Des combats qui me touchent

Ce regard qui m’a fait retrouver mes mots

bef71b1e9275033c84e4cc2925f6f332
Source photo : pinterest

Dix jours sont passés déjà (ou seulement). J’ai eu besoin de m’éloigner de mon blog, parce que j’en étais arrivée à me culpabiliser de ne pas avoir de mots exprimant ce que je ressentais et incapable d’apporter un soutien quelconque au travers de mes mots, aussi minimes qu’ils aient été. Au lieu de ça, c’était le silence, la souffrance intérieure, le mutisme, les pleurs, la peur là, les questions où j’entendais « faut pas leur montrer notre terreur ». Je m’en voulais presque d’être aussi terrifiée de ce que je voyais dans les actualités du coup, ne comprenant pas pourquoi tout prenait de telles proportions. Mais j’avais aussi peur de sortir, même si on est bien loin de Paris. 

Et puis il a fallu sortir. Vendredi. Une semaine que je n’avais vu personne, à part Happy. Le 13 novembre, ma meilleure amie était venue pour une soirée filles où on papote de tout (surtout de mecs ^^), de nos vies, de tout ce qui ressemble à la vie. On riait. J’entendais bien mon portable qui m’indiquait que des messages sur messenger arrivaient, mais par respect, je n’ai pas regardé (et j’ai bien fait. C’était la 1ère soirée où je me sentais sereine et la dernière où j’ai trouvé un peu de paix en moi, alors c’était précieux). A 2h du mat, elle est partie, je me rappelle avoir fermé la porte le sourire aux lèvres, en la taquinant sur celui qui lui fait battre son ptit coeur. Puis j’ai rallumé mon pc et là c’était la mort après la vie. On avait passé la soirée à rire pendant qu’ils se faisaient massacrer. J’ai perdu mon sourire en 2ndes, aussi vite qu’eux ont été tués. 

La suite est un mélange de sentiments. Colère, tristesse, empathie envers les familles, pensées pour les blessés, l’incompréhension devant de tels gestes barbares, les amalgames que je commençais à lire et qui me mettaient hors de moi d’où mon post précédent d’ailleurs. 

Je suis donc sortie une semaine plus tard. Ma 1ère sortie, pas forcément seulement à cause de ça, mais aussi parce que je suis très douloureuse ces temps-çi et me retrouve souvent clouée. L’angoisse de me retrouver avec du monde alors que c’est déjà ma hantise en temps normal, était forte. Arrivée dans le supermarché, quelqu’un m’a bousculée sans faire exprès et en présentant ses excuses, ce qui est rare, il faut bien le dire. Mais évidemment, vu le contexte, je me suis retrouvée en pleine crise de spasmophilie à respirer dans le petit sachet qui ne me quitte jamais, discrètement dans un coin du magasin. Je voyais les gens tournoyer autour de moi et là, deux sentiments se sont mis en place. 

D’une part, comme une subite affection pour toutes les personnes qui étaient avec moi au même endroit. Je nous imaginais lutter contre des terroristes, ensemble. Chaque personne que je voyais, était à mes yeux, susceptible d’avoir été au Bataclan une semaine avant. Je les imaginais morts pour rien comme eux. J’avais envie de serrer tous ces gens dans mes bras pour leur dire qu’il fallait qu’on se batte vraiment ensemble, pour Paris, pour notre Pays. Que nous, on était pas morts contrairement à eux. Et qu’il fallait résister à la terreur (même si j’avais l’impression d’être seule à la ressentir pour le coup)

D’autre part, il y avait aussi la menace. Chaque visage qui me mettait le doute était un danger potentiel et je fuyais les rayons. Certaines pensées me revenaient en tête de ce que j’avais vu dans les médias et chaque bruit me faisait sursauter, annonçant le pire à venir. A peine remise de la crise, je me voyais finir là avec tous ces gens (l’angoisse à ce stade ne rend pas forcément très rationnelle…)

Je suis arrivée enfin à la caisse tant bien que mal. Derrière moi il y avait un homme de mon âge environ, qui m’a dit quelque chose à propos d’un article qui avait foutu le camp du tapis. Je me suis sentie agresser, dans un premier temps « qu’est ce qu’il me voulait ce type » parce que je n’avais pas entendu ce qu’il disait et que je me sentais devenir parano, je le voyais en terroriste :/ …. Et puis il a répété en souriant avec un regard rempli de douceur. On a été amenés à échanger une nouvelle fois et c’est là que tout s’est débloqué dans ma tête. Tout a fait surface. Ce que je n’arrivais pas à exprimer arrivait là au mauvais moment, mais là quand même. 

Je suis toujours attentive au regard des personnes que je croise. Et le sien m’a subitement fait craquer nerveusement. Il manquait peu pour que j’aille vers lui et que je m’écroule dans ses bras, en lui disant « serrez moi fort, prouvez moi que je suis bien vivante moralement encore, je me sens trop éteinte, je n’en peux plus de ce que je ressens et vois depuis une semaine ». Evidemment que je suis restée à ma place, à ranger mes courses. Je me suis dépêchée de rentrer, me suis arrêtée pour donner une pièce au monsieur musulman d’un certain âge qui se fait écraser, assis dans son coin, à chaque fois. C’est mon rituel depuis 3-4 fois que je le vois. Et son regard à lui aussi m’a troublée. J’y lisais à la fois la détresse de sa situation, en me demandant s’il était au courant de tout ce qui arrivait, s’il avait conscience de ce qui s’était déroulé une semaine avant. Et la gratitude que je lui montre que je l’avais vu, camouflé dans son coin. 

Deux regards et mes mots qui ont pu sortir. J’ai serré ma Happy très fort pour avoir un peu de sa chaleur et réalisé que le fait de n’avoir vu personne durant une semaine m’avait fait souffrir à un tel point… J’avais entendu ma famille, mais physiquement qu’est ce que j’étais seule, impuissante, écrasée par quelque chose d’encore plus cruel que ce que je pensais, au milieu de l’horreur, de la terreur, de l’incertitude de l’avenir, des questions désormais sans réponses. A l’heure actuelle, je ne sais pas où j’en suis de ce que je ressens. Une chose est sûre, je ne fais pas partie des personnes qui disent ne pas avoir peur. J’ai un rôle plus passif qu’actif, dans le sens où je ne suis pas capable de sortir la tête haute, de vivre comme si rien ne s’était passé. Et encore moins rire. Mais on avance chacun à sa façon. Le trouble borderline fait des ravages en moi, mélangeant réalité et fiction dans mes pensées parfois bien discordantes. S’il est plus puissant c’est que je n’arrive pas encore à bien séparer mes émotions, à retourner la colère envers moi à défaut de pouvoir la cracher vraiment. Mais au moins je parle…. Grâce à ce regard qui m’a fait réaliser le fond de mes pensées qui s’étaient camouflées en moi. Peut-être pour me protéger le temps d’être capable d’assumer… 

Entourez vous, c’est le seul conseil que j’arrive à donner, parce que je me suis aperçue que l’isolement ne m’avait pas arrangée dans l’histoire. Que j’aurais sûrement eu besoin de chaleur humaine pour me sentir un peu en sécurité contre tout cet enfer et ne pas me sentir morte de l’intérieur… Comme si on avait éteint des bouts de celle que je suis. 

Publicités

9 commentaires sur “Ce regard qui m’a fait retrouver mes mots

  1. Je pense que les réactions disant « il ne faut pas avoir peur » étaitent surtout là pour donner de la contenance… elles arrivaient à chaud après un drame. Je ne siasi pas comment, dans un cas pareil, on peut ne pas avoir peur… Les gens commencent à oser le dire. Ils atterrissent aussi pour certains. Moi j’ai peur : peur parce qu’on déploie des militaires dans mon pays, peur parce qu’on renforce la sécutité dans l’école de ma fille, peur parce que je me demande qu’elle sera la prochaine cible (commissariat ? hôpital ? crèche ? bibliothèque ?), peur parce que j’ai un membre de ma famille qui est à l’école de police à Bxl… J’ai aussi parfois peur que ça ne s’arrête pas, qu’on ne sache pas donner les réponses adéquats, que nos dirigeants s’en fichent de régler le problème… bref, c’est le bazar dans ma tête ! bisous

    1. Coucou ma Delph et ma Fédo, je fais d’une pierrre deux coups, hi, hi^^
      Heureuse que ces regards croisés t’ont reconnectée avec l’humanité ❤ et heureuse de te lire ma Delph 🙂
      Je fais partie de celles qui disent ne pas avoir peur ou plutôt qui refusent d'avoir peur. Je ne VEUX pas me laisser entraîner dans cette spirale de l'effroi. Je sais que ça parait plus facile à dire qu'à faire, mais ça a toujours été ma façon de fonctionner, mon côté têtu sûrement 😉 Peut-être aussi parce que mon enfance n'a pas été tendre et j'ai appris à serrer les dents dès mon plus jeune âge…
      Je ne blâme pas celles et ceux qui ont peur, loin de là. J'ai juste envie de les rassurer et de leur faire un gros câlin ❤ Alors courage les filles, on va s'en sortir, il faut y croire, même si c'est dur…. Plein de bisous à toutes les 2 ❤ ❤

      1. Merci ma belle Aileza, j’essaie de revenir doucement oui, va falloir me supporter de nouveau, quelle poisse 🙂
        Quand on me voit de l’extérieur, je me dis qu’on ne peut pas percevoir ma peur pour ne pas donner ce plaisir là. Il y a cette partie qui dit qu’évidemment on ne doit les penser qu’ils ont réussi leur 2ème mission après avoir réussi la 1ère en tirant. Mais l’autre partie, qui crie plus fort (pour l’instant) hurle la terreur. Et encore, ce n’est pas forcément pour moi que je la ressens, mais pour les personnes qui me sont chères. J’ai écrit plusieurs films en 10 jours, tous plus sanglants les uns que les autres, la différence c’est que les victimes sont mes proches. Je suis preneuse de tous les câlins possibles en essayant de rejoindre progressivement la partie « ne leur donne pas ce plaisir là » en mettant peu à peu ma peur de côté ❤ Plein de gs bisous, on va s'en sortir oui

    2. Il y a eu tellement de choses depuis vendredi 13 qui se sont passées en France, en Belgique que ça peut accentuer la peur pour certains et la laisser apparaître pour d’autres, aussi, je pense. Quand on n’ose plus sortir et que les enfants eux-mêmes commencent à réaliser qu’il risque d’y avoir une prochaine cible à tout moment et qu’on ne sait pas laquelle ce sera, ça devient encore plus dur à gérer. De tout coeur avec toi ma belle, je t’envoie des ptites ondes positives du mieux possible pour essayer de calmer le bazar qu’il peut y avoir dans ta tête. Courage, comme dit Aileza, on va s’en sortir, il faut qu’on fasse le maximum pour rester sur la voie positive ❤ je pense à toi et t'envoie de gs gs bisous

  2. Il y a ceux qui ont peur et décident de ne pas laisser la peur les gagner, ceux qui n’ont pas peur et ceux qui ont peur.
    En tant que maman j’ai peur, je l’avoue. Mais en tant que femme je laisse la peur de côté et j’avance. Etre entouré c’est important me belle. J’espère que dans les semaines à venir tu trouveras du soutien. Car c’est une sale épreuve à passer.
    On a le droit de dire qu’on a peur. Ca ne nous rend pas passif. On évolue plus doucement. Chacun son caractère et ses émotions. Chacun son passé, son passif, sa façon de gérer tout ça.
    Dès le lendemain des attentats, tout le monde voulait éviter la psychose ambiante. Beaucoup n’ont pas peur car ils vivent loin de Paris, n’ont pas d’enfants, n’ont perdu ni de près ni de loin quelqu’un dans cette sauvage attaque. Beaucoup souhaitent se convaincre qu’ils n’ont pas peur. Car la peur fait peur.
    Au final, chacun fait comme il peut…
    Heureuse que ces regards croisés t’aient aidé à sortir ce que tu avais sur le coeur ma jolie. Je t’embrasse bien fort, très fort.
    Marie

    1. Il y a effectivement aussi cette 3ème catégorie à laquelle mon côté « soit tout est blanc, soit tout est noir » n’avait pas pensé forcément « ceux qui ont peur et décident de ne pas laisser la peur les gagner », peut-être qu’au fil des jours, j’avance vers cette catégorie là. Et comme je dis, c’est surtout pour mes proches et ceux que j’aime que la peur est la plus grande. Ma famille à côté des frontières, c’est bête, mais on peut se dire qu’ils vont passer par là et faire du ménage comme ils ont fait hier avec un douanier à Toulon. On a l’aéroport Bâle-Mulhouse à quelques kms, pareil, ça réveille des craintes. Je comprends qu’en tant que maman tu aies peur. On va continuer d’avancer et ça ira mieux au fur et à mesure. bizarrement je n’avais pas ressenti le besoin d’être entourée, c’est au moment où je l’ai été par des inconnus et ces regards là que j’ai réalisé que seule c’était dur. Si ça n’avait pas été Noël dans un mois, je serais remontée un peu dans ma famille je pense.
      Je vous envoie de gs câlins à toi et ptit escargot et merci pour tes mots ❤ Bientôt ton beau recueil figurera sur mon blog, ça mettra de la couleur. Douces pensées ❤

  3. Oui, on a le droit d’avoir peur… et on continue tout de même à avancer, petit à petit, comme toi. Parfois grâce à un regard qui nous réveille et nous fait reprendre confiance en l’autre. En nous. Plein de bises…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s