Carnet de bord d'une confinée hypersensible

Carnet de bord d’une confinée hypersensible – Jour 3

Jour 3 – Mercredi 18 mars 2020

Eviter les réseaux sociaux peut aussi faire du bien dans ce genre de moment, parce que c’est très anxiogène. Aujourd’hui ils ont dû utiliser un Airbus pour transporter des patients de ma région natale vers Toulon par manque de lits en réanimation. A quel moment on en est venu à utiliser un avion pour évacuer autant de malades en France… Ca donne une autre dimension encore à la pandémie. Tous ces gens déclarés positifs. Tous ces décès. Toutes ces personnes qui ne réalisent pas encore le sens du mot « confinement ». Je finis par fondre en larmes en ayant mon chéri au téléphone, parce que complètement angoissée. Est-ce qu’il a compris mes raisons, je n’en sais trop rien, ce n’est pas important. 

Ne pas savoir quand tout se terminera est anxiogène aussi. Une autre sorte d’attente que je vis déjà depuis mi-décembre dans notre situation, avec lui à Nantes et moi ici. Je deviens tellement dingue que je me dis que la vie et le destin n’a pas envie de nous rassembler. Que c’est un signe bien triste du destin pour l’avenir… 

En parallèle, je me rends compte que je ne connais toujours pas le mot « ennui » et que me retrouver face à moi ne me dérange pas. Au moins quelque chose qui n’est pas anxiogène. J’ai fait le maximum pour avoir l’esprit occupé cette après-midi. Merci toujours facebook et instagram où je retrouve l’envie de partager davantage. Essayer d’être là aussi pour les personnes que j’apprécie et qui ne vont pas bien pour différentes raisons, qui ont appris de mauvaises nouvelles. 

Je me sens vide depuis plusieurs jours, comme si tout s’était refermé en moi. Le seul moment où je ressens de la vie se propager en moi, c’est quand ma porte-fenêtre, ouverte sur mon balcon et sur les autres (certains voisins des immeubles en face, semblent avoir découvert qu’ils avaient des volets et des fenêtres qu’ils pouvaient ouvrir, alors que je croyais que c’était inhabité). C’est tellement paradoxal d’ailleurs. On se confine pour éviter la mort finalement et en même temps, les gens ouvrent en grand leurs fenêtres comme si tout le monde avait besoin de se remplir de la vie des autres confinés. 

Ce soir, RV à 20h pour applaudir pour montrer notre soutien aux soignants et aux personnes qui sont là pour nous, qui prennent des risques. Je ne me faisais pas forcément beaucoup d’illusions, hier soir j’étais seule sur mon balcon à ne pas oser frapper dans mes mains, discrète comme je suis. Et ce soir, j’entends le couple qui habite juste à côté de chez moi taper dans leurs mains, du coup je m’y suis mise aussi et d’un coup on a vu toutes des petites têtes dépassées des fenêtres, à applaudir, chanter, crier. J’ai senti une vague de chaleur remplir mon corps et mon coeur. Une énergie disparue qui est subitement montée tout le long de mon corps et qui m’a donné les larmes aux yeux et ça m’a fait du bien. Nous étions solidaires, reliés par nos mains qui applaudissaient et j’ai été plus apaisée toute la soirée. Je me suis dit que l’être humain pouvait être surprenant… décevoir et émerveiller en quelques heures. 

A demain, 20h pour dégager le maximum d’énergie. On en a besoin. Tous. Ceux qui sont en 1ère ligne et nous. Ensemble on avance plus vite.

Et on continue à appliquer le #jerestechezmoi Pour stopper l’évolution de ce virus qui se balade un peu trop librement à mon goût… Et on continue de respecter les consignes. Plus on le fait, plus le confinement se réduira. Chacun(e) est responsable de l’autre. 

8 réflexions au sujet de “Carnet de bord d’une confinée hypersensible – Jour 3”

  1. Delph,
    Bravo tu as osé applaudir les soignants ! Moi dans mon lotissement, je n’ose pas le faire, pas par timidité mais par trouille du ‘quand dira-t-on », je sais c’est nul … vais-je oser ce soir ?
    Merci à toi de l’avoir fait, dans tes mots, je ressens cette émotion, ce merci qui apporte tant de soutien aux soignants
    Gros bisous

    1. Hier soir j’ai pensé à toi parce que je ne voyais pas ma voisine, j’entendais juste les immeubles plus au fond, j’ai quand même applaudi (même si ce matin je suis tombée sur un post où une infirmière ronchonnait en mode « au lieu d’applaudir, laissez nous de quoi faire nos courses » et ça m’a un peu refroidie en me disant « s’ils pensent tous pareils, je risque d’être vite blasée et d’arrêter de perdre ma main droite à chaque fois que je tape dedans ^^ mais bon. Je n’ai envie de retenir que l’émotion ressentie le 1er soir et j’essaierai d’y être tous les soirs ❤ gs bisous ma belle. Ose le faire en tout cas. Une copinette sur instagram habite dans une rue où elle et son mari sont juste tous les deux à applaudir, c'est pareil, je lui ai dit de continuer malgré tout

  2. Nous navons entendu personbe applaudir jai limpression que nous sommes quasi seuls dans limmeuble en face une tour de bureaux et quelques immeubles en contrebas dont les fenetres s’ allument le soir c’est angoissant .je suis chanceuse car pas seule mais je n’arrive a rien faire a part mecrouler dans la journee pour compenser les nuits a chercher le sommeil …mais on va y arriver en se parlant sur FB et messenger si on na pas trop de restrictions de flux🤣prends soin de toi et dis toi qu’au sortir de ce cauchemar tu viendras dabs la jolie ville de Nantes retrouver ton chéri et ses filles gros bisous courage prends soin de toi

    1. Dans mon immeuble c’est pareil, c’est surtout en face mais bien plus loin qu’ils sont à fond. Là il y a ma voisine et moi. Ou alors plus bas et je n’entends pas. Les nuits ne sont pas roses et la journée c’est sûr qu’à un moment donné le corps ne suit plus. N’hésite pas à me contacter sur messenger, je n’éteins pas mon portable la nuit, il est juste sur silencieux, mais je verrais ton message. Si je ne réponds pas, c’est que je roupille miraculeusement mais ça fait une semaine que je n’arrive pas à trouver le sommeil avant 4h donc bon… Il me tarde le jour où je t’enverrai un ptit mot en te disant « je viensssss » ❤ tu risques d'être étouffée par un câlin encore plus fort que ce que j'envisageais pour le coup 🙂 Gs bisous et prends soin de toi ma Cath

  3. Coucou ma Delphine ! La situation est anxiogène pour moi aussi. Je crains toute maladie susceptible d’affecter mes bronches avec mon asthme qui s’en donne déjà à coeur joie à cause du printemps et puis j’ai peur pour mes proches aussi. Mais je fais partie des chanceux qui vivent à la campagne avec un jardin. En un sens, depuis que je ne travaille plus, je suis déjà confinée. Je vis plutôt recluse la plupart du temps. Si tu as besoin de discuter, je suis là ! N’oublie pas. Je t’embrasse fort, fort, fort !

    1. Coucou ma Sandra, je comprends pour ton asthme, ma plus grande nièce et ma belle-soeur sont comme toi et j’angoisse qu’elles aient un problème. Avec le printemps en plus, comme tu dis pff… prends soin de toi et je suis là aussi ❤ C'est surtout de ne pas savoir quand tout va se terminer qui m'angoisse de mon côté. Et faire les courses et trouver de quoi nous ravitailler sans faire des kms parce que je ne pourrais pas. Et pour mes proches. L'angoisse provient de tout ça. J'arrive à m'occuper, j'ai la chance de ne pas m'ennuyer déjà en temps normal, du coup ça aide malgré tout. Plein de gs bisous et des câlins à tes 2 louveteaux coquins ^^

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s