Des combats qui me touchent, Des soins beauté que j'utilise, Mes petits et grands bonheurs

Oui, vous rentrerez toutes dans vos maillots de bain, parce que…

Coucou 🙂

Je reviens, j’ai eu un coup de mou, j’avoue pour venir écrire ici, parce que ce n’est pas forcément évident ces derniers temps, côté physique et moral. Bref. En venant répondre aux commentaires, j’ai été étonnée et agréablement surprise du nombre de personnes qui me lisaient malgré mon absence et j’avoue que çà m’a motivée pour ce soir, d’où mon laïus à venir 😛 Peu de personnes m’ont vue IRL pendant ces semaines spéciales… Cà fera l’objet d’un autre article pour expliquer pour quelles raisons….

Alors, pourquoi ce titre… Oui, vous rentrerez toutes dans vos maillots de bain, cet été, parce que… Non, je ne suis pas devenue voyante depuis mon dernier post. La réponse à vrai dire, est tellement simple qu’on y penserait même pas, je suis sûre… Bon allez, j’arrête de vous faire cogiter sur le comment du pourquoi je sais que vous rentrerez TOUTES dans vos maillots de bain… Tadam….. Tout simplement parce que vous le prendrez à la bonne taille…

Introduction spéciale pour parler des diktats de la maigreur (à ce stade là, on n’en est plus à la minceur), aux magazines qui fleurissent tous les kiosques. Régime, beautés fatales (ou pas, chacun ses goûts…), comment perdre 3 os en moins de 2 semaines… Mon passé anorexique me rend moqueuse et à la fois surexcitée, à la limite, le cerveau en ébullition. Et après on se demande pourquoi tant de femmes ne se sentent pas bien dans leurs corps après vu de tels articles « mode, régime et autres trucs innommables ». Et surtout après vu les images super archi rerereretouchées de mannequins anorexiques (« Yes yes I eat. What ? An apple »… Yeahhhhh) A part çà, tout roule dans le monde de la mode hein ?

Je ne suis pas tombée dans l’anorexie suite à des magazines, je n’y pensais même pas, j’étais déjà dans la spirale et mon mal-être était autre part, mais je sais que beaucoup de jeunes filles tombent dans l’anorexie, pour avoir voulu ressembler à ces modèles merdiques (j’avais prévenu que je n’emploierais sûrement pas de très jolis termes, désolée…). Je vais essayer de dire les choses ironiquement, pour dédramatiser, mais faire comprendre que çà ne sert à rien de rezieuter de tels magazines. Les régimes souvent sont tellement extrêmes qu’on meurt de faim avant d’avoir eu le temps de partir en vacances, anémiée, en hypoglycémie sans cesse, hypotension youpiiii, mais on s’en fiche ! On rentre dans nos maillots de bain et c’est bien là l’essentiel non ?? Non non… l’essentiel, c’est de rester en vie, peut-être avec une taille de maillot plus grande, mais je vous promets que vous passerez de bien meilleures vacances qu’affamées, prêtes à tourner l’oeil au moindre pas. Il vous servira à quoi votre magnifique maillot de bain, taille 38, si vous vous retrouvez aux urgences perfusée pour vous remettre un peu sur pieds ?  Super sexy vous serez (mouais j’ai tenté il y a 2 ans, suite à un malaise sur la plage à cause de la douleur. Les pompiers, les urgences, ils ont tous vus mon joli maillot orangé, mouais… mais ils autre chose à foutre que de lorgner dans le décolleté plongeant)

Stop à ces diktats, c’est insupportable. J’entends ou je lis « il faut que je perde çà avant de pouvoir aller à la plage ». NON pitié…. 

Je vais vous dire ce que je ressens de mon côté et comment je vois les choses, en espérant que cela pourra être utile

Je ne me suis jamais privée de me baigner en tout cas. A 37kgs ou avec 10kgs de plus. ll y a juste la grandeur de mon maillot qui se modifiait, mais moi, j’étais sur la plage, en me foutant des regards des autres. Mon corps n’était pas parfait à 37kgs, il était victime de sacrés mots bien sal**ds, il m’arrivait d’en pleurer ou de plier bagage tout de suite, j’avoue. Mais très vite, je me suis dit que même les anorexiques avaient le droit de se baigner mer** alors ! Du coup, les regards fusaient sur mon corps très menu. Les secondes années donc à 44-45kgs environ, j’entendais parfois en passant « elle est anorexique non ? » « ou tu crois qu’elle est anorexique elle ? » Je vous ai demandé si votre grand-mère faisait du vélo ??! Je tournais la tête pour bien faire comprendre aux gens que j’avais entendu et je leur lançais un regard noir dont j’ai le secret apparemment 😛

A 47kgs, je suis très mince sur une plage. Mais si j’étais à 57, 67, 77, 87 kgs, ce serait la même chose. Exactement la même chose. Les gens sont cons pour toutes les tailles de nos culottes et nos soutifs et la peau qui dépasse autour, donc, quoiqu’on fasse, il y aura des mots malheureux, mais il faut aller contre, en se disant que leurs corps à eux, non plus ne sont pas parfaits. On est kiffe kiffe bourricot dans l’histoire, alors chacun sa vie sur la plage. Perso, je ne m’amuse pas de toute façon à dévisager les gens qui passent devant moi en me disant « wouah sacrée cellulite beurk, oh puis celle-là, elle a son ventre qui lui tombe sur les cuisses etc etc ». J’ai menti, je dévisage… les beaux mecs qui passent devant moi. Ben quoi, jeune femme célibataire, c’est la base de la plage çà ! 🙂

On pourrait se dire « en ayant été autant dans l’anorexie, elle doit sûrement avoir des complexes ».  La réponse est largement non. Quand je suis sortie de l’anorexie, j’ai réalisé et pris conscience que je n’avais qu’un corps, que ce serait mon enveloppe corporelle pour le restant de mes jours et qu’il fallait que j’en prenne soin, de l’intérieur (je me nourrissais de nouveau mieux, donc çà allait mieux), comme de l’extérieur (par contre, je ne prenais pas soin de moi, m’en foutais). Ce qui a fini de me convaincre, c’est le fait d’être si douloureuse tout le temps. J’ai choisi de m’allier à mon corps pour le remettre en harmonie avec ma tête et çà passait par l’acceptation. Je n’ai pas un corps de rêve, il n’est pas parfait, j’ai une cyphose au niveau des cervicales assez importante, du coup, mes omoplates sortent beaucoup et comme je n’ai pas beaucoup de poitrine, çà fait un peu bizarre. Cà pourrait être un complexe, çà l’a été avant que je me fasse soignée, à cause d’une remarque du style « on ne sait pas de quel côté est ta poitrine » ou on m’appelait la bossue, parce que nue, j’ai tout qui retombe et je me vautre sinon çà me fait trop mal de rester droite, même si j’en fait l’effort, non pas pour paraître plus grande et élancée. Non, pour améliorer mes problèmes de dos. A 20 ans, le médecin voulait me faire porter un corset, pour corriger la cyphose et la scoliose, je n’ai pas voulu. Du coup, maintenant, je paie sûrement plus que si çà s’était redressé un peu grâce au corset, mais on s’en fout.

J’ai les orteils qui se disent merde entre eux, surtout les gros orteils. Sont toujours fachés ces 2 là 🙂 C’est de famille, on a des algus valgus de grand-mère en petite fille du côté de ma mère. C’est ma marque de fabrication, c’est tout ! Ma jambe droite n’a aucun maintien, donc, on la voit partir dans tous les sens quand je marche. J’ai de la cellulite et de la peau d’orange (que personne ne me dise « c’est pas possible à un tel poids », je suis capable d’en faire une vidéo pour la montrer et j’en ai toujours eu même à 37kgs. Qu’est ce que je m’en fous !…. Voilà les complexes que je pourrais être susceptibles d’avoir, mais que je n’ai pas pour un sou. 

Je ne suis pas pour les régimes destinés à rentrer dans un maillot de bain. Je suis pour les régimes quand il y a besoin côté santé de devoir en faire ou quand il y a un gros mal-être derrière cette envie de perdre du poids, mais là je conseille à chaque fois, de faire un régime suivi par un nutritionniste qui pourra expliquer comment fonctionne votre corps et s’adaptera davantage à votre morphologie en tenant compte de plein de choses, contrairement à une diététicienne qui se contente de faire des programmes. Et en plus, le nutritionniste est remboursé puisqu’il est médecin.

Il y a environ 3 ans, quand dans l’année j’avais fini d’atteindre l’objectif, j’ai voulu tester mes vêtements d’été pour faire le fameux tri sélectif qu’on faites, chaque année. Je ne me rendais pas compte que 10kgs s’étaient incrustés en moi. Tout n’était pas encore bien réglé à ce moment là sur ma perception visuelle. J’ai enfilé une robe… de laquelle je n’arrivais plus à sortir… je transpirais les gouttes de la mort à vouloir la retirer, prête à tout couper aux ciseaux pour me libérer. Je me voyais bien aller chez le voisin, les fesses à l’air, la tête prise dans la robe en lui disant « vous pourriez tirer sivouplééé ?? » mouais… Bon j’ai fini par me sortir de ce pétrin de cette robe et j’ai continué… Plus aucun vêtement ne m’allait. Certains me serraient trop que je laissais tomber, d’autres auraient été, mais je ne me serais pas sentie super bien dedans. Cà m’a rendu malade… D’un coup, les 10kgs pris, j’ai cru qu’en fait contrairement à ce que je pensais, je ne les acceptais pas du tout et que je voulais retourner à mon poids qui me permettait de mettre mes habits. Après avoir pleurniché un moment, devant mon mal-être, j’ai réalisé que mes vêtements devaient se changer pour se mettre à ma nouvelle taille et que ce ne serait pas dans des vêtements datant de l’an dernier, qui m’allaient à peu près, mais qui me donnait la sensation que j’étais grosse finalement, que j’allais me sentir bien en moi, avec mon nouveau corps. J’ai donné ces habits et je m’en suis rachetés, à ma taille et là, je me suis dit « tu es jolie et mes 10kgs me vont très bien, je pourrais même en prendre encore 4-5 histoire d’arrondir tout cela 🙂 »

La moralité ? On a qu’une vie, qu’un corps, on est obligées de vivre avec, on ne va pas passer toute sa vie à courir après des complexes que seules nous voyons et se priver de certains plaisirs tels que la plage, juste pour ne pas se montrer parce qu’on a honte de ce corps ? Mais c’est nous ce corps, c’est ce qui fait qu’on est nous dans notre globalité. Aimez vous ou apprenez à le faire. Je vous promets qu’on se sent bien mieux de faire ce travail sur soi, plutôt que de lire des magazines avec des articles bidon et des mannequins en carton qui ont perdu le sourire de ne rien bouffer et qui vous dit qu’elles sont toujours vivantes d’ailleurs, depuis que vous les avez vus sur truc muche magazine ???……

Le maillot de bain, comme tous les autres vêtements, choisissez bien les tailles et les modèles, pour éviter de vous dire « j’me sens boudinnée » ben oui, c’est normal si ce n’est pas la bonne taille ou si comme moi vous avez des jambes fines, mais un bassin plus large par rapport à elles, du coup, je ne peux pas tout porter, parce que j’ai des bouts qui ne rentrent pas lol, mais on s’adapte à notre corps, ce n’est pas à lui de subir nos complexes.

Couple sur une plage tropicale Banque d'images - 13509066

Et profitez de la vie au lieu de faire des fixettes sur les diktats de la maigreur. C’est une perte de temps bien inutile

Le bonheur ne se compte pas en kilos, vous pouvez me croire…  

Alors ? Prête à vous jeter à l’eau ? 🙂

 

 

Publicités
Des soins beauté que j'utilise

Accepter son corps avec simplicité

Mon blog n’est pas tourné vers la beauté, je pense que cela se remarque au 1er coup d’oeil, cela n’empêche pas que j’ai aussi des petits produits que j’apprécie, des rituels soins, des routines quotidiennes, des gestes que je fais chaque jour pour me sentir bien avec mon corps . On a chacune des choses qui nous font du bien, qui font qu’on se sente bien avec notre corps. 
 
Malgré mon passé anorexique, malgré ce qu’il me fait subir, on pourrait penser que je peux être bourrée de complexes. Ce n’est pas le cas. Plus. Ils se sont envolés, le jour où la fibro a commencé à me faire trop souffrir pour me casser la tête de savoir si ma poitrine était assez grosse, mes cuisses disproportionnées à mes tibias, mes fesses raplaplas, mon ventre pas trop plat, mes pieds de travers. Je n’ai qu’une vie et qu’un corps, aussi compliqué qu’il a à se mouvoir. Mon corps est celui qu’il est (je parle côté esthétique évidemment, pas « technique »), avec ses qualités, ses défauts, ses trucs qui clochent, mais çà fait partie de moi. L’anorexie m’a gâché la vie pendant 13 ans, j’y ai perdu mon adolescence et les plus belles années d’une jeune femme. 
 
A 32 ans, j’ai arrêté de me poser la moindre question, à me fixer dans le miroir à la recherche de la moindre imperfection. Je l’ai vu grossir, changé, se modifier, j’ai gardé des séquelles côté peau et alors…. c’est MON corps, celui que j’ai mis tant de temps à me réapproprier. Moi et lui, on n’est pas copains parce qu’il me fait souffrir, mais il ne m’empêche pas de m’habiller de la façon que je veux sans me poser de questions, ni de me balader en maillot de bain, sans me dire « ouhlala, çà ne fait pas çà, et puis çi et puis regarde mes jambes ». Je suis libre de ce côté là et une fois qu’on y arrive, c’est un poids immense sur les épaules qui disparait. On ne va pas se complexer toute une vie, le corps vieillit, change, on prend des rides, la cellulite s’installe même sur les cuisses les plus fines (oui oui). Tant de choses nous gâchent la vie, alors pas çà… Venant de moi qui ai mis tant de temps à me sortir de l’anorexie, ce que je pense à ce propos est à prendre à double dose…. voire triple…. parce que je ne pensais pas pouvoir un jour dire de telles choses, vue l’image pourrie que le miroir me renvoyait, à cause de l’anorexie. 
 
J’ai un seul complexe, mais parce qu’il me rend aussi douloureuse au-delà du côté physique, c’est une cyphose importante qui fait que je ne peux pas me tenir droite et qui fait ressortir mes omoplates. J’ai eu droit à des « la bossue » ou « tes seins sont de quel côté ? » et je n’aime pas forcément qu’on me voit de profil du coup. Habillée, on ne la voit pas, mais nue, c’est différent… C’est la seule chose que je regarde dorénavant de travers dans le miroir. Davantage un souci pour l’avenir, parce que je risque de finir comme tous les frères et soeurs de mon papa, bossue et rapetissée, si ce n’est pas corrigé. Mais à côté de tout mon corps que je matais à la loupe et tripotait pour sentir le gras (que je n’avais pas…), durant ces 13 années, ces omoplates qui débordent, c’est une broutille. Et je me répète, une liberté d’être soi
 
Bref, le but n’était pas de m’étendre autant sur le sujet, mais de papoter sur ce que je fais au quotidien pour me sentir bien et ces produits qui me sont indispensables (en dehors de gel douche et shampoings évidemment hein ^^) :
 
 
* Tous les matins, après avoir nettoyé mon visage avec un produit Neutrogena qui fait double utilisation (nettoyant et masque), je me mets la crème « Soin de jour » de Nivéa. Je l’utilise depuis un moment, j’aime son odeur discrète et son efficacité (j’ai une peau mixte, assez sensible et la peau très fine qui entraîne beaucoup de sensation de brûlures -une des joies de la fibro-
 
* Un lait corporel que j’utilise tous les soirs après la douche. Peau très sèche, très crocodile, une catastrophe, donc, quelque soit le lait, il faut qu’il soit pour peaux ultra sèches. J’aime changer, en général, j’en possède 2 pour varier les plaisirs côté senteurs, là, il ne me reste plus que celui-là. Les pieds ont aussi droit à un passage en douceur, chaque soir. La marque Scholl est assez efficace, mais je n’aime pas l’odeur et il faut se laver les mains plusieurs fois, pour arriver à se débarrasser de l’odeur de la crème, donc, je retournerai plutôt vers Nivéa ou Neutrogena quand je l’aurai terminé.
 
* Je ne me maquille pas de façon sophistiquée comme vous le savez. Le minimum que je fasse ces derniers temps est de mettre du mascara, soit noir (si je mets un peu de fard à paupières), soit violet foncé si je ne mets aucune autre couleur. Je me démaquille avec un démaquillant pour les yeux de la marque Nivéa que j’ai oublié sur la photo et j’ai beau ne rien mettre sur mon visage côté fond de teint, poudre ou autre, je me démaquille malgré tout le visage. La pollution et le reste sont mieux sur du coton que sur ma peau 🙂
 
* Un stick Mixa dont je ne me sépare jamais, qui me sert plusieurs fois dans la journée, vu l’état de mes lèvres. Je prends toujours Mixa, parce qu’il donne un petit côté brillant que j’apprécie et puis il est nourrissant. Les mains étant dans le même état, la crème est indispensable. Matin et soir au coucher pour bien laisser la peau s’imprégner pendant que je ne me lave pas les mains humhum…. (je n’ai pas de tocs, mais me lave beaucoup trop les mains, dès que je touche quelque chose, du coup, l’assèchement est encore plus rapide, l’hiver, c’est crevasses et saignements)
 
* Pour finir, mon parfum. Je ne sors jamais sans en mettre, j’aime quand on me fait la bise ou un câlin pour les plus proches :-), en me disant « mmhhh tu sens bon ». C’est ma trace, douce, discrète, sucrée. « Amati ».. un parfum trouvé à Leclerc pour 7€…. on me demande souvent si c’est « Amor Amor ». C’est vrai qu’il a la même senteur, mais pas le même prix et j’en suis d’autant plus satisfaite. Bref, je l’adore et sentir les effluves discrètes au cours de la journée font partie de moi. Certaines ne peuvent pas sortir sans être maquillée, moi je ne peux pas sortir sans parfum, c’est mon petit plus à moi. Ma petite trace à mon image, douce et délicate ^^.
 
Voilà, fini la routine soins. Elle ne demande pas beaucoup de temps, je fais çà devant la télé, le soir, c’est un moment douceur pour moi d’un 1/4 d’h à me badigeonner en massant légèrement.
 
Comme vous l’aurez constaté, je privilégie les marques Mixa, Nivéa, Neutrogena, Diadermine et les produits Petits Marseillais pour le lait corporel par exemple, celui dont il faut que je me recharge et le gommage pour le corps. 
 
Des produits à portée de main côté budget, efficaces, aux senteurs très agréables, que demander de plus. Vous l’aurez compris, ma priorité, c’est d’être bien hydratée, de ressentir ma peau toute douce et de sentir bon tout en restant discrète 🙂
 
Bonne nuit et bon courage pour le début de la semaine. Gros bisous à toutes