Des combats qui me touchent

Elle nous a mis devant la réalité…

Photo : Pinterest

Elle s’appelait Corine, souffrait de fibromyalgie depuis 20 ans. Elle avait perdu beaucoup de choses à cause d’elle, la dépression l’avait envahie, comme beaucoup d’entre nous, je pense… elle avait des douleurs très fortes, s’était retrouvée à un moment de sa vie dans un fauteuil roulant, puis elle avait fait face, avec l’aide de quelqu’un en qui elle avait confiance. Elle faisait des sorties sur ovs, où je l’avais rencontrée virtuellement, c’était la 1ère à m’adresser la parole d’ailleurs, parce qu’elle savait que j’en souffrais aussi. Je n’ai jamais oublié l’espoir qu’elle m’avait donné. Il y avait des moments aussi où elle parlait d’en finir et puis elle revenait… 

Jusqu’à la nuit de lundi à mardi… elle a arrêté son combat et on a perdu son joli sourire… Sa lutte contre la douleur est terminée, elle a abrégé ses souffrances. Elle aurait eu 56 ans dans une semaine. 

Elle nous a mis devant la réalité des choses. Que la douleur peut être tellement forte qu’on finit par y laisser nos plumes. La force, le courage et la vie y passent. C’est notre réalité en tant que douloureux chroniques même si à la base, la fibromyalgie n’est pas physiologiquement une maladie qui entraîne les décès, la dépression qu’elle entraîne, elle, provoque des suicides et c’est finalement le même résultat que toute autre maladie. 

Elle se battait pour trouver la sérénité sur Terre, à travers des activités. Ce n’était pas assez pour la maintenir à la surface, elle se sentait toujours aussi seule face à ses douleurs. 

Elle avait vu une photo que j’avais mise de moi sur facebook, de mon baptême en parapente. C’était aussi son rêve, on en avait parlé, elle avait peur, pendant un moment je lui avais parlé de l’association qui avait été géniale avec moi et qu’ils m’avaient permis de réaliser mon rêve malgré les circonstances. J’étais contente qu’elle me dise qu’elle le ferait au printemps… Le printemps est là, les airs l’attendaient, à la place, elle a traversé les nuages et rejoint ces étoiles qui se font beaucoup trop nombreuses à force…. 😦 

Je me suis demandé si on avait fait assez pour la soutenir au sein du groupe, si moi de mon côté, j’avais pu être assez présente pour elle, si je n’aurais pas dû aller davantage vers elle pour lui dire que je la comprenais, qu’elle n’était pas seule, même si elle le savait, l’écouter davantage… Mais il fallait seulement accepter que c’était trop lourd et que rien de plus n’aurait pu l’aider, à part lui retirer toute douleur. Et accepter son choix et son besoin de s’échapper. Tout simplement. L’accompagner vers cette nouvelle demeure qu’est la sienne dorénavant.

« Respire… sois sereine et vole vers ta liberté ma Coco… j’ai toujours compris tes mots / maux… je comprends ton geste… Repose enfin en paix » 

Publicités

21 commentaires sur “Elle nous a mis devant la réalité…

  1. Parfois la plus belle preuve d’amour ou d’amitié est de laisser l’autre partir. Ca doit être atroce de vivre avec les douleurs chroniques, de se battre encore et toujours, de s’accrocher à la vie. Ca demande beaucoup de courage et d’énergie. Je pense que ton amie est en paix aujourd’hui et que bien confortablement installée dans les nuages elle lit tes mots et quelques larmes glissent sur ses joues car ton message est très beau.
    Je pense fort à toi ma belle et t’envoie un bouquet de baisers de Paris.

    1. Merci ma Marie pour tes mots apaisants et pleins de sagesse toujours. Ce sont les miennes qui glissent sur mes joues pour le coup. Je l’espère sur un doux nuage blanc bien confortable, à ne plus ressentir son corps ❤ elle a été enterrée ce matin. Sa souffrance n'existe plus… Enfin…
      Gs bisous ma belle à toi et ptit escargot ❤

  2. Oh comme je suis triste de lire ces mots, Delphine. Je suis certaine que ton amie saura apprécier cette adorable attention que tu as envers elle. Ne te retourne pas le cerveau pour savoir si tu as fait assez ou pas, tu as ce que tu as pu. Prends soin de toi, je t’envoie plein de câlins réconfort et je t’embrasse.

    1. merci ma belle, je prends volontiers ts les câlins ❤ non j'ai arrêté de me poser des questions, je te rassure. Elle est enfin en paix, c'était son désir le plus cher 😦 elle respire enfin… de gs bisous

  3. Ton article est très émouvant, on se sent tous impuissants face à la maladie mais toi qui, malheureusement la connais, tu la comprends mieux que personne! Merci!

    1. Merci Isa. Je la connais et pourtant j’ai souvent été démunie, c’est encore plus incompréhensible pour le coup. On essaie d’accompagner au mieux, contrairement à beaucoup malheureusement, je ne la jugeais pas sur ses propos, mais autrement, je n’ai été d’aucun secours, à part la laisser partir, comme elle le souhaitait ❤ Bisous

  4. c’est trop triste car moi je ne veux pas te perdre comme tu l’as perdu elle…je ne veux pas que le suicide l’emporte! j’aurai du mal à comprendre, même si pourtant je peux comprendre ce geste malgré tout, qd on en a marre on en a marre 😦 mais pfff en plus elle avait des enfants etc bref c’est triste d’en arriver là 😦 moi je peux pas te perdre ma delph hein fais pas ça….

    1. je sais ma Lili ❤ je m'accroche, j'ai ma famille, il faut que je vois grandir mes 2 ptites princesses, que je sois là pr mes parents. Elle s'accrochait énormément à ses fils, surtout le dernier qui a 16 ans, mais parfois elle ne supportait plus de ne se battre que pour eux. La douleur nous emmène loin et détruit beaucoup de choses, autant physiquement que moralement, socialement, professionnellement et quand tout se mélange… pff..
      Je n'ai jamais réussi à faire de promesses à ce niveau là… je peux juste promettre que je fais tout pour m'accrocher au maximum…
      T'en fais pas ma Lili ❤

  5. C’est terrible. Je compatis. La douleur est un tel enfer que l’on pense parfois au paradis pour s’y soustraire. Tu n’as rien à te reprocher mais je comprends tellement tes mots/maux.
    Ton message est émouvant, je te souhaite tout bon courage.
    Bise

    1. Il faut un moral d’enfer pour ne pas y penser au moins une fois, je pense…
      Elle ne souffre plus, je me suis arrêtée à cette pensée, pour ne pas m’en vouloir de ne pas avoir pu être plus présente là où je me noie moi-même face à la douleur j’avoue…
      Je te remercie pour le courage et pour ton mot ❤ Bisous

  6. Et merci aussi pour le soutien que tu m’as apporté. De lire tes mots m’a fait beaucoup de bien.

  7. J en suis Ts les jours a me demander . Si je suivrai pas Corine
    Depuis 1an je quitte plus ma chambre .
    Je NE peux Donner plus d explications tant je souffre et suis limitee Ds mes gestes .
    35ans de Fibro plus d autres pathologies je a bout .
    Je survie
    Et Mon corps et Mon Coeur sont brises .
    Je n Ai aucun moment de repis .
    La vie n a plus de sens pr moi
    Je me demande comment je tiens
    Je suis un boulet pr Mon Mari .
    Ns avons 75 ans .
    Je passe mes journees seule pr qu Il s evade un peu et qq occupation a la Maison .
    Avec aide menagere 2 f par semaine . J en peux plus . J arrwte

    1. Je me doute que 35 ans de douleurs est insoutenable… On pense souvent qu’on est des boulets pour les personnes qui nous aiment, mais ils préfèrent nous avoir près d’eux, que de nous perdre. Il a besoin de vous, essayez de continuer encore, n’arrêtez pas de vous battre 😦 je vous envoie des pensées et le maximum de petites ondes positives. Corine n’a pas encore envie de nous voir à ses côtés là-haut… elle voudrait qu’on continue à nous battre, pour ne pas donner raison à la douleur… Vous êtes suivie dans un centre anti douleurs ? De tout coeur avec vous… n’hésitez pas à repasser par ici pour me donner des nouvelles… Courage ❤ Bises

  8. Je compatis !!j’ai vécu cela avec ma maman qui à souffert pendant 15 ans de cette maladie , celle ci est décédée depuis bientôt 2 ans!!Et je me sens toujours aussi coupable de n’avoir rien pu faire !! Votre article est très émouvant!
    Courage

    1. Je suis désolée pour votre maman 😦 ne vous sentez pas coupable, la douleur est souvent malheureusement plus forte que l’amour de nos proches… même s’ils font tout ce qu’ils peuvent. Je suis sûre que vous avez été présente pour elle, comme il fallait, ne culpabilisez pas, c’est difficile pour l’entourage. On peut juste être présent parfois, mais c’est déjà beaucoup, vous pouvez me croire. Courage à vous, je vous embrasse bien fort ❤

  9. L’amitié, la vraie, c’est aussi d’accepter les choix de l’autre! Ne pas s’en vouloir de n’avoir pu faire plus c’est quoi plus? Je ne connaissais pas Corinne mais ses douleurs oui je les connais, je les vis… Tu fais beaucoup ma Ptite Delphe , et ensemble, on s’accroche même si …
    Je t’envoie plein de bisous câlins , je t’aime beaucoup! ❤
    ❤ Cathie ❤

    1. Je te rassure ma Cathie, je ne me suis pas posé la question trop longtemps de savoir si j’avais fait assez, comme tu dis, parfois il faut juste accepter que le combat s’arrête par choix et accompagner, au delà des nuages…
      Gs bisous, moi aussi je t’aime beaucoup. J’ai dû me protéger de nouveau de facebook, toujours pour les mêmes raisons, mais je suis là. Prends soin de toi. Caresses à Chataîgne aussi ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s