Moments de bonheurs et d'évasion

Défi Listes – Mes meilleurs souvenirs de vacances

Vous pourrez même savoir quel genre de sandales j’avais aux pieds :p

Ma 1ère participation au défi listes de Zenopia, histoire de me replonger un peu dans cet été qui est passé très vite, entre les révisions chez moi, mes quelques sorties marseillaises, un petit séjour tout début de l’été chez mes parents où j’étais partie réviser un peu plus au calme aussi. Et mes 10 jours dans les Landes avec toute ma famille au grand complet.

Moments alsaciens / franc-comtois

Une escapade de deux jours au milieu de mes racines alsaciennes dans des villages que j’aime beaucoup, entourée de mes parents. Passé quelques jours chez eux et profiter de leur jardin au calme avec les oiseaux et les grenouilles qui me tenaient compagnie pendant que je révisais à l’ombre de mon pommier préféré. Profiter simplement de mes parents, de leur présence. 

Moments marseillais

Aller voir la mer pas loin et fixer l’horizon et surtout être tellement heureuse d’avoir pu marcher et avoir juste la sensation que je fais comme « avant » au moins le temps d’une sortie. Essayer d’aller marcher et sentir les pins, le soleil, l’iode. La chaleur du matin tellement plus agréable. Profiter de mon balcon le matin pour réviser tout en prenant l’air. Et le soir, m’y remettre pour regarder un film. Regarder par mon balcon quand les lumières commencent à s’éteindre (le côté positif d’être insomniaque). Me coucher enfin et ressentir un tout petit filet d’air frais qui passe. Sentir ma Happy jamais loin de jour comme nuit, dedans ou dehors. Marcher un peu dans le jardin près de chez moi et déballer mes cours sous un arbre. Retrouver l’envie de manger des salades de toutes sortes. Boire des infusions bien fraîches à toutes sortes de goûts. Voir mes fleurs qui ont l’air de se plaire depuis que je les ai plantées et qui poussent sans me tirer la gueule pour une fois 🙂 (je n’ai pas la main verte)

Moments landais

Entendre mes nièces appeler « tatie t’es oùùù ?? » dès que j’étais hors de leur champ de vision. Les sentir contre moi lors de nombreux câlins intensifs et entendre une petite voix et voir un grand sourire et de grands yeux bien ouverts « tatie je t’aime très fort », tout en jouant avec mes cheveux. M’amuser avec autant que mon corps me le permettait. Profiter de la plage avec tout le monde. Les papotages le soir et les jeux entre « grands » :p (toute la famille est restée de grands enfants à mon grand bonheur). Les magnifiques couchers de soleil sur cet océan que j’affectionne tant. Voir les ombres de ceux que j’aime se confondre avec le soleil qui nous dit au revoir et auquel on dit « dors bien, mais reviens demain stp, pour qu’on puisse encore venir sur la plage ». Regarder la nature, que ce soit l’océan, la mer, les fleurs, les arbres et se dire « comment on peut protéger tout ça au maximum » et se dire qu’elle est si belle et qu’il faut en profiter. Le matin entendre tout le monde qui se réveille. Le soir, être la dernière sans doute à trouver le sommeil le nez dans les cours, mais savoir que tout le monde est là, en bonne santé.

Tout ça sont mes meilleurs souvenirs de mon été 2016. S’il fallait résumer, on pourrait dire que je suis heureuse quand je peux me retrouver dans la nature sous toutes ses formes et n’importe où et que l’amour me porte et que ce n’est pas la distance entre moi et mes proches qui éteint tout ça. Cette liste me permet de constater que j’arrive à me raccrocher à mes petits bonheurs du quotidien aussi, que j’essaie de percevoir dans la moindre des petites choses, parce qu’ils me sont devenus vitaux. Réellement.

Et comme il reste 10 jours de révision, qu’il fait encore chaud, je crois que la bibliothèque et son air plus frais pour réviser, vont faire partir de cette liste ^^

Moments de bonheurs et d'évasion

L’Atlantique, ma 3ème maison

Coucher de soleil sur la Plage de Lespecier – Mimizan

Plusieurs étés qu’on a la chance de pouvoir partir tous en famille, dans les Landes, près de Mimizan. On a fait aussi Lacanau. Toujours près de l’océan, comme pendant mes vacances d’enfance à l’Ile d’Oléron où j’ai tellement de souvenirs de moi et mes parents, puis de nous avec mon frère, avec son parrain qu’il retrouvait chaque année quand on y allait. Je n’oublierai jamais tous ces moments remplis d’amour. Maintenant il y a ma belle-soeur qui est venue agrandir le cercle, puis mes deux petites nièces qui ont fêté leurs 3 et 5 ans. Mes petites perles qui savent mettre du baume au coeur qui font rire, qui propagent la bonne humeur et leur amour. 

11 jours complets où j’ai pu les voir se réveiller, appeler « tatie Delphhhh t’es oùùù ??? » dès que je n’étais plus dans le champ de vision. Les câlins à la pelle. Les « je t’aime tatie ». Les châteaux souvent éphémères de sable. Les « cours dans les vagues, elle va te rattraper ! » Le bruit des vagues même s’il n’était pas super violent cette année, le coefficient des marées devait être lui-même en vacances 🙂 Mais le soleil était là, avec parfois le vent qui n’était pas très chaud, mais on a profité de chaque moment autant que possible. Armée de ma béquille, j’ai affronté les dunes (merci les aménagements landais qui permettent d’accéder malgré tout plus facilement aux plages). Je me plantais devant l’océan pour bien m’imbiber des odeurs marines, du sel, du bruit parfois assourdissant, toujours avec vue sur l’horizon, cet endroit où tout reste possible et qui sert de repère. Je me sens petite devant cette immense étendue d’eau, parfois dangereuse quand on ne s’en méfie pas assez et pourtant tellement sereine, en sécurité, apaisée. J’ai du mal à accéder à cette sensation dans beaucoup de lieux j’avoue. La tête vraiment vide, l’esprit libre, avec seules pensées « wouahh quelle vague ! Quels rouleaux ! » Un si bon moyen de se ressourcer, en plus en famille, avec mes rayons de soleil que sont mes petites chipies de nièces que j’aime un peu plus à chaque fois que je les vois. 

La plus grande, Eva, m’a demandée pourquoi je n’avais pas d’enfant, j’ai répondu que tout le monde ne pouvait pas en avoir, que c’était la nature toussa toussa et que c’était pour cette raison que je les aimais si fort toutes les deux, parce que j’avais beaucoup d’amour dans mon coeur à donner et qu’elles le recevait, histoire de ne pas le gâcher (bon je n’ai pas dit les choses telles qu’elles, mais l’idée est là 🙂 ) Heureusement que les enfants ont la faculté de passer du coq à l’âne en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Et le summum : les couchers de soleil… quelle merveille, chaque coucher ne ressemblant jamais au soir précédent. Nuageux, moins nuageux, plus rouge, plus orangé, plus rose, plus intense, moins vif, mais dans tous les cas, d’une beauté qui m’a scotchée plus d’une fois. Mon appareil photo toujours présent évidemment pour immortaliser cette immensité qui se cache sous le soleil endormi. J’aurais pu y passer ma nuit (d’ailleurs, je serais bien restée là, avec une tente, bercée par le bruit des vagues, réveillée en douceur par la marée montante entretemps 😀 non je rigole, c’est toujours important de savoir les sens des marées pour ne pas se faire surprendre, surtout si on ne s’y connait pas beaucoup. Mais ce serait un rêve. L’idéal étant de faire un feu, faire griller des saucisses, des patates, des chamallows, en toute sécurité pour ne pas mettre le feu à la pinède (petit clin d’oeil aux pyromanes volontaires ou pas des dernières semaines…). Se coucher sans le soleil et se réveiller en sa compagnie de nouveau. Etre libre… 

J’aime marcher dans les pinèdes, je retrouve cette odeur dans mes collines, quand j’y ai encore accès et que je n’ai pas besoin de monter trop haut pour en profiter et mmhhh. Les pins sentent encore meilleurs quand le soleil a chauffé dessus toute la journée et quand vient la fraîcheur du soir, ils en conservent l’odeur caractéristique mais avec une touche d’air plus frais, et les deux mélangés, c’est un régal pour le nez. 

Je crois qu’on a compris ce que pouvait m’offrir l’océan et ses environs.  Voir mes parents heureux de tous nous avoir, ça n’a pas de prix. Voir mes nièces pendant tout ce temps, du bonheur. Se retrouver avec mon frère et ma belle-soeur, faire des jeux de société, papoter, rire, regarder un peu les JO, parce qu’à plusieurs c’est quand même plus sympa je trouve, même si j’avoue que je n’étais pas à fond dedans. 

Je vous laisse avec quelques photos (pas tant que ça, problème de stockage de mes photos…). Sans surprises, il y aura pas mal de couchers de soleil. On n’y verra pas mes nièces, parce que je tiens à les protéger un peu par contre. Bonne visite de Mimizan, Bias et la plage de Lespecier.

Et vous, vos vacances, vous avez pu partir un peu ? Dans quels endroits ? 🙂

Moments de bonheurs et d'évasion

Ces plaisirs quotidiens qui font mon bonheur

Source : Pinterest

A l’arrivée du printemps qui est ma saison préférée, mes plaisirs de chaque jour sont un peu plus nombreux que ceux en hiver où je tremble comme une feuille et en claquant des dents parce que j’ai froid (oui même à Marseille… pour que j’aie chaud, il faut au moins 28°C hihi). Malgré tout, il y a des moments bien compliqués à gérer côté douleur, moral et pour essayer de me tirer vers le haut, j’ai noté tout ce qui me faisait plaisir et me mettait le sourire et me provoquait un peu d’oxygène. Ce sont les plus petits plaisirs qui sont les meilleurs et ils font mon bonheur, même si parfois c’est juste 2mns parce que c’est souvent éphémère ce que je ressens. Mais chaque minute de bonheur est précieuse quand on ne va pas forcément très bien et si on rajoute 1mn par çi par là, à la fin de la journée, on prend conscience que finalement c’est loin d’être si mal qu’on ne le  pense.

J’aime quand je commence à pouvoir entrouvrir la fenêtre, la nuit, parce qu’il fait assez chaud. Mais quand ce n’est pas encore le cas, remonter ma couette jusqu’à mon nez sinon j’ai froid. La 1ère gorgée de coca qui descend dans ma gorge. Le soleil sur mes jambes quand je suis assise sur le balcon. Voir que mes fleurs plantées dans mes jardinières, s’ouvrent. Sentir la terre une fois arrosées. Croiser le regard de ma Happy le matin et me dire qu’elle sera encore là aujourd’hui pour m’accompagner. La sentir m’escalader pour les 1ers câlins du matin. Voir que quelqu’un que j’apprécie a publié une vidéo asmr et pouvoir l’écouter en me couchant. M’hydrater de la tête aux pieds et sentir que ma peau me remercie. Ecouter Marseille éteint la nuit et savourer le (presque) silence. Sentir l’iode qui vient titiller mes narines. Laver mes draps, les faire sécher dehors, les remettre le soir et me plonger dans la douce odeur de lessive et de l’air de dehors (bon ce n’est pas quotidien c’est vrai ^^). Découvrir une nouvelle chanson qui tournera en boucle. Tomber dans un livre et savourer les 1ères pages qui sont les meilleures (je n’ai pas une grande concentration pour lire beaucoup). Les 1ères gouttes chaudes qui dégoulinent sur mon corps pendant ma douche. Entendre des oiseaux chanter. Regarder la lune et les étoiles en pensant au Petit Prince et s’imaginer toutes sortes d’histoires. Lécher la spatule en bois après avoir versé le contenu de la casserole dans mon assiette. Manger le soir devant le replay de « Un dîner presque parfait ». Tomber sur un film et me réjouir de passer un bon moment devant. Pareil pour une série découverte. Manger du chocolat au lait avec des noisettes. Préparer des petits plats simples mais bons et surtout qui me font plaisir.

Ce sont des petites choses accessibles chez soi, à tout moment. La seule façon de le ressentir étant d’avoir conscience de chacun de nos gestes quand on les effectue. Evidemment que lorsque je peux sortir, faire plein de photos et travailler ma formation autant que possible, là c’est du luxe au-delà du bonheur, mais tout cela n’est pas quotidien et surtout pas forcément accessible tout le temps selon mon état, du coup, parfois pour ne pas trop sombrer, on se raccroche à tout ce qui est possible de croiser chez soi.

Quels sont vos plaisirs du quotidien qui font le votre, de bonheur ?

 

Moments de bonheurs et d'évasion

Des bonheurs sous toutes les coutures

« les bonheurs qu’on arrive à ressentir seule, sont amplifiés quand on peut les partager » Ptite Delph Source photo : Pinterest comme pour toutes les autres photos

Le but de 2016 est de veiller à voir les petits bonheurs du quotidien, parce que je crois davantage à l’accumulation de plusieurs bonheurs chaque jour, que LE bonheur avec un grand B, que beaucoup recherchent toute leur vie, mais c’est une quête vaine à mes yeux, si on n’a pas été capable de voir ce qui nous entoure déjà dans nos vies de tous les jours. J’ai aussi envie de croire que même dans les jours les plus sombres, il y a un petit quelque chose qui nous fait dire « bon, la journée était pourrie pour X raison(s), mais j’ai vu un beau film par contre, senti de bonnes odeurs de nature, mangé quelque chose qui a éveillé mes papilles ». C’est ça le vrai bonheur finalement, parce qu’il nous est accessible à tout moment, à condition qu’on ouvre tous nos sens pour le ressentir, le voir, l’entendre etc. Selon la nature du bonheur, même s’il est tout mini. L’idée et le besoin de faire ça est venue alors que j’étais en train de marcher dans une forêt qui est juste derrière la maison de mes parents. Il avait plu et j’adore les odeurs post pluie, la terre mouilllée, les arbres, les feuillles. J’ai inspiré un grand coup pour renifler tout ça et je me suis sentie juste libre. Alors autant dire que l’envie de retrouver cette sensation au moins une fois dans la journée grâce à quelque chose s’est vite fait sentir ^^

Ce n’est pas forcément simple pour moi de changer un peu cette façon de percevoir les choses, surtout avec mon pessimisme légendaire en plus de mes idées sombres et mes pensées de travers bien trop souvent. Mais j’ai besoin de modifier mon mode de pensées pour avancer et voir la vie où elle est réellement. Du coup, après avoir fouiné sur Youtube, sur Pinterest, j’ai trouvé des petites choses qui pourront m’aider à veiller de plus près à tout ce qui se passe dans ma journée. Trois principalement qu’on retrouve souvent :

1- Le tableau d’inspiration ou de rêves

J’ai rassemblé plusieurs photos qui se rapprochent de ce que je souhaite pour 2016. Je l’ai mis en fond d’écran sur mon pc, pour l’avoir sous les yeux et de ne pas perdre de trop les objectifs fixés et les envies de l’année. Chaque ligne correspond à un thème plus précis pour savoir où poser mes yeux quand je me sens peut-être plus démotivée ou que je ne crois plus en certaines choses… La 1ère ligne est tout ce qui est amitié / amour, la 2nde tout ce qui concerne mes projets professionnels et d’écriture, la 3ème l’envie de m’évader que ce soit sur Marseille ou dans d’autres pays via des photos et leurs traditions (merci encore Pinterest 🙂 ). La 4ème ligne regroupe sûrement le plus important finalement : la recherche de soi, la relaxation, la méditation, prendre soin de soi pour espérer le maximum de sérénité. Et la dernière ligne est simplement ce que j’aime faire et que je mets peut-être trop de côté pour différentes raisons et que j’ai besoin de retrouver.

Epanouissement, élargir les horizons, aimer, sérénité, pourraient être les mots majeurs de ce tableau en gros.

Merci Pizap et Pinterest

2- Défi photos Instagram

Chaque jour, je partage une photo qui va caractériser un petit bonheur du jour. J’ai mis le #1jour1bonheur1photo (si ça vous dit de me suivre dans cette mini aventure d’ailleurs, même si ce n’est pas journalier, n’hésitez pas à mettre ce # pour regrouper tous nos petits bonheurs 🙂 ) C’est en regardant mon profil IG que je suis tombée sur des photos en me disant « ah oui, c’était à tel moment, c’était chouette ! » J’étais contente de retrouver ces instants furtifs partagés sur mon compte. Un petit aperçu de quelques photos prises sur mon petit IG :

pizap.com14528227745431

3- La boîte à bonheurs

Dans une jolie boite que j’ai achetée (enfin il y en a 2 si je n’avais pas assez de place ^^) pour 3€ les 2, rien que ça, c’était un ptit bonheur 🙂 je mets des petits bouts de papier que je plie et ouvrirai à la fin de l’année et c’est motivant je pense de voir la boite qui se remplit au fil de l’année. J’y mettrai des choses qui vraiment ont pu provoquer un bien-être un peu plus durable que le ptit bonheur quotidien

Voilà en gros pour mes tentatives de capturer de toutes sortes de façons, ce qui me procure des bonheurs, des instants de bien-être.. de vie tout simplement. Et vous, comment vous percevez les bonheurs quotidiens ? Vous en conservez des traces quelque part d’une façon ou d’une autre ?

Moments de bonheurs et d'évasion

Joyeux Noël !

Crédit photo : pinterest

Un petit passage pour vous souhaiter un joyeux Noël à tou(te)s. Profitez de vos proches, des personnes que vous aimez, que vous le fêtiez en famille ou entre amis. Partagez de bons moments, riez à en avoir mal au ventre, faites des câlins aux plus petits (et pourquoi pas aux plus grands), ayez les yeux grands ouverts en voyant l’effet que font vos cadeaux quand le papier se déchire. Bref profitez de chaque instant.

De mon côté, je suis chez mes parents, en Franche-Comté, depuis lundi et demain en fin d’après-midi, on passera en Alsace, chez mon frère et toute sa petite famille, avec ses beaux-parents 🙂 Un Noël comme je les aime. Il me tarde de voir les yeux de mes petites princesses quand elles verront que le petit papa Noël est passé ^^

Et comme toutes les années (et que je suis chiante toute l’année avec ça), n’oubliez pas un Sam, si vous sortez ou restez sur place si le coude a été un peu trop levé 🙂 Faites attention à vous, prenez soin de vous et de ceux que vous aimez. Sans oublier de leur dire ❤

Je vous embrasse bien fort. 

****** JOYEUX NOEL !!!! ******

Moments de bonheurs et d'évasion

Mme Fleur ou la joie de donner aux autres

Photo : Pinterest

Après « Oscar et la Dame rose » que j’ai beaucoup aimé d’ailleurs, d’Eric-Emmanuel Schmitt et le film qui a été tiré du livre, on trouve « Ptite Delph et Mme Fleur ». Dans mon immeuble, il y a 2 ailes. Je suis dans la première et elle est dans la seconde. La première fois que je l’ai rencontrée, c’était à une sortie d’hôpital, je rentrais chez moi avec un air morne et au détour de l’immeuble duquel elle sortait, elle pétillait avec un grand sourire et j’ai été transportée dans son monde. Ce n’est pas son vrai nom, je ne sais même pas comment elle s’appelle d’ailleurs. Je l’ai surnommée Mme Fleur, tout simplement parce qu’elle a toujours une grosse fleur à son oreille, ce qui lui donne un air de magie, un personnage sorti tout droit d’Alice au pays des merveilles. A chaque fois qu’elle me voit, même si je suis encore sur le trottoir, prête à grimper les escaliers, elle me sourit et commence à papoter de tout et de rien. Et autant, j’avoue parfois avec certaines personnes j’ai envie d’abréger, mais ce n’est jamais le cas avec elle. Elle est remplie de vie, est d’un certain âge et semble avancer mieux que moi à cavaler dans les rues marseillaises. On sait à quel point je m’attache aux regards et à ces attitudes qui me réconcilient avec les gens, bien souvent. Et elle en est le symbole, de ce comportement que j’affectionne tant. Elle s’inquiète parfois de savoir si je ne vais pas avoir froid, si ça va aller pour porter ma poubelle de l’autre côté de la rue, si je veux qu’elle attende que je revienne pour être en sécurité. Une grand-mère qu’on a envie de choyer. A chaque fois que je descends ou monte chez moi, j’ai l’espoir de la croiser par là pour qu’elle diffuse de sa joie de vivre avec sa fleur toujours camper derrière l’oreille. 

La dernière fois que mes parents sont venus, pour rire parce qu’ils allaient se demander de qui je parlais et raconter qui elle était vraiment, je leur ai dit « vous n’avez pas vu Mme Fleur ?? » « Mme Fleur ? Non… » J’ai expliqué pourquoi je l’appelais ainsi et raconter mes rencontres avec elle au détour de notre immeuble. Ma maman qui n’avait pas tout suivi, me demande où elle habite et en entendant que je ne sais pas non, elle me répond « tu as regardé si tu trouvais une Mme Fleur sur l’interphone du bâtiment B ? » Grand moment de solitude…. Maman, ce n’est pas son vrai nom, c’est moi qui l’appelle de cette façon affectueuse 🙂 

J’aime ces personnes qui font parfois mon quotidien, que je ne croise pas tous les jours, parce que je ne peux pas sortir chaque jour, mais qui sont capables de changer le regard sur les gens, juste grâce à leur comportement, leur sourire, leurs regards.

Comme vous pouvez voir, je suis toujours autant obsédée par ces êtres colorées de l’intérieur (même si Mme Fleur est aussi colorée de l’extérieur. J’ai pensé à elle davantage la semaine dernière, parce qu’il y avait une adorable mamie, surnommée « Mme Couleurs », dans les Reines du shopping) avec le regard plein de vie. On se raccroche vraiment à tout ce qu’on peut ❤

Moments de bonheurs et d'évasion

Vacances en famille à Bias

Plage de Lespecier – Août 2015

De retour de 11 jours de douceur, d’amour, d’oxygène, d’océan. Bias est une petite ville des Landes, à côté de Mimizan où on avait déjà été. La même plage de Lespecier toujours aussi pratique d’accès quand on a certaines difficultés, ce qui m’a permis de suivre, même si j’ai dû faire des petites pauses, parce que j’ai du mal à récupérer d’un jour à l’autre, au fil du temps. Mais j’ai profité à fond, autant qu’il m’était donné de le faire. On était toute la famille réunie, ce qui était précieux. Mes princesses poussent et j’aime les entendre papoter, rire, appeler « elle est où tatie ? ». Lola (2 ans) qui dit à Eva (4 ans) « coucou eva, çà va ? » et blablabla, les petites pipelettes, c’est parti ^_^ De plus en plus de mots sortent de sa petite bouche. On a fêté l’anniversaire de ma ptite nénette, déjà 4 années qu’elle rend toute la famille heureuse. Le temps file, je me suis souvenue de ce 6 août où on l’attendait tant et maintenant, elle est sur patins à roulettes à avancer mieux que moi 🙂 Je les aime mes petites princesses et malgré qu’elles changent, j’ai toujours l’impression de les avoir quittées la veille, comme si la distance géographique n’était pas là. Tellement peur qu’elles oublient qui est tatie Delph, au-delà des kms. Mais Nénette se souvient qu’à Noël, j’avais fait des photos de nous deux en train de faire des grimaces et quand on lui demande d’où elle sort cette manie sur les photos, ben elle dit « c’est tatie delph qui m’a montré » humhum… Du coup, j’ai essayé de lui faire souvenir de choses plus malignes, ce coup-çi 🙂 

La chance de pouvoir profiter tous ensemble, que la vie nous permette d’être réunis durant ces vacances. Au milieu de la plage, devant l’océan qui nettoie tout en soi. Seules les vagues comptent quand on est devant cette immensité bleue. L’excitation de les voir s’abattre contre le sable et venir jusqu’à nos pieds. Pas très chaud mon joli océan où j’ai juste pu tremper mes pieds, mais je me suis régalée à le prendre sous toutes les coutures en photo. Sentir les pins aussi, marcher sur leurs aiguilles. L’odeur du sable après une journée de chaleur. Et ce calme… Le 1er matin, il m’a presque troublée, j’ai dû m’assurer que je n’étais pas devenue sourde dans la nuit, on n’entendait rien, le paradis. Mais on s’y habitue vite au silence. Demain, on est lundi et les travaux vont recommencer à 2 pas de chez moi, je n’ose pas imaginer le choc auditif que çà va faire ^^ 

Tout se mélange, avec mes 6 rayons de soleil a fait beaucoup de mien à mon moral en tout cas. J’ai parfois été en colère contre mon corps de ne pas arriver à faire des choses ridicules ou de devoir dire non à mes nièces, sans forcément arriver à leur dire pourquoi tatie Delph ne court jamais, qu’elle peut juste tenir de la main gauche les ptites mains qui viennent se faufiler dans la sienne, ne pas jouer au ballon, tenir une raquette de plage. Mais je les aime jour après jour et rien ne pourra jamais me faire perdre çà. Je ferai toujours le maximum de ce que je peux avec elles, pour leur faire oublier (et à moi, pour ne pas me sentir frustrée) ce que je ne pourrai jamais leur apporter. Je n’ai pas envie qu’elles souviennent de çà de moi… Je veux qu’elles aient en tête nos rires, nos photos grimaces, nos papotages, nos recherches de coquillages, nos châteaux de sable et surtout mes « je t’aime fort » à l’une et l’autre.

Je vous laisse avec l’océan, le sable, les pins et le ciel parfois menaçant 🙂 La météo a été sympa avec nous, chaque jour était une belle surprise, comparé à ce que la météo avait annoncé la veille. J’ai fait un petit diaporama photo et vidéos pour remplacer les photos que je n’ai pas pu mettre, par manque de place par ici.

Moments de bonheurs et d'évasion

Des graff’ à Marseille – Festival street art

Je me souviens que j’avais déjà écrit un post sur le street art marseillais, lors de l’attentat à Charlie Hebdo, parce que Cabu a une belle place dans une rue de ce quartier artiste. J’apprécie son ambiance, comme j’avais pu le dire à l’époque. Il y a eu un festival il y a 2 semaines. Des graffeurs qu’on pouvait voir à l’oeuvre. J’y ai été… mais dû revenir… Je ne sais pas ce que j’ai fabriqué, il a fallu les chercher déjà et apparemment j’étais un peu trop tôt, du coup, j’ai marché et en voulant revenir sur mes pas parce que je me sentais épuisée, me suis rendu compte que remonter la rue était impossible pour mes jambes. Donc j’ai continué comme si de rien n’était en priant pour entrevoir une bouche de métro le plus vite possible… Bref, c’était une expédition et je suis rentrée énervée, frustrée et épuisée pour rien finalement… Mais je laisse rarement un défi fibro gagner, alors dimanche je suis repartie et refait le chemin. Je n’ai pas trouvé tous les murs qui avaient été recouverts le week-end précédent, mais suis tombée sur des graff’ que je n’avais pas encore vus, alors j’étais contente et les autres seront un jour trouvables au détour d’une rue.

Grâce à ce festival, j’ai découvert 2 graffeurs dont j’aime beaucoup le travail. Deuz, marseillais et Dire, aixois. En cliquant sur leurs noms, je vous envoie vers leurs pages facebook, si le coeur vous en dit d’avoir un plus grand aperçu de leurs oeuvres. Ils « travaillent » davantage les corps, les visages et leur expression et ce qu’ils font est, à mes yeux, époustouflant. 

Je vous laisse avec les photos prises l’autre jour. Comme d’habitude, pour voir les photos en grand, il suffit d’ouvrir la 1ère et le reste suit 🙂 Bonne visite murale du Cours Julien, dans le 6ème arrondissement de Marseille. J’y vais toujours le dimanche matin, déjà parce qu’il y a moins de monde, mais surtout parce que les boutiques sont fermées et on peut voir les graff’ sur les volets :p

Moments de bonheurs et d'évasion

Le parc Borély, un des poumons de Marseille

Le parc Borély est un des plus grands parcs de Marseille, il a été construit entre 1860 et 1880 et est près des plages Sud de la ville. J’aimais y faire du roller, c’est l’endroit aussi de ceux qui se baladent tranquillement le week-end, avec ou sans enfants, mais qui a des aires de jeux, de ceux qui courent ou font des exercices de yoga etc… Des arbres à foison, des massifs de fleurs, un jardin botanique (dont je n’ai jamais vu la couleur), la roseraie qui, là, pour le coup, avait une drôle de tête. Déjà, on était cramés par le soleil et je crois que les roses l’avaient été bien avant nous. Pouf, plus de roses pratiquement (il faut dire que j’avais bien 1 mois et demi de retard pour les prendre en photo…)

Il y a une buvette près d’un plan d’eau où canards, oies, ragondins se côtoient et le petit rituel de mes parents et moi quand ils viennent, est d’aller déguster une gaufre au sucre. 

J’aimais y aller pour lire, je m’installais des heures sur le gazon, sous l’arbre le plus imposant du parc. Maintenant, j’ai du mal à rester assise par terre, mais je vais retenter. J’ai besoin de ce contact avec la nature et ses éléments. Et toucher ces immenses arbres et imaginer que mes pieds s’ancrent dans le sol autant que le font les racines de ces arbres centenaires. Puiser l’énergie là où elle est… et prendre des photos à gogo évidemment. Mes jambes sont trop petites pour voir chaque détour de ce parc. J’y vois quelque chose à photographier, puis encore autre chose qui se profile et je n’arrive plus à m’arrêter. Rempli de recoins tous plus magnifiques les uns que les autres. Je vous laisse avec une sélection. J’ai aussi filmé, mais pas encore fait le montage. Je préviendrai quand ce sera le cas. C’était tellement tranquille qu’il fallait immortaliser cette sérénité. Désolée pour les roses par contre, j’étais déçue :/ 

Pour y aller, soit le bus est là pour s’arrêter juste devant, soit on peut prendre le métro et marcher au bord de l’Huveaune (c’est un fleuve côtier qui ne mesure guère plus de 45kms, c’est d’ailleurs le plus petit fleuve qui existe il me semble. Il traverse entre autres Aubagne et une fois qu’on est au parc Borély, il se jette dans la Méditerranée. Personnellement, je préfère marcher un peu plus que de me retrouver prise en sandwich dans un bus qui s’arrête quand même vers le métro, donc c’est kiffe kiffe… sauf qu’il y a moins de bruits, des odeurs plus odorantes ^^ et une plus belle vue. 

Les photos sont mises sous forme de diaporama, vu le nombre. Il suffit de cliquer sur la 1ère pour l’actionner. J’y mettrai parfois une légende, du coup, il faut regarder sous la photo si un petit message ne s’y cache pas. Histoire de dire ce que j’ai pris quand même, en photos et expliquer ce que cela représente, pour vous faire découvrir. Bonne visite !