Carnet de bord d'une confinée hypersensible

Angoisses et dépression durant le confinement

Avec la fibromyalgie, la dépression et les angoisses sont mes gros points faibles et pas des moindres durant cette période de confinement. J’en suis arrivée à faire une liste avec ce qui m’était recommandé de faire et ce qu’il valait mieux éviter. Au bout de 3 semaines il y a matière à savoir ce qui nous fait du bien et ce qui nous fait plus de mal. Je ne vais sûrement rien apprendre de plus mais voilà ma petite liste pour tenir le coup moralement (même si j’ai de gros coups de moins bien comme ces jours-çi, après avoir appris 3 décès, je me sens abattue. Ma liste est une très bonne copine de confinement donc. Celle-çi est évidemment personnelle, avec des activités que j’apprécie, mais j’espère que vous pourrez vous y retrouver si comme moi ce n’est pas simple à gérer en étant bloquée chez soi. Seule de surcroît. Beaucoup d’éléments ne sont pas si différents de ma vie habituelle en étant chez moi d’ailleurs.

Les choses à faire :

* prendre soin de nos proches même à distance, parce que si eux vont bien physiquement/moralement, nous on ira bien aussi. 

* prendre soin de soi en continuant à se doucher, s’habiller, s’hydrater, se chouchouter. C’est quelque chose qui peut paraître absurde mais qui a son importance à mes yeux. J’en ai lu plusieurs qui s’en moquaient de leur apparence durant le confinement « puisque personne ne nous voit pas ». Mais c’est pour soi qu’il faut le faire, pas pour les autres. En gros, certains se lavent juste parce qu’ils sont en contact d’autres gens et sinon ils zappent. Quant au pyjama, il donne un rythme à la journée. Je suis contente de me déshabiller et de retrouver le mien le soir pour différencier la journée de la nuit.

* faire son lit, nettoyer son petit chez soi, ranger au fur et à mesure ce que je déplace. Après se sentir bien avec son corps dont on prend soin, c’est tout aussi important de se sentir bien chez soi et je pense qu’on aurait tendance à se laisser aller à mettre nos affaires partout si on multiplie les activités. Sauf qu’à un moment donné on se retrouve avec un bazar qui nous en fait perdre nos bras et on laisse tomber au moment du grand rangement de printemps. La pagaille s’accumule et on ne s’y sent pas bien. On voit nos murs 24h/24, ce n’est pas le moment de le délaisser, sinon c’est comme si on se laissait aller nous-mêmes. Faire des activités dans un endroit rangé permet de prendre davantage de plaisir à faire, à mes yeux aussi, donc on a envie de faire davantage de choses, ce qui peut éviter le fameux ennui.

* avoir des activités. J’ai fait la liste de ce que j’aimais faire, un peu comme une boîte à outils que je sors quand je ne me sens pas au top. Je fouine dans ma liste pour savoir ce qui est le mieux adapté à mon ressenti du moment. Cela évite de cogiter sur ce qu’on aime faire au moment où l’angoisse est trop présente et qu’elle sature les autres pensées. Là c’est écrit, il suffit de dire « oui », « non » en lisant la petite liste. On peut y trouver lire, écrire, faire de la peinture, du dessin, cuisiner et chercher de nouvelles recettes (faire du pain aura été ma plus grande passion durant cette période), apprendre à coudre, fouiner des infos sur ce qui me passionne, faire du tri (en vue du déménagement il m’en reste à faire), regarder un film/une série, faire du yoga, de la méditation, une activité physique (oui on peut bouger en restant chez soi, j’en reparlerai dans le post en lien avec la fibromyalgie) ce qui fait du bien autant physiquement que moralement, trier des photos ce qui permet de se replonger dans des souvenirs, écouter de la musique et se faire des playlists ou découvrir de nouveaux artistes, faire du jardinage même si c’est dans 3 petites jardinières comme les miennes, ça me fait du bien de voir mes fleurs, de toucher la terre et d’en prendre soin. Regarder des vidéos sur youtube pour apprendre à faire de nouvelles choses et fouiner sur pinterest pour trouver toutes sortes d’idées de DIY, quitte à se découvrir de nouvelles passions par la même occasion. Jouer, de mon côté ça va être des jeux sur mon portable comme candy crush, les échecs, le scrabble, mario kart.. des jeux qui permettent de fixer son attention sur autre chose et de se changer les idées. 

* continuer les projets professionnels. Il y a 1 mois et demi environ j’ai décidé de me rafraîchir la mémoire côté comptabilité et informatique pour augmenter mes chances de retrouver un emploi à temps partiel et depuis la maison quand je serai sur Nantes. Je m’étais achetée 2 livres de compta dans lesquels je me replonge. Et je fais des exercices qu’on trouve sur différents sites concernant word et excel. Ma mémoire et ma concentration étant ce qu’elles sont, j’en profite pour les faire travailler. J’avais fait une formation en secrétariat médical aussi, c’est pareil je revois surtout le vocabulaire médical. Cela me prend 2-3h par jour selon comme je suis

* un truc très bête mais qui me fait peur quand je vois et lis certaines choses. Continuer de manger normalement. Je sais que le fait d’être confinée risque de nous faire prendre du poids, mais diminuer ses rations pour éviter de grossir peut aussi être source d’humeur en vrac et c’est là qu’on risque de se jeter sur tout et n’importe quoi si on ne mange pas suffisamment durant les repas, ce qui n’arrange pas le moral, de se voir grignoter à longueur de temps. De mon côté je ne me vois pas me priver de nourriture maintenant. Je mange sainement, fais des choses que j’aime (j’en reparlerai dans un post où je parlerai anorexie, boulimie, compulsions durant le confinement, parce que j’y ai beaucoup pensé aussi. Et je dirai ce qui peut me faire peur par rapport à tout que j’ai vécu par rapport à ce cauchemar là).

* avoir l’impression qu’en se couchant, on a tout de même fait quelque chose de la journée et qu’on peut se coucher satisfaite de ce qu’on a réussi à faire malgré le confinement. S’endormir enrichie de quelque chose, quelle que soit la source de cet enrichissement.

* rire… il y a des jours où c’est très compliqué. Mais youtube est encore mon copain pour regarder des humoristes qui vont m’aider à me forcer à rire un peu. 

* applaudir à 20h pour les soignants et toutes les personnes qui aident à notre confinement d’une façon ou d’une autre. C’est générer de l’énergie pour nous aussi que de se retrouver au milieu de cette vague d’applaudissements pour montrer notre solidarité. 

* profiter du calme… je vis dans une route très passante avec beaucoup de klaxons à longueur d’années et je me suis aperçue à quel point ce bruit quotidien et en permanence pouvait nuire à mon bien-être aussi. J’en ai pris conscience en entendant les oiseaux qui chantent à tue-tête et j’ai découvert que les clochers sonnaient… c’est le point le plus positif que je trouve au confinement d’ailleurs. 

* la Terre respire sans nous… et c’est aussi bon de le prendre comme du positif et y penser pour voir le confinement sous un autre angle. 

* noter tous les petits bonheurs du quotidien. Les fameux petits soleils comme je les appelais sur ma page facebook il y a un temps. Ils ne prendront jamais davantage sens que dans cette période aussi anxiogène et perturbante qu’en ce moment. Si on est capables de les écrire à l’heure actuelle, le jour où on retrouve le courant de notre vie, ils seront encore plus simples à remarquer, ces petits bonheurs auxquels s’accrocher. 

 

Les choses à éviter

* passer trop de temps à regarder les actualités et à être sur les réseaux sociaux. On y voit tout et n’importe quoi et c’est anxiogène surtout si comme moi l’insomnie guette chaque nuit, c’est le meilleur moment pour lire toutes sortes de trucs qui vont être gérés de façon encore plus compliquée dans l’obscurité et le silence de la nuit . Mais ne pas s’isoler non plus comme je suis en train de le faire au moment où j’écris ce post. C’est nécessaire de trouver un équilibre.

* s’ennuyer. Je crois que c’est le pire durant le confinement. Je ne connais pas forcément ce sentiment, j’ai peu de moments où je m’ennuie, je m’estime chanceuse du coup, mais je sais que c’est le cas de beaucoup. C’est sûr qu’au bout d’un moment, ce sont toujours les mêmes activités qui reviennent au cours des journées, mais elles donnent un rythme malgré tout aux jours qui passent.

* compter les jours passés et les jours restants… c’est le meilleur moment de ne pas en voir le bout. Et c’est le meilleur moment pour apprendre à vivre l’instant présent. A chaque jour suffit sa peine comme on dit. C’est une expression qui peut compter double dans de telles circonstances. Il peut y avoir beaucoup de décès à gérer d’un seul coup aussi vue l’hécatombe et de la peine il y en a et il y en aura. De près ou de loin, les émotions peuvent être décuplées. On avance un jour après l’autre en voyant ce qui arrive au fur et à mesure.

* le passé peut ressurgir. Des épreuves qu’on croyait ensevelies ou pire guéries, en route vers la résilience depuis longtemps, qui refont bizarrement surface. Personnellement, vus mes souvenirs, je sais que c’est lié à des personnes que j’ai connues et qui viennent de mourir. Tout est en lien avec la mort en tout cas et la peur que j’en ai depuis que je suis enfant. Pour m’éviter de m’étouffer dans la merde du passé qui s’associe au présent, j’écris ce que je sens remonter dans le but de m’en débarrasser au moins au niveau de mes pensées. Je libère mon cerveau de tout ce qui pourrait le polluer (ce qui n’empêche pas que j’arrive à ne plus y penser, ce serait trop simple, mais tout ce que je découvre, arrive à analyser, je préfère que ça ne tourne pas trop dans ma tête). Je conserve une trace pour pouvoir évoquer ces choses qui ne sont peut-être pas bien colmatées et que j’aurai besoin de travailler encore quand je pourrai reprendre le suivi psy, surtout quand je réalise que ce sont des schémas qui se répètent ou des modes de pensées inadaptés qui reviennent dans chaque relation et chaque situation et qui pourront perturber mon avenir. 

*  se culpabiliser de ne pas se sentir bien… le nombre de fois où j’ai lu et entendu « vous n’avez qu’à poser vos fesses sur votre canapé avec netflix, c’est pas compliqué ». Ce n’est pas simple pour autant parce qu’on a tous des ressentis qu’il faut gérer et on fait comme on peut. Ce genre de phrase ne se dit pas. C’est sûr que mon confinement est plus simple que le combat d’une infirmière qui part affronter la mort, mais ma santé mentale en prend un coup et je n’oublie pas ce que j’ai déjà traversé en matière de dépression avec les conséquences qu’elle a pu avoir. Cela peut être légitime que je m’inquiète de me retrouver coincée seule. 

Le confinement peut entraîner des décompensations psychiques, d’où ce post parce que je suis toujours sur un fil et j’ai senti que je pouvais glisser à nouveau dans une dépression et je dois gérer des crises d’angoisse plus fortes qu’à l’accoutumée comme à une certaine période de ma vie et je ne veux pas revivre tout ce bordel, alors je tente de prévenir plutôt qu’à devoir à guérir à la sortie du confinement. Je m’aperçois qu’il a des effets destructeurs sur moi, un peu comme un démon qui tourne en rond en disant « tu croyais t’être sortie de certaines choses, ben non, regarde c’est toujours là, tu l’avais juste enfoui et je profite que tu sois bien face à toi-même, bien confinée pour tout te rejeter à la gueule ! » Je n’avais jamais connu un tel phénomène pour être honnête, pourtant je pensais avoir fait le tour de mon cerveau brouillé par des pensées erronées depuis des lustres, mais là il fait fort… Le but étant de ne pas faire pénétrer complètement le démon en soi… J’ai écrit les grosses lignes mais je me rends compte qu’il y a des éléments à développer, ce que j’essaierai de faire et surtout comme pour tout ce qui est écrit sur mon blog, tout ce que j’ai évoqué me concerne. Comme d’habitude je partage ce que je ressens et les moyens que j’ai de gérer les conditions de vie actuelles.

Prenez soin de vous. Restez chez vous. Et on n’oublie pas que ce n’est pas le virus qui bouge, c’est nous. Plus on respecte le confinement, plus on contribue au déconfinement progressif. De toute cette période, de toutes ces angoisses, il en ressortira quelque chose de positif. 

 

8 réflexions au sujet de “Angoisses et dépression durant le confinement”

  1. Merci pour tes astuces. Je suis psy et j’accompagne mes patients en difficulté à distance et pour beaucoup le confinement est difficile. Et comme toi, je les raccroche à du concret, au geste du quotidien (hygiène de vie, activité plaisante…) et ça met un peu de baume au coeur.Ton billet est très juste et je vais pouvoir le partager avec certains de mes patients 😉

    A bientôt,
    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    1. Bonjour Line, merci beaucoup pour ce retour et le partage sur ta page fb, je comprends mieux d’où venaient certains partages 🙂 C’est toujours plus rassurant que ce que j’écris sur certains sujets soient validés par une professionnelle. J’ai souvent peur de mal m’exprimer et je sais qu’on vite aussi les choses différemment. J’ai parfois du mal à trouver les mots pour essayer de généraliser ce que je veux dire pour que d’autres puissent s’y retrouver. J’espère que tes patients vont bien en tout cas. C’est difficile c’est clair et d’autant plus précieux de les accompagner pendant cette situation inédite où on se demande tous, je pense, comment on va réagir. Bises, à bientôt 🙂

  2. Ma Delphine, quand ça ne va pas, tu as le droit de le dire et de te plaindre. Tu trouveras toujours chez moi une oreille compatissante (et probablement quelques bêtises) si tu as besoin. Je t’embrasse très très fort !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s