Moments de bonheurs et d'évasion

Un peu d’évasion…

pizap.com14215833432281

J’ai eu du mal à revenir vers des choses plus légères, après ces jours de barbarie et certains propos qui ont suivis, avec lesquels il m’a fallu redoubler de patience pour ne pas remettre les gens à leur place ou ne pas hurler de voir ces mensonges qui s’affichaient sur le net. J’ai voulu éviter la télé, le net, me couper du monde, mais je suis trop humaine pour y arriver. Quand j’étais devant les écrans, c’était trop lourd à regarder et à digérer et quand je m’en absentais, j’y pensais sans arrêt, en me demandant où en étaient les dernières nouvelles.

J’ai regardé des vidéos youtube parler maquillage ou autre et je me sentais à 100000 lieues de tout çà, pourtant je les regardais pour me changer les idées, mais elles avaient été tellement embrouillées et salies, ces fameuses idées, qu’il en fallait une dose pour essayer de les adoucir… Il fallait du temps, il en faut et en faudra encore pour longtemps et en parallèle essayer de recommencer à vivre sans avoir peur constamment si possible… On a eu un décès dans la famille, ce qui m’a encore un peu plus rendu le coeur bien lourd. Tout mélangé, c’était moche…

Le besoin d’évasion s’est fait sentir, alors à défaut de pouvoir aller me balader, soit à cause du temps pas fameux, soit à cause de mon corps très douloureux ces derniers temps, j’ai puisé dans ma réserve de photos et de séquences vidéos que j’avais prises et faites il y a quelques années déjà. J’en ai fait un diaporama qui j’espère vous apportera à vous-mêmes un peu d’évasion au milieu de ce tumulte qu’on ressent tous, que ce soit dans la vie en général, ou dans notre tête, notre corps, nos tripes et notre coeur pour toutes ces victimes. J’inclus évidemment le Nigeria qui était passé un peu après l’attentat Charlie hebdo. Carnages sans nom, barbarie dont le sens m’échappe. 

Je vous laisse en vidéo et vous fais de gs bisous. Je vous emmène dans divers coins de Marseille. J’adorais les randos dans les collines. Et la mer évidemment où je pars m’oxygéner dès que je peux. Faites attention à vous.