce sera possible. Il est vrai que le plus dur reste le premier pas, mais à ce que je vois, vous communiquez déjà. Ne te freine pas parce que parfois tu as envie de faire un effort et d’autres fois non, dis-lui, parle-lui, sois honnête par rapport à ta situation et tu pourrais être surprise de la réaction. S’il ne connaît pas ton quotidien face à la fibro, comment pourrait-il de son côté être présent pour toi ?
    Quand l’Amour est là, il embrasse tout et nous fait accepter nos imperfections, tu sais. L’Amour de l’autre nous apporte énormément d’amour de soi quand il a lieu dans le respect et la tendresse.
    Gros bisous !! ❤

    1. Merci ma Julie pour tes mots. Il ne sait pas ce qu’il y a par contre, j’ai été obligée de lui dire qu’en ce moment je n’étais pas en grande forme, pas assez du moins pour qu’il voie celle que je suis réellement, parce que ça me tient à coeur qu’il me rencontre quand je me sens à peu près bien même si les douleurs sont permanentes chaque jour, il y a des moments où j’arrive à mieux tenir la distance et où le syndrome de fatigue chronique est moins présent. En ce moment je me sens éreintée du peu que je fais du coup mes mini balades durent 1h et puis je rentre de nouveau. Quand j’arrive à sortir sans avoir l’impression que tout mon corps va partir avec. Je ne peux pas lui expliquer ça, aujourd’hui il m’a dit qu’il n’y avait pas de souci, qu’on pouvait continuer à échanger comme on le fait même si j’avoue ne pas être super bavarde et qu’on pourrait se téléphoner quand on serait prêts. Il a peut-être bien senti qu’en plus il allait un peu trop vite pour moi dans son envie de me rencontrer. On se rejoint sur beaucoup de choses côté goûts.
      Après je crois que j’aurai toujours peur que la personne en face de moi se transforme en infirmier, ce que je ne souhaite plus. Les relations pansements, aussi bien côté amour que côté amitié, ce n’est pas bon. J’y vais vraiment mollo du coup… parfois ça me pèse même de devoir essayer de parler alors que si j’étais un peu mieux, c’est quelqu’un vers qui j’irais pour parler. C’est pour ça aussi que j’essaie de ne pas lui fermer toutes les portes. Je pourrais avoir Keanu Reeves devant le pif que je serais capable de lui dire de revenir parce que j’ai mal et que je suis un peu épuisée sur les bords, c’est dire… ^^ Le côté positif comme j’avais dit une fois, c’est que je crois toujours en l’amour, alors que ça pourrait être bien l’inverse aussi. On verra où ça nous mène :/ Profite à fond de ton côté, ne laisse personne casser tout ça ❤ de gs bisous

  4. Suis pas douée en conseils, je crois que se mettre à nu devant quelqu’un est la chose la plus terrifiante qui soit, montrer nos faiblesses, risquer d’être blessée… Mais ça vaut la peine d’affronter nos peurs, de nous ouvrir aux autres, de se laisser surprendre par ce que l’on peut partager! Bonne soirée samedi, je penserai à toi!

    1. Oui il y a toujours le risque, ce qui peut bien freiner, mais ce qui est dommage parce qu’il y a le risque aussi de passer à côté de belles personnes. Depuis 2 ans, je me suis renfermée et j’ai du mal à faire confiance quelque soit le niveau, du coup j’essaie de me réouvrir aux autres, de sortir de cette fameuse zone de confort qui peut aussi faire en sorte qu’on n’avance plus à aucun stade et c’est ce qui se passe pour moi depuis quelques temps et ça me rend éteinte… je n’étais pas assez bien samedi pour tenir debout toute une après-midi, ce sera partie remise, je lui ai carrément dit tout à l’heure que je ne savais pas quand par contre, pour lui donner le choix aussi de me dire qu’il n’avait peut-être pas envie d’attendre. C’est gentil en tout cas, je te remercie ❤ gs bisous

  5. Je pense qu’avant toute chose il est essentielle d’avoir une certaine confiance en toi. Tu es « aimable », Delphine, mais cet amour c’est déjà toi-même qui dois te le donner !
    concernant le site de rencontre, le fait que tu aies mis de l’énergie à regarder les profils est positif et montre que tu as envie d’aller de l’avant. Toutefois ne fais rien qui te mette complètement mal à l’aise. Bien sûr il faut sortir de sa zone de confort, mais il faut aussi se respecter, respecter ses envies, ses attentes… Expérimente et fais le à ton rythme ! Surtout : fais-toi plaisir. ❤

    1. Oh oui t’en fais pas, je vais à mon rythme, comme je disais, il est au courant maintenant que quelque chose ne va pas, que je ne sais pas à quel moment je retrouverai au moins un peu d’énergie pour qu’il n’ait pas une image faussée de moi non plus à moitié endormie dans un coin ou en train de me tortiller de douleur. J’avance tout doucement. Si j’attends d’avoir confiance en moi, on va me retrouver momifiée par contre ^^
      Par contre après tout ce que j’ai vécu et les abus, il est clair que je respecte d’autant plus ce dont j’ai besoin et envie. Il m’a toujours fallu du temps pour m’habituer à quelqu’un, c’est d’autant davantage le cas. On va dire qu’au milieu de quelques autres profils, il a été celui qui m’a donné envie de le connaître mieux parce que ça passait tout seul quand on parlait au début. Il se trouve que depuis quelques jours, avec le changement de temps, je souffre encore plus, n’arrête pas de dormir, le moral ne vole pas bien haut depuis lundi, il le sait, j’aurais bien pu me forcer à galoper samedi comme on avait prévu de se voir, mais je ne me sentais pas de faire semblant d’être en super forme juste pour lui cacher. Autant je ne veux pas tout dire, autant je suis bien incapable de mentir aussi. Il n’a pas trop cherché à savoir ce qu’il y avait, en voyant que je n’en disais pas davantage et j’ai apprécié parce que ça me permettra sûrement de m’ouvrir de moi-même, un peu plus. Merci ma belle ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s