Des blablas de toutes sortes

L’amitié homme-femme, mode d’emploi… ou pas…

images
Qu’il soit heureux c’est l’essentiel, même si sa meilleure amie finit par prendre le large…. A notre amitié et ce lien qui m’étaient si précieux… Notre complicité me manque…

J’ai toujours cru à l’amitié entre les hommes et femmes, déjà parce que je m’entends mieux avec les hommes, en général. J’y vois et y ressens un sentiment de complémentarité qui m’a souvent fait avancer. Un ami militaire m’a aidée à découvrir le Qi Qong et la force du mental qui à l’époque me permettait de déplacer des montagnes, alors que j’étais fine comme une allumette. Celui qui m’a fait découvrir le mot « aimer » est toujours en contact avec moi et même s’il n’est pas très bavard, je sais qu’il suit chacune de mes étapes. Qu’il est heureux quand il voit des choses positives et impuissant quand c’est l’inverse. D’autres ont été là avec leurs oreilles, leurs bras pour me serrer bien fort (c’est rassurant et protecteur aussi quelque part). Et puis il y a 8 ans, il y a eu mon meilleur ami. Rencontré sur meetic, on est restés 5-6 mois « ensemble » même si c’était bancal, pour se rendre compte qu’on était mieux en tant qu’amis finalement.

Et ce qui était magique, c’est que c’était le cas des deux côtés. L’un n’avait pas plus de sentiments que l’autre, ce qui a permis la relation d’amitié qui est née par la suite. Il a été mon confident, mais aussi le grand frère que je n’ai pas eu la chance d’avoir. Il a été mon pilier durant l’anorexie aussi. Me remuant psychologiquement pour avancer. Se réjouissant des kgs pris, que je lui annonçais par sms dès que je me pesais, parce que je savais qu’il en était heureux pour la journée. Et puis il y avait cette complicité qui rendait tout unique entre nous. Cette capacité à passer de longs moments, ma tête blottie contre son épaule avec son bras m’entourant, sans qu’il ne se passe rien d’autre. Tout simplement parce que plus aucun des deux ne le souhaitait. Il n’y a plus la barrière du désir qui nous empêche. C’est quelqu’un de très tactile et câlin, donc c’est aussi sa façon d’être avec toutes ses amies. Sauf que le lien entre nous est plus fort du fait qu’on a traversé bien des épreuves, qu’on a pleuré et ri ensemble.

Durant toutes ces années, il a eu beaucoup de compagnes. De mon côté, entre l’anorexie et la fibro, on ne peut pas dire malheureusement que je suis très active dans le domaine des amours. J’ai souvent dû me justifier sur ma présence dans sa vie. Jalousie oblige… et c’est là que le mode d’emploi me fait défaut bien largement, parce que ce coup-çi, la jalousie de sa dernière compagne avec qui il est depuis 2 ans environ, a été un peu… heu… démultipliée…

Au début, bizarrement, çà allait, on faisait même des sorties tous les 3 et depuis 1 an et demi, tout a changé. Une suite de malentendus, de non dits emmagasinés. J’ai présenté des excuses…. d’être dans la vie de mon meilleur ami pour finir… puis des mots qui m’ont plus que touchée ont été balancés, parce qu’elle avait atteint ma 1ère pathologie, celle pour laquelle j’ai perdu beaucoup trop de monde et je refuse qu’on y touche, alors j’ai été plus virulente aussi (en gros, je réponds comme on s’adresse à moi pour le coup…). Une amie commune à nous deux s’en est mêlée en rajoutant de mots plus moches les uns que les autres. Le meilleur ami était entre moi et sa copine. Je sais qu’il s’est battu pour me faire conserver ma place comme avant, alors je me suis accrochée moi-même et j’ai continué pour nous, en faisant abstraction du reste, tant bien que mal.

Mais je suis devenue d’un coup une relation compliquée à gérer. En octobre dernier, il ne savait pas où irait notre relation, c’est dire. Depuis, j’essaie de rester dans sa vie et prends au maximum le temps qu’il m’offre, mais j’ai l’impression d’être sa maîtresse pour le coup. Je n’ose plus envoyer de sms de peur de créer au moins la 40ème guerre mondiale au stade où on en est. Les messages fb sont effacés de peur qu’elle tombe dessus alors que je n’y dis rien de spécial. Ne demande plus rien. Attends qu’il puisse me voir, en essayant de m’arranger le jour où çà tombe, histoire de ne pas le rater (comme une maîtresse attend son amant, comme lui, me le fait ressentir). Les fois où je le vois se sont espacées à 1h tous les 15 jours, puis toutes les 3 semaines. De mon côté, quand je ne vais vraiment pas bien, je m’isole (pour les personnes qui viennent d’arriver, si vous voyez la ptite phrase « article programmé, je reviens dès que possible », c’est que je suis dans ma bulle et que personne ne peut entrer vraiment en contact avec moi et surtout je ne réponds à rien, j’éteins tout. Quelque chose qui n’est pas forcément simple à gérer, mais si c’est pour dire « coucou, bisous », histoire de juste rassurer, de dire que je suis là, de mon côté, çà me rend plus seule moralement, alors je me tais. Même si j’essaie de faire attention de plus en plus, mais bon…

Je n’ai pas de mode d’emploi à vous donner en tout cas pour convaincre la compagne qu’elle ne risque rien (j’ai regretté de ne pas être lesbienne plus d’une fois, voire bi, au moins, pour calmer le jeu, tout aurait été plus simple, manque de pot je suis hétéro à fond les ballons pff, donc un danger potentiel… sauf que ce n’est pas le cas, bien loin de là, je ne dirai pas pourquoi. Un jour peut-être, je dirai juste qu’il n’y a  pas que les voies du Seigneur qui sont impénétrables humhum…. 🙂 ).

Alors je crois toujours en l’amitié homme-femme, parce qu’on est en la preuve vivante, mais je ne sais plus où est ma place. Il n’y a plus de quoi être jalouse en tout cas, pour ce qu’on communique et se voit. Je n’ai jamais été bien envahissante à toujours appeler, demander quelque chose pour lui laisser vivre ses relations. Mais dans celle-çi, si je me fais plus discrète, je disparais de sa vie, peux pas me faire plus petite, purée… Alors quand on me dit que j’ai toujours ma place, c’est normal que je doute, parce que je ne suis pas un gros investissement. J’ai l’impression qu’on a volé une partie de moi. Pour rien. Que c’est du gâchis. Et je suis fatiguée de me justifier. Il y a eu des mots de trop suite à mon geste et j’ai tout remis en question pour de bon.

J’aimerais ne pas être aussi attachée à lui pour arriver à partir à l’heure actuelle… et pourtant, il me manquerait, mais c’est déjà le cas, quelque part. Alors qu’est ce que çà changerait si je partais de sa vie. Je n’aurais plus l’impression d’être un boulet dans une vie, au moins… Ben oui, c’est comme çà que je me vois depuis 1 an et demi. La casseuse de couple (j’ai dit que j’étais un danger). Le jour où j’étais prête à promettre, jurer que je le percevais comme un grand frère, sur la tête de mes nièces, comme on le dit quand on est à la primaire, je me suis fait pitié :/

A chaque fois, je me dis « prends ce qu’il te donne », mais c’est quelque chose qui me touche. On est passé du tout (du trop, même… à force de parler de moi, çà ne pouvait qu’arriver) au quasi rien et c’est triste. Je me sens punie pour quelque chose que je n’ai pas fait. J’en viens à envier les autres amies qu’il continue de voir, parce que « ce n’est pas pareil, on n’a pas le même lien ». Mais en attendant, ce sont des dangers potentiels tout autant et en plus, elles profitent de moments partagés avec lui. Et mon réflexe est de ne plus m’approcher d’hommes qui pourraient potentiellement devenir des amis.

« Il paraît que c’est compliqué pour une compagne quand il y a une meilleure amie, il faut comprendre »….. est-ce qu’on a pensé à ce que ressent la fameuse pseudo meilleure amie, par contre, de voir que le lien commence à se casser ? Je doute et fatigue de devoir tout comprendre j’avoue aussi… Surtout quand il n’y a rien à comprendre puisqu’il ne se passe rien du tout (je n’ai jamais volé le compagnon de quelqu’un, merci de ne pas me mettre pour n’importe qui au passage, quand même…..) Et si elle doute d’elle, et de lui au passage, c’est quelque chose qui ne m’appartient plus, par contre. Pourtant je suis au milieu. La plus grosse partie de moi est heureuse pour lui évidemment, parce qu’il le mérite largement, mais une petite partie se sent oubliée depuis 1 an et demi. Et maso comme je suis, j’essaie de rester en me disant qu’il faut juste prendre ce qu’il y a à prendre, alors que tout s’éteint pour de bon, je le ressens bien. Suis pas douée dans les relations humaines, je l’ai déjà dit ? Mais je fais encore moins le poids quand la jalousie se met au milieu et qu’elle est capable de venir à bout d’un lien qui aura duré 8 ans. 

Vous croyez à l’amitié entre femme et homme, de votre côté ??…. Si vous l’avez le mode d’emploi, je suis preneuse, parce que j’aurais besoin de sérénité, au moins du côté de l’amitié à défaut de l’avoir dans d’autres domaines… Est-ce que vous avez des difficultés à accepter le ou la meilleur(e) ami(e) de votre compagne / compagnon si le cas se présente ?…

 

Publicités

10 commentaires sur “L’amitié homme-femme, mode d’emploi… ou pas…

  1. Cette amitié est devenu un calvaires pour toi et de voir se parler en cachette est plus une situation diamants comme tu le dis,
    pas de recette si un ou les deux sont en couples, juste savoir se créer cette bulle privée d’amitié sans mélange avec la vie de couple

    1. Pas un calvaire, mais une souffrance dont je me passerais bien on va dire. Si j’étais super en forme et que je n’avais que çà à gérer, je m’en foutrais, mais ce n’est pas le cas, alors je fais attention à moi du mieux que je peux. Comme dit à Marie, je ne sais pas vraiment me protéger, mais bon, vais y tâcher… on a cette bulle privée, mais on sent qu’elle est sur le point de craquer, parce que je n’ai plus envie de tolérer certaisn propos et attitudes. Je suis juste une amie. Pas sa maîtresse effectivement. Merci pour ton avis Bernie, c’est bien d’avoir le regard extérieur d’un homme aussi, à tout çà 😉

  2. J’ai adoré le passage sur « j’ai regretté de ne pas être lesbienne… ». Tu arrives à me faire rire sur des choses graves. C’est une situation douloureuse pour toi, pour lui aussi peut-être.
    Je n’ai jamais été douée dans mes relations avec les garçons, donc l’amitié homme-femmme, connait pas. Mais je pense que ça existe et que c’est quelque chose qu’il faut protéger, préserver. Par contre je ne comprends pas les femmes (ou les hommes) qui n’acceptent pas l’ami(e) dans leur vie. Les deux sont séparés. Les sentiments sont différents.
    Mais je crois que ce que j’accepte encore moins, c’est les horreurs qu’on peut balancer sur l’ami(e) en question. Comment peut-on humainement faire autant de mal à quelqu’un?
    Je n’ai pas de formule miracle. J’aimerai juste que cette femme puisse faire la part des choses et vous laissent vivre votre histoire sereinement. Peut-être qu’elle est jalouse, qu’elle manque de confiance en elle. Pour le coup je ne vois pas ce que tu peux faire de plus. Protège toi et profite de ces moments de calme avec lui, même s’il sont peu nombreux. Sois dans le moment présent. Pour qu’on au moins toi tu ne souffres pas davantage de tout ça.

    Je t’embrasse fort ma jolie Delphine. Prends soin de toi. Un gros câlin de l’escargot en prime pour apaiser ton coeur bien amoché.

    1. On en rit parfois entre nous, quand çà va à peu près, du coup de me transformer en lesbienne (le prochain meilleur ami -je dis çà, mais n’en aurai pas d’autres-, je chercherai quelqu’un d’homo, au moins le problème ne se posera pas :/ il a été au milieu de nous 2, ce n’est pas forcément simple pour lui, la différence, comme je lui ai souvent dit, c’est qu’ils sont deux à le gérer, de mon côté, je suis seule pour le faire. On a tenu 8 ans, pourtant il a eu des copines plus que spéciales… Mais on a préservé notre lien du mieux qu’on pouvait, çà nous soudait même encore davantage. Maintenant je ne reconnais plus notre lien 😦 Elle s’est permis de lui donner des conseils me concernant qui étaient inappropriés et j’ai eu droit à une étiquette de psychotique, avec tous les mots qu’on peut poser dessus, tels que victimisation, égocentrisme, infantilisme et j’en passe. J’ai perdu des amis bipolaires, qui étaient psychotiques du coup… sauf que ces mots là ne leur correspondaient pas, comme ils ne me correspondent pas. C’est la psy qui m’a trouvée les larmes aux yeux, à lui répéter, pour m’assurer que cette étiquette n’était pas à coller sur moi. Et çà été la fin de tout, je ne voulais plus la voir, comme elle ne le souhaitait plus. Et je suis accrochée à notre lien à ce moment là, parce que je voyais qu’il aurait pu choisir la facilité et me laisser tomber, mais il ne le faisait pas, alors moi-même je restais. Maintenant, il a choisi la facilité oui… et j’ai envie de fuir…. ce n’est pas la phrase « je n’ai jamais fait de chantage pour rester dans ta vie moi » dite le soir même de la ts qui me donne le courage de rester. Il sait que je souffre, me voit mal, ne plus sortir à cause de la douleur. Pour les 2 autres, elle n’était même pas dans sa vie pff… c’est là que j’ai réalisé qu’il ne savait plus rien de moi. j’avais passé la journée dès que j’ai pu parler, à expliquer que mon geste était pour faire taire définitivement cette douleur en moi. Il sait qu’elle me mène à bout… mais bon…
      Jalouse oui, elle l’est pas de doute et je pense un gros manque de confiance en elle. Le pire c’est que j’ai toujours essayé de lui montrer que j’étais en arrière-plan et fait le maximum pour la valoriser, elle, quand on sortait tous les 3, pour lui montrer. Et quand je le voyais s’approcher un peu trop de moi pour une marque d’affection, je le repoussais. Qu’est ce que je pouvais faire de mieux….
      A l’heure actuelle, je ne sais pas quoi penser, ne sais pas vraiment me protéger. Je vais essayer de profiter des moments qu’il a à me donner, sans me prendre la tête, parce que j’ai autre chose à penser et souffre bien assez pour d’autres choses (qu’il ne sait pas de toute façon, parce que je n’ai rien dit). Merci pour tes conseils ma Marie. Ce sont effectivement 2 sentiments bien distincts et c’est sympa de ne pas briser les liens qu’entretiennent les gens oui… Je vais essayer d’être dans le moment présent oui (de toute façon, il faut que je travaille sur çà pour les douleurs aussi et tout ce qui tourne autour, alors on va faire d’une pierre 2 coups. Gs bisous d’une lesbienne ratée lol et je prends avec plaisir les câlins de ptit escargot, je le serre très fort aussi

  3. J’ai souvent eu envie d’y croire à l’amitié homme-femme, mais je suis parvenue à la conclusion que ce n’est pas vraiment possible. A un moment donné, il y avait toujours l’un des deux qui tombait amoureux… Bisous ma belle !

    1. J’y croyais tant que la jalousie n’était pas présente pour le coup… mais là, je m’en méfie. On m’a fait le reproche plus d’une fois, à moi, qu’il parlait trop souvent de moi. Sa ptite Delph… mouais… le nombre de fois où je lui ai dit d’arrêter d’être si extrême en disant « celle qui ne t’accepte pas n’est pas faite pour moi et n’a rien à faire dans ma vie », j’avais raison de ne pas jamais y croire à cette jolie phrase là. Dans ces circonstances là, quand on parle de la personne, je peux comprendre qu’en face la personne soit jalouse, ce n’est pas faute de lui avoir dit de se méfier. Ben on paie son manque de délicatesse là…. Enfin je le paie, parce que lui il a sa chérie et sa meilleure amie (il sait très bien que j’ai du mal à partir en plus, du coup, je le soupçonne aussi d’en profiter en se disant « elle ne laissera jamais tomber notre amitié ») Mais il a fait de sacrées gaffes. Et si je suis toujours restée, c’est parce qu’à l’heure actuelle, c’est comme si ma belle-soeur pour une raison ou une autre, m’empêchait de vivre librement ma relation avec mon frère, c’est de cette façon là que je le perçois. L’idéal aurait été que je sois moi-même en couple ou lesbienne comme dit… au moins, pas de risque que je lui saute dessus pff…..
      Notre chance à nous, c’est que justement aucun de nous n’est tombé amoureux et c’est une chance gâchée à mes yeux. Mais bon… Bisous ma belle et merci ❤

  4. l’amitié homme femme existe que si le concubin accepte l’autre dans la vie du compagnon ou de la compagne, et qu’il ne soit pas jaloux ou gros manque de confiance en lui ou elle…bref c’est pas gagné avec elle et tant qu’il restera avec ça sera comme ça malheureusement 😦 quel dommage, il a tout gâché, surtout elle mais lui aussi en l’écoutant pour le coup :/

    1. Oui çà devient de plus en plus compliqué comme relation… c’est bien beau d’avoir un lien, mais s’il n’est plus alimenté, à quoi il sert… c’est sûr qu’il y a du gâchis. Un énorme gâchis, mais bon… il a fait ses choix, tu m’étonnes qu’elle ne soit plus jalouse, on ne se voit plus, on ne se parle plus pff, bref….

  5. Coucou ptite Delphe,

    je ne peux pas trop répondre à ta question sur l’amitié « homme-femme ». J’ai vécu comme toi la même situation (même si le gars n’était pas mon meilleur ami), comme j’ai vécu aussi la situation inverse (moi la compagne face aux amiEs de mon chéri).

    Je pense que tu n’as rien à te reprocher, ce n’est pas non plus vraiment à cause de cette femme, mais bien de sa faute à lui. Je pense qu’il a du lui raconter pas mal de choses sur votre passé dont le fait que vous soyez « sortis ensemble » qui a du la rendre paranoïaque. Car comme tu dis, il n’a pas rompu le lien avec ses autres amies, alors que si on doit raisonner en fonction de la jalousie de sa compagne, elles sont autant de dangers que tu pouvais l’être. C’est que, comme tu dis, il parlait beaucoup de toi. Et il faut voir aussi comment il parlait de toi. Ce qui peut vite être agaçant pour une femme qui débute sa relation avec un homme.

    Le gars dont je t’ai parlé, lui, voulait sortir avec moi, il était réellement attiré par moi (on avait 16 ans à l’époque). Quand je l’ai repoussé tout en lui disant que je voulais rester amie avec lui, il a commencé à sortir avec d’autres nanas et leur raconter qu’il m’avait aimé… Alors je comprends parfaitement pourquoi elles ne voulaient plus que je l’approche xD.
    En ce qui concerne les amiEs de mon chéri, il y en a une en particulier que je ne voulais plus qu’il approche. En effet, il m’avait dit qu’elle avait déjà essayé de l’embrasser avant qu’on sorte ensemble. Le fait aussi qu’elle fasse des orgies et lui racontait dans les moindres détails. De plus elle ne m’invitait pas lorsqu’ils voulaient partir en voyage/ vacances, si bien qu’il partait avec cette fille et ses copines à elle (bonjour le stress…). Par la suite j’ai mis mon véto sur ces « magouilles ». Il lui a alors dit qu’il ne voulait plus partir en voyage avec elle mais qu’ils pouvaient toujours se voir pour de simples sorties. Depuis (ça va faire 2 ans), elle ne lui parle plus. Je pense qu’elle voulait + de lui, ce qui en somme n’en fait pas une vraie amie et ce qui me donne raison au final.

    Bref si tout ceci est arrivé c’est parce que le mâle (mon chéri, le gars, ton ami) a décidé de tout déballer à sa copine sans penser aux conséquences… Il vaudrait mieux alors que tu aies une discussion avec lui mais aussi et surtout avec elle. Tu dis que tu vas essayer de profiter des moments qu’il a à te donner, mais tu n’es pas non plus à sa disposition… Il ne doit pas choisir c’est vrai et ça serait malheureux d’en arriver là (la fameuse phrase « C’est elle ou c’est moi ») mais il ne doit pas non plus te « cacher ». Tu mérites + de respect que ça. A toi de lui montrer !

    Bisous ma belle et prends soin de toi ❤

    1. Merci bcp d’avoir partagé ton expérience avec moi 🙂 Je lui ai souvent dit de ne me rendre plus petite que je ne l’étais. De ne pas parler autant, mais à chaque fois, il répondait que c’était normal. Et maintenant c’est normal qu’on en soit venus à ne plus se parler à se voir 1 tous les 36 du mois pff… j’aimerais être une amie avec qui il a réussi un contact au moins.
      Après chaque cas est différent, perso, si j’étais avec un homme qui a une meilleure amie, où je verrais que la relation est saine, je l’intégrerais à nous avec plaisir, parce que je sais qu’elle peut être importante dans la vie de mon chéri. Par contre, si je relevais des choses louches, je ferais déjà plus attention et mettrais les choses au clair aussi.
      Mais chez nous, il ne se passe rien. Jalousie excessive oui et mal placée. On en a déjà discuté et je parle dans le vide. Lui il est content, il a sa copine et sa pseudo meilleure amie qui, il le sait ne partira pas… du coup, j’ai l’impression qu’il prend aussi certaines libertés aussi. Mais il m’arrive effectivement de me dire que je mérite mieux que çà en amitié et surtout le respect de ne pas être cachée et oser lui dire qu’il me voit mais bon…. Il risque de me perdre, à force de supporter ces comportements là, j’ai envie de fuir… je ne lui donnerais jamais à choisir, évidemment, mais elle, avait la possibilité de le faire et j’ai le droit de me demander si çà été le cas. Mais on n’arrive pas à communiquer sans s’engueuler ou alors il répond à côté, pour se débarrasser de ma question. Avec elle, je ne veux surtout plus être en contact avec elle… j’étais prête à faire un effort au moment où c’est arrivé tout çà, mais le fait qu’elle me colle une étiquette et que lui me réponde « personne n’est parfait », j’avais tiré un trait. Elle ne valait pas le coup que je fasse des efforts supplémentaires pour elle. Elle me connaissait assez pour savoir que le danger ne viendrait pas de moi… mais bon, c’était notre lien qui la dérangeait. Vu qu’on va droit dans le mur avec notre soi-disant lien, il n’y a plus de risque à courir pff… je suis en colère à un point…
      Bisous ma belle et merci d’avoir pris le temps de répondre ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s