Le coin lecture

« Une saison pleine de promesses », Cathy KELLY

pizap.com14276339961781

Article programmé… dsl en cas de réponses tardives…

pizap.com14276733999541

 

 

Un recueil de 19 petites nouvelles, dont les femmes, de tous âges et de milieux sociaux différents sont mises en avant. Elles ont envie d’une seconde chance, d’un nouveau départ, de croire en la vie, de changer, de se reconstruire, de bouleverser leurs habitudes, d’être heureuses et de s’en donner le droit… L’objectif est identique à toutes : la recherche du bonheur ou simplement de la liberté et du mieux-être. A l’origine de ces changements, une personne ou un objet… placés là au bon moment et au bon endroit, pour aider ces femmes à se dire que, oui, la saison est pleine de promesses, grâce à un coup du destin 🙂 

pizap.com14276734883471

 

 

Si vous êtes comme moi, à croire que rien n’arrive par hasard, mais que le destin est à l’origine de notre chemin de vie, ce livre est pour vous 🙂 Il donne de l’espoir sur le fait que rien n’est figé, montre que surmonter ses peurs et que bouleverser ses habitudes peuvent changer la vie, une fois qu’on a osé sortir de sa « zone de confort ». Il apprend aussi que c’est important de prendre soin de soi, de s’approprier son propre bonheur pour arriver à en donner autour de soi, d’une meilleure façon, en quelque sorte et de manière plus épanouie. De penser à soi et son bien-être pour que celui-çi déteigne sur les personnes qui nous entourent. Il ne suffit parfois pas de grand chose pour que nous, en tant que maître de notre destin, puissions changer cette trajectoire qu’est notre vie. Un objet ou une personne peuvent chambouler nos pensées, nos actes, nos façons de voir les choses et arriver à rendre une situation qu’on croyait désespérée, en quelque chose de plus doux, rempli de bonheur, alors qu’on ne pensait pas y avoir droit ou y accéder. Pour la première fois ou pour une seconde chance. Parce qu’on a toutes droit à de nouveaux départs. 

J’ai beaucoup aimé ce livre, l’auteure est partie de situations pas bien compliquées si on y regarde de près, qui pourraient arriver (ou qui arrivent, parce qu’on peut aussi s’y retrouver, dans ce livre…) et elle fait en sorte qu’il y ait une sorte de morale à chaque fin de nouvelle. Certaines nouvelles m’ont touchée davantage que d’autres, justement parce que je m’y suis retrouvée peut-être plus et à la fin, il m’arrivait de sourire en respirant un grand coup, plus légère et en me disant « il suffit de si peu pour qu’on se sente mieux… parfois il manque peu pour atteindre un peu de mieux-être… » Je ne crois pas au Bonheur avec un grand B, comme j’ai déjà pu le dire. Je crois en des petits bonheurs simples et quotidiens, des petits morceaux qu’on forme en patchwork pour en faire quelque chose qui nous rend bien. Ou mieux, au moins… C’est un livre qui peut donner de l’espoir, mais si on accepte de changer, parce que dans toutes les nouvelles, à mes yeux, le destin a frappé, mais pas sans un changement de la part de la femme concernée… Croire en ses rêves et ses projets et se donner les moyens d’y accéder, aussi. 

Moralité qu’on peut retenir quand on ferme ce livre : le changement fait peur souvent, mais il peut être salvateur, si on sait écouter les signaux que nous envoie ces petites choses qui nous sont destinées. Oser et dépasser ses craintes…

Et vous, plutôt hasard ou destin ?

Publicités
Le coin lecture

Tag « la lecture et moi »

Source Photo : Pinterest

                                                                                                                                                                                                                  J’ai vu ce tag sur quelques blogs et trouvé l’idée sympa de se découvrir à travers notre façon de voir les livres et de lire.

1) Plutôt corne ou marque-pages ?

Je préfère un marque-pages. Papier ou plus dur, voire métallisé. Souvent je le choisis en fonction du livre que je suis en train de lire.

 2) As-tu déjà reçu un livre en cadeau ?

Oui plusieurs, les personnes qui me sont proches savent que j’aime lire et depuis toute petite, c’était un cadeau qui me faisait largement avoir un grand sourire jusqu’aux oreilles et c’est toujours le cas 🙂

3) Lis-tu dans ton bain ?

J’aime bien lire quelques pages avant de lâcher mon livre (pas dans l’eau hein ! ^^) pour fermer les yeux et en profiter pour détendre mes super muscles.

4) As-tu déjà pensé à écrire un livre ?

Oh oui… il est en cours, même si je n’en vois plus le bout et que je me demande s’il sera utile. Pleine de doutes.

5) Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ? 

En général, j’aime le 1er et au fil des tomes, je me lasse. Je ne lis jamais toute une série à la suite en tout cas, j’ai besoin de lire autre chose, entre. Du moins, si j’ai envie de continuer…. ce qui est rarement le cas…

6) As-tu un livre culte ? 

« Véronika décide de mourir » (loin d’être aussi triste que le titre peut le montrer…) peut-être… ou « Into the wild »

7) Aimes-tu relire ? 

C’est rare que je relise, les seuls avec lesquels je le fais sûrement, ce sont ceux qui ont un but plus philosophique, comme les livres de Paulo Coehlo par exemple. Des livres où je puise certaines choses pour me faire repartir, en gros. 

8) Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu’on a aimés ?

Ah ben oui bien sûr ! 

9) Aimes-tu parler de tes lectures ? 

Ce n’est pas que je n’aime pas en parler, c’est que je ne sais pas bien en parler. J’ai des problèmes pour raconter, même si j’essaie de corriger cette lacune, parce que c’est beau de pouvoir partager ses lectures.

10) Comment choisis-tu tes livres ?

Tout dépend de mon humeur, de ce que j’ai envie de lire comme style. Parfois ce sont des livres dont j’ai entendu parler, sinon je passe un long moment à la fnac ou à la bibliothèque à lire les résumés. Je les choisis en poche pour plus de facilité à les tenir par contre.

11)  Une lecture inavouable ? 

Heu… je suis une jeune femme sage moi oh ! 🙂 Rien d’inavouable qui me vienne en tête.

12) Des endroits préférés pour lire ?

Sur mon lit, sous la couette, sur mon balcon, sur la pelouse ou le banc (çà dépend de la saison ^^) d’un jardin près de chez moi ou sur la plage. Je lis un peu partout, tant que je peux me faire dévorer toute crue par mon livre 🙂

13) Un livre idéal pour toi serait… 

Ceux qui apportent des réponses à mes questions…

14) Lire par-dessus l’épaule ?

Je ne raffole pas de çà non.

15) Télé, jeux-vidéos ou livre :

Je suis très série et j’aime découvrir de nouveaux films sans arrêt, mais pas forcément à la télé, vu les programmes du moment :/. Je ne joue pas aux jeux-vidéo, donc les livres et le net pour la partie séries/films.

16) Lire et manger ?

Non je n’aime pas manger en lisant, j’ai l’impression de ne pas arriver à faire les 2 en même temps ^^, que ma concentration se fixe plutôt sur ce que j’avale.

17) Lecture en musique, en silence, peu importe ?

J’ai toujours un bruit de fond, mais quelque chose sans paroles, soit de la musique douce, de relaxation, ou une vidéo d’asmr.

18) Que deviendrais-tu sans livres ?

J’aurais l’impression qu’on me vole une partie de moi. Je serais bien malheureuse sans eux en tout cas et me sentirais vide de ne plus « avaler de pages ».

19) Tu achètes un livre sur le net et tu le reçois un peu abîmé. Que fais-tu ?

Je le conserverais tel quel, mais enverrais peut-être un mail au site où je l’ai acheté pour leur conseiller de mieux les protéger et j’irais dire à la Poste de faire correctement son boulot sans massacrer les colis lol J’achète peu par le net, je préfère me déplacer de toute façon.

20) Quel est l’élément qui t’a donné le goût de la lecture ?

Oui-Oui et la bibliothèque rose, 2 livres que j’avais reçus à Noël et à mon anniversaire, quand j’ai commencé à arriver à déchiffrer les premiers mots. Je crois que je n’ai jamais été aussi heureuse de pouvoir découvrir ce plaisir là. Sans oublier Souricette et Souriceau, les 2 petites souris avec lesquelles j’ai appris à lire avec ma maîtresse préférée au cp 🙂

21) Que pensez-vous de toutes ces adaptations cinématographiques ?

Parfois je ne retrouve pas la profondeur des personnages. Quand c’est la trame que je ne retrouve pas du tout, pour le coup je suis furax et le vois comme un manque de respect envers l’auteur. Tout dépend de l’adaptation qui en est faite et du style de livre que c’est peut-être aussi.

22) Si tu ne devais retenir qu’un seul personnage rencontré dans tes lectures, ce serait lequel ?

Ben pour suivre mon livre culte… Véronika…

23) Quels sont les 5 livres de ta pal qui te font le plus envie?

J’ai le livre « mange, prie, aime », un livre de Virginia Woolf qui m’attendent déjà et relire « Maktub » que j’ai reçu en poche de la part de quelqu’un que j’aime beaucoup 😉

24) Si tu ne pouvais plus lire qu’un seul type de livre, lequel ce serait? 

Ceux qui donneraient un sens à ma vie, qui me réconcilieraient avec moi-même et la vie.

25) Comment classez-vous vos livres dans votre bibliothèque?

Par taille en général, même si c’est compliqué, parce que tout est dans un meuble et que je fais surtout comme je peux du coup 🙂 On va dire que j’ai plus de livres que de place en gros hihi

26) Etes-vous livre papier ou ebook ?

J’aime bien ma liseuse que j’utilise surtout quand je remonte dans ma famille, parce que c’est pratique dans le train et à la maison, mais sinon, je préfère le papier qui me manque vite du coup, quand j’ai passé un moment sur ma liseuse.

Je ne tague personne, je laisse faire les personnes qui le souhaitent.

Le coin lecture

« Nos étoiles contraires », John GREEN

J’en ai tellement entendu parler en bien que j’ai été attirée par ce livre, évidemment. Toujours eu du mal à raconter des livres ou des films, mais je tente, parce que je commence à avoir une sacrée pile, à partager et que j’ai envie de le faire, tant bien que mal.

563178245pizapw1406501076

 

Résumé :

Hazel, 16 ans, atteinte d’un cancer en phase 4, avec des métastases aux poumons. Elle est branchée constamment à une bonbonne d’oxygène, tant elle manque de souffle. Lors d’un groupe de soutien, elle rencontre Augustus, 17 ans, amputé d’une jambe à cause de sa forme de cancer. Une complicité va s’installer entre eux, puis l’Amour va frapper ces deux petits coeurs déjà bien secoués par la maladie. Ils devraient avoir la vie devant eux, mais le cancer fait ses victimes et l’un d’entre eux (histoire de ne pas spoiler pour les personnes qui ne l’ont pas lu) subira ses foudres, malheureusement.

Ce que j’ai pensé et ressenti :

C’est un livre rempli de souffrances non-dites, mais qu’on ressent bien sûr, vues les circonstances, ce serait dur d’oublier qu’ils sont atteints d’un cancer. Mais il y a beaucoup d’autodérision, parce que rire de ses difficultés, parfois c’est plus facile à gérer. Hazel a un rêve, vouloir connaître comment continuent la vie des personnages d’un livre qui est un peu son « livre refuge » comme moi je les appelle. De ceux qu’on relit sans arrêt. Augustus, par amour, malgré les difficultés que çà entraîne pour faire le voyage, va lui faire la surprise d’un voyage à Amsterdam pour rencontrer l’auteur. Pendant ce séjour, « l’amour donne des ailes » est bien d’actualité, pour tous les deux. Pour ne pas décevoir, pour vivre tout simplement. Leur première fois aussi. Deux corps malades qui s’aiment, on n’oublie pas qu’ils sont malades, mais ils nous font aussi rire, sourire, avoir les larmes aux yeux parce que leurs actes l’un envers l’autre, leur amour, est touchant et émouvant. Deux étoiles dont l’une en rémission qu’on pourrait penser sauver, mais le cancer a plus d’un tour dans son sac et change vite la donne… Le contraire est arrivé… 

Est-ce que j’ai pleuré, madeleine que je suis ? Ben oui évidemment, vous me connaissez !.. J’ai découpé le livre en 3 parties. Leur rencontre et leur amour naissant. Leur voyage à Amsterdam et la concrétisation de leur amour, ce lien qui va se renforcer encore davantage entre eux. Et le final, la dégringolade vers la mort. Et c’est là que Kleenex a fait ses bénéfices. Parce qu’on a envie de retenir la mort, de la reculer au maximum pour qu’ils aient le temps de profiter encore, de continuer à s’aimer. Mais elle est plus forte que tout, malgré tout ce que j’ai pu ressentir durant tout le reste du livre, comme si je les percevais invincibles « non, ils ne peuvent pas mourir, ils vont s’en sortir » (pourtant on connait leur état dès le début, mais au fil du temps, on vit avec eux leurs difficultés du quotidien avec autodérision vu qu’ils tournent souvent la maladie ainsi, mais……) J’ai traité la vie d’injuste, « elle n’a pas le droit d’emmener des ados, cette saloperie !!! ». J’étais révoltée et j’ai souvent pleuré dans cette dernière partie, parce que tout devient plus intense d’un coup, tout va trop vite et tout s’arrête aussi rapidement.

Ce que j’en ai tiré ? :

Qu’il faut parfois mettre ses craintes de côté pour pouvoir vivre pleinement. Ne pas laisser la maladie nous dicter nos sentiments, nos actes et nos décisions, quand l’amour nous ouvre les bras. Réaliser ses projets autant qu’on peut. Et qu’essayer de réaliser les rêves de ceux qui nous sont chers rend tout aussi heureux que si c’était les notres qu’on vivait. Voir l’autre heureux, avec des attentions qui montrent que même amoindri, la personne reste entière jusqu’à la fin, remplie d’amour à donner et à recevoir. Et qu’on peut donner l’éternité à quelqu’un même si des jours sont malheureusement comptés… L’amour peut déplacer des montagnes, même le combat contre la maladie et Hazel et Augustus ont su le prouver au fil du temps que leur propre amour s’est installé.

Je le conseille ? :

Oui, bien sûr. Mon réflexe a été de serrer le livre comme je le fais sur la photo (c’est pas pour rien que je l’ai prise comme çà hein 🙂 ), parce que c’est ce que j’aurais fait avec le personnage qui survit. J’avais envie de protéger leur amour et chacun d’eux, alors j’ai eu le réflexe de serrer le livre, affectueusement (je suis cinglée à mes heures, on le sait ^^).

Mais il ne fait pas partie de ces livres auxquels on pense plusieurs jours après l’avoir fini, au point d’être incapable de recommencer un autre tout de suite après. Ce qui m’était arrivé avec le livre « Je veux vivre » de Jenny Downham. Une petite nénette en phase terminale qui fait une liste de choses qu’elle fera avant de mourir dont « tomber amoureuse ». Celui-çi m’avait beaucoup marqué et avait laissé des traces, la preuve, c’est que je l’ai lu il y a quelques années et je m’en souviens. Je ne suis pas sûre que çà me fera pareil avec celui-çi.

Du livre « Je veux vivre », en est sorti un film sous le titre « Now is good ». Et « Nos étoiles contraires » sortira dans les salles, le 20 août 2014.

 

Le coin lecture

Une autre façon de lire

Hello 🙂

Pour Noël, le meilleur ami m’a offert une liseuse, pour mon grand bonheur 🙂 Je l’adore et ne lui ai pas encore trouvé ni défauts, ni inconvénients. Il a mené son enquête auprès d’une amie qu’on a en commun, parce qu’il savait qu’elle utilisait le monde des Ebooks depuis un moment déjà, donc il lui a demandé conseil. Il a bien fait ! Dans mon entourage, du coup, on est 3 à avoir la même et elle fait l’unanimité. Sa marque ? MPMAN.

De mon côté, je ne pourrai pas faire de comparaisons, vue que c’est ma 1ère liseuse et que je ne connais pas forcément d’autres marques et de styles, du coup, je conseille vivement celle-çi, si vous cherchez à lire autrement, dans de bonnes conditions, parce que j’ai cru comprendre que certaines liseuses n’avaient pas la fonctionnalité « luminosité » par exemple. 

J’aime lire, mais j’étais ralentie depuis un moment, parce que je ne pouvais plus tenir un livre, sans avoir trop mal aux mains et surtout je lâchais le livre. Je choisissais toujours des formats poche (plus commodes à tenir, mais aussi pour le prix, petit budget oblige) et les grands, je les prenais à la bibliothèque, mais il fallait toujours un support, puisque les tenir, était laborieux. Du coup, la lecture se transformait en supplice et ce n’est pas le but. Là j’ai les mains libres, ou je la tiens vaguement avec une main. C’est le 1er point positif. Principal vu le contexte…

Sinon, quels autres points positifs, possède cette liseuse qui me plait tant…

–  légère et facile à tenir ou à poser n’importe où. Simple à emporter.. A Noël, pour remonter chez mes parents, je n’avais pas 3 romans à embarquer. Elle a une housse pour la protéger et était rangée dans mon petit sac à main.

– on peut changer les couleurs de fond, d’écriture, la luminosité (très important, si comme moi, vous avez des maux de tête devant tout écran), la taille de la police,

– je trouve qu’on lit plus vite qu’un livre papier. Non pas que j’aie un train à prendre, hein lol, mais voir trop de pages, même quand c’est un livre qui me passionne, je m’affole, parce qu’en fait, j’ai envie de lire tellement de livres, mais comme je suis au ralenti, ben, au bout d’un moment, je trouve le temps long et il me tarde de passer au suivant (suis un peu tordue, je ne sais pas si c’est bien compréhensible, ce que je raconte :-s ) Mais bon, là, on clique sur la page suivante et donc, je ne me rends pas compte des pages qui me restent à lire et j’enchaîne les livres un peu plus vite (bon je n’ai pas encore trouvé de moyens pour mieux mémoriser ce que je lis, elle ne fait pas ce miracle là, mais je galère moins et surtout j’ai moins mal, du coup, je n’ai pas à me préoccuper dans quelle position je vais me mettre pour éviter les douleurs et les dégringolages de livres. Du coup, c’est bête, mais mon esprit est moins pris par ce souci et je suis plus sereine pour lire et donc mémoriser)

Le livre qu’on est en train de lire se situe toujours au-dessus où j’ai mon index et à chaque fois qu’on a fini de lire, on peut ajouter un signet pour se rappeler de la page
Menu qui permet avant de commencer le temps de veille, les couleurs etc…
Avec ce petit bouton, on peut choisir la taille des caractères. Rikikis, petits, moyens, immenses.. 🙂
Pour tourner la page, il suffit d’appuyer sur les flèches. Un doigt suffit, si c’est pas beau çà ! 🙂

Ma jolie liseuse ne remplacera pas les livres papier complètement. Je sais que j’aurai besoin souvent de lire un vrai livre en pages et en encre (j’allais dire en chair et en os hihi). J’aime le contact avec le livre, je choisis souvent un livre, juste parce que la couverture et le titre me plaisent et ensuite seulement, je lis le synopsis. Du coup, avant de commencer un Ebook, je vais le voir sur Amazon ou sur la Fnac pour voir de quoi il a l’air.

Dans mon cadeau de Noël du meilleur ami, notre amie commune avait laissé quelque chose…..

Sa bibliothèque virtuelle perso… soit 3000 Ebooks de toutes sortes, disposés sur cette petite clé USB 🙂

Livre suivant : le 1er livre de la Trilogie « Pouvoirs obscurs » de Kelley ARMONSTRONG

Donc, comme dit plus haut, avant de commencer, j’ai été rezieuter les livres « réels » et leurs synopsis et ils ressemblent à çà:

Tome 1 – L’invocation
Tome 2 – L’éveil
Tome 3 – La révélation

Alors ? Convaincu(e)s par une liseuse ou vous préférez rester aux livres « papier » ou comme moi, vous pourriez apprécier d’alterner les 2 selon vos envies et besoins (et mes facilités, pour ma part..)

Le coin lecture

Les livres Tatiana de Rosnay

J’ai découvert cette auteure en lisant « Elle s’appelait Sarah »
Je ne pensais pas aimer, suis très peu fan de la partie de l’Histoire qui concerne les Guerres Mondiales et pourtant je me suis attachée aux 2 héroïnes rapidement et une fois terminé, j’ai ressenti comme un vide et l’histoire de Sarah et sa famille en parallèle à la vie de Julia, m’ont encore poursuivi quelques jours après. Mélange de fiction, dans le sens où l’histoire de base est créée, mais malheureusement la rafle du Vél d’Hiv est, elle, bien vraie. J’ai aimé ce mélange de 2 périodes. Le passé qui rejoint le présent. Le présent qui rattrape le passé…. Je n’en dis pas plus, j’ai toujours peur de raconter de trop et de ne plus laisser la surprise de découvrir le livre. Mais je le conseille vivement. Je n’ai pas aimé l’adaptation ciné par contre, je n’ai pas ressenti autant d’émotions (en même temps, je suis souvent déçue des films tirés des livres, alors j’évite).

P4181051
Synopsis :  » j’ai tout de suite aimé cet appartement. d’abord parce qu’il se trouvait rive gauche, et que je n’y avais jamais habité. ma jeunesse s’était déroulée à passy; l’épisode marié-père de famille: boulevard des batignolles; et vieux divorcé: rue quentin-bauchart.  »  » la rive gauche m’attirait comme un aimant, peut-être parce que quelques-unes de mes maîtresses y avaient vécu, et que j’ai souvent traversé la seine au petit matin pour regagner le dix-septième poussiéreux, le banal huitième, le sourire aux lèvres et une odeur de femme sur les doigts, savourant le goût de ces nuits d’amour illicites à saint-germain-des-prés, à montparnasse, ou à denfert-rochereau.  » l’apprentissage de la vie est-il une question d’âge? le regard acide d’un proche, des événements aussi inattendus qu’étranges peuvent soudain modifier une existence. Entraîné de new york à venise sur les traces d’une femme mystérieuse, ce quinquagénaire blasé découvrira-t-il enfin le bonheur perdu dont la nostalgie n’a cessé de le poursuivre? »
Mon avis est un peu partagé. Le début m’a envouté, réalité mêlé à du quasi-surnaturel. On ne sait plus trop où on en est parfois et il faut vraiment suivre la trame de l’histoire pour ne pas se paumer. Un moment d’écart et on perd le fil. Je ne m’attendais pas à une fin pareille en plus. Décevante snif et je n’ai pas vraiment compris ce qui se passait, j’ai décroché dans les dernières pages, parce que je m’attendais à une fin aussi magique que le reste, mais non…
P4181049
Synopsis : « Justine a 40 ans, un mari britannique et deux enfants. Elle mène une petite vie tranquille jusqu’au jour où son fils adolescent est renversé par un chauffard en plein Paris. L’inconnu prend la fuite, des témoins ont à peine le temps de noter quelques chiffres de la plaque d’immatriculation. Malcolm sombre dans le coma. L’enquête piétine. Contre l’avis de son mari, de ses parents, Justine ne renonce pas à retrouver le responsable de l’accident. La seule personne qui soutiendra Justine, c’est sa belle-mère, la « so British » Arabella. L’enquête les mènera dans une ville balnéaire du sud de la France. Mais au bout de la route, à qui, à quoi Justine sera-t-elle confrontée ? »
Touchant comme livre. Une histoire qui pourrait arriver à n’importe qui, mais dont la fin peut surprendre, psychologiquement parlant. Comme à chacun de ces livres, la fin m’a tout autant surprise aussi, pour celui-çi. Emue, même. Une maman qui se met à la place d’une autre, alors qu’elle a elle-même souffert de savoir si son fils survivrait ou pas. J’aime ce genre de rebondissements.
P4181050Synopsis : « Sa soeur était sur le point de lui révéler quelque chose… Et soudain, c’est l’accident. Elle est grièvement blessée. A l’hôpital, l’angoisse au ventre, Antoine Rey fait le bilan de son existence : femme partie, ados rebelles, père tyrannique, comment en est-il arrivé là ? Et surtout que voulait lui dire sa soeur ? Alors que son passé ressurgit brutalement, Antoine vacille. Heureusement, une troublante embaumeuse lui apportera une aide inattendue dans sa quête de vérité. »
Pour résumer en quelques mots : mystère, secrets de famille, remises en questions. Pas mal non plus comme livre, on attend au fil des pages à ce que le suspense soit résolu, enfin 🙂


Synopsis : « L’appartement correspondait exactement à ce que Pascaline, informaticienne quadragénaire, imaginait pour sa nouvelle vie de femme divorcée, sans enfants. Un deux-pièces calme et clair qui donne sur une rue animée. Mais à peine installée, Pascaline apprend par une voisine qu’un drame s’est déroulé dans ces lieux. Comment vivre dans des murs marqués par l’horreur ? Comment continuer à dormir là comme si de rien était ? Et pourquoi Pascaline ne cesse-t-elle d’y penser ? Lentement mais sûrement, par touches infimes, cette tragédie fera resurgir chez Pascaline une ancienne douleur, une fragilité secrète restée trop longtemps enfouie. Seule face à la mémoire des murs, elle devra affronter son passé »
Un peu flippant comme livre, mais çà fait partie du charme de Tatiana de Rosnay, c’est ce que j’aime chez elle. Elle mélange avec habileté fiction, surnaturel, réalité. Elle nous emmène dans un monde à part où tout se rejoint à la fois, jusqu’à ne plus savoir ce qui relève du vrai ou du fantastique. La fin m’a un peu traumatisée, mais je me suis remise, la preuve, c’est que j’ai lu les 3 livres que j’ai exposés auparavant 🙂

**** Si vous ne la connaissez, je pense qu’elle gagne à être connue. C’est mon petit avis sur cette auteure à l’imagination particulière mais débordante. Au-delà des frontières du réel très souvent. 
La qualités des photos n’est pas terrible pour les 3 livres où on voit mes magnifiques doigts :-s, mais c’était pour personnaliser un peu mon article :-D, plutôt que de copier comme je l’ai fait pour les autres, tout simplement, parce qu’on me les avait prêtés et que je ne les avais plus pour les photographier (suis parfois d’une grande perspicacité dans ce que je raconte hum… ^^). Voilà, séquence lecture terminée pour ce soir 🙂