Des combats qui me touchent

Perte de sens, corps et âme

Entre la Terre et mon autre dimension… Source photo : pinterest

Bien trois semaines que je n’ai pas écrit ici. Dont 10 jours où je me suis volatilisée de la surface de la terre en ne parlant plus, en me rangeant dans un coin, seule dans ma tête et ailleurs finalement. Quand je réalise le nombre de jours où j’ai été autant coupée du monde et où personne ne sait si je suis toujours là et dans quel état, ça me fait mal et c’est encore autre chose à ressentir.

La douleur qui était très haute qu’il fallait gérer déjà avec les idées pas bien claires qui vont avec quand le seuil est celui de l’insupportable. Et il y a un retour de beaucoup de symptômes du trouble borderline et de la dépression qui me sont revenus en pleine tronche subitement, sans que j’aie eu le temps de ressentir grand chose. Tout s’est fait en silence pour les autres parce que personne ne savait rien mais très fort et violemment dans tous les sens du terme pour moi. Je ne me reconnaissais plus moi-même dans le miroir, les perceptions de mon corps et de mon visage qui me sont complètement différentes au point de ne plus savoir qui je suis, autant extérieurement qu’intérieurement. Mais, quand, même autour de soi devient étranger et que les dimensions sont étranges, ça aussi il faut pouvoir le gérer et ça provoque d’énormes angoisses dont je ne suis pas ressortie indemne. Et puis il y a cette fameuse réalité complètement bouleversée et à l’envers. Toutes les relations, tous les sentiments, tout le vécu, tout ce que j’ai vu et entendu avant de « disparaître », tout mouline inlassablement entre mes neurones, sauf que ça fait des noeuds et un labyrinthe. Je tourne autour sans arriver à défaire et ne trouve plus la sortie. Qu’est ce qui est vrai dans celle que je suis. Qu’est ce qui est faux. Qu’est ce qui est juste dans les mots des personnes qui me connaissent. Et si je me trompais. Où est la réalité. Pas en moi en tout cas dans ces moments là.

Et puis je quitte cette dimension disproportionnée à tous les niveaux, le brouillard devient moins épais et je brasse avec mes bras pour récupérer la surface. Je compte le nombre de jours d’absence et réalise le silence. Je ne demande jamais d’aide, déjà parce que je ne peux plus à ce stade là, c’est déjà trop tard, j’en perds de ma lucidité. Les moments où j’arrive à dire que je me sens mal sont les moments où ma tête est à la surface de l’eau mais que je sens que j’ai du mal à revenir. Comme quelqu’un qui se noie vraiment et qui agite les bras pour avoir le réflexe de dire « ouhou ça ne va pas du tout ». Mais ce coup-çi, 10 jours se sont écoulés avant que je puisse le faire et la suite n’est pas joyeuse, parce que je pense qu’il était un peu tard. Suis restée encore quelques jours entre deux eaux, c’est le cas de le dire. Et si j’étais morte durant ce temps. Si j’avais perdu ma lucidité au point de ne plus avoir cet instinct de survie qui m’habite régulièrement (souvent). Si on m’oubliait au point de ne pas savoir si je suis toujours bien en vie. L’abandon, l’oubli, le rejet, tout sur ce dont je me suis construite pour diverses raisons, sont eux aussi démultipliés et la tristesse m’envahit toujours. La question « qui je suis » qui revient inexorablement. Bref, c’est mon enfer sur lequel j’ai bien du mal à poser des mots dessus. Il rend très seule en tout cas. Ne valorise pas. N’est pas ce qu’il y a de plus « vivant ». 

Je suis un peu le mix de « Interstellar » et « Seul sur Mars » pour le coup, dans ces périodes que je ne peux pas redouter avant puisqu’elles ne sont pas ressenties. C’est juste un gouffre qui s’ouvre sous mes pieds. Par contre, le retour est tout autant rude, parce que c’est épuisant de se faire vivre et de continuer de donner un sens à ce qu’on est et qui on est. A nos yeux mais aussi aux yeux des autres. Pour le moment je me sens en carton dans tous les domaines. Amie, fille, soeur, tatie et apprentie secrétaire médicale en carton. Avec une valeur estimée à des notes inférieures à 0. A ne plus rien pouvoir apporter de bon. De tout faire sauf ce qu’il faut pour soi et pour les autres.

J’ai été mieux pendant quelques jours où j’ai pu respirer et sortir un peu et aujourd’hui, mon corps était tellement flingué par le temps que le moral n’était de nouveau plus au rv. Mais c’était lié à la douleur. J’espère du moins…

Prenez soin de vous. Ce sera toujours ma phrase de fin, parce qu’on est seuls à pouvoir vraiment le faire. Seuls en soi et face à soi. 

Publicités

18 commentaires sur “Perte de sens, corps et âme

    1. Quand tout se mélange c’est un peu le bordel oui.. parfois j’essaie de relativiser mais j’en suis devenue incapable depuis un moment. Merci pour ton commentaire ❤ je te fais de gs bisous

    1. C’est déjà tant si tu savais ❤ J'essaie oui de prendre soin de moi au maximum, je ne suis pas très douée mais ça va aller. J'espère que ça va de ton côté, inutile de dire le retard que j'ai aussi sur vos blogs de nouveau :/ Gs bisous ❤

  1. Ce que tu partages là avec nous est très éprouvant, bouleversant… je ne sais quoi te dire à part d’envoyer un peu de lumière, et beaucoup d’amour. Que tu puisses t’y accrocher dans ces périodes troubles où tu ne peux plus déceler le vrai du faux. Toutes ces douleurs qui viennent déformer ton corps et ton cœur, j’en suis vraiment très triste. J’aimerais tant qu’il y ait des solutions pour toi, qu’il y ait un moyen d’alléger la souffrance. Je t’embrasse fort ! ❤

    1. Je prends toute la lumière et tout l’amour qu’on peut me donner en ce moment, c’est déjà tellement. Je me sens doublement prisonnière de mon corps dans ces moments là. J’avais rv ce matin à l’hôpital, le médecin m’a donné un médicament pour m’éteindre un peu dans ce genre de moments. Je suis contre ce genre de médicaments mais je ne supporterai pas psychologiquement de subir une nouvelle 10zaine de jours pareils 😦 C’est la seule solution pour essayer de soulager au moins ce côté là, j’ai refusé d’être hospitalisée où que ce soit. Gs bisous ma Julie. J’essaie de passer toutes vous lire d’ici demain pour rattraper un peu mon retard et savoir comment vous allez toutes. J’ai très souvent pensé à toi durant ces jours d’absence, j’étais touchée de voir que tu avais utilisé le # pour les ptits bonheurs du quotidien. J’espère que tu as de quoi alimenter tes journées avec ❤

  2. Comme je te comprends… Je suis fibromyalgique, je vis avec les douleurs aussi. Le corps et l’esprit et certains jours, je n’ai envie de rien. Plus rien. Courage, je pense à toi Petite Delph. …
    Bisous

    1. Le moral prend de sales coups avec les douleurs déjà oui. Quand le reste se met dessus de façon plus forte, je ne suis plus là… Courage à toi aussi, avec le temps qu’il y a partout, j’imagine que tes douleurs sont aussi au maximum. Gs bisous de soutien ❤

  3. Toute cette souffrance est angoissante Delphine. On dirait qu’à un moment c’est le vide autour de toi, en toi, que tu tentes de refaire surface mais que ça t’es interdit. Je t’envoie tout plein de tendresse, de lumière et d’amour pour les jours de mieux et les jours où tu plonges dans des profondeurs douloureuses, si loin du monde, de nous. Prends soin de toi, autant que possible. Des bises de nous deux.

    1. C’est ça oui, le vide dans tous les sens du terme. Les lumières qu’on éteint et toute énergie qui s’envole. Je ne suis plus rien, faut bien le dire comme les choses sont. Merci ma belle, je prends tout de façon démesurée tant que je peux pour utiliser dans les moments très sombres. J’ai des cartes sur ma table, à portée de mes yeux, ton joli livre toujours sur ma table de chevet. C’est là qu’on se rend compte qu’on se raccroche à toutes les personnes qu’on aime et qui nous aide à tenir. Je pense à toi et j’espère que tu vas pour le mieux. Et ptit escargot aussi ❤ Je vous envoie de gs bisous et plein de câlins

  4. Bonsoir, je me disais justement que ça faisait un moment que tu n’avais pas écrit, je m’inquiétais et je suis allée sur ta page, et là je vois 1 article, que j’avais laissé passer! Comme tu étais silencieuse, je me doutais que c’était dur pour toi, peut-être encore plus que d’habitude, mais comment est-ce possible? Je n’arrive pas à imaginer ta souffrance quotidienne, autant physique que morale, puisque je ne la vis pas mais tes écrits me montrent que c’est juste insoutenable. Je ne peux te souhaiter que du courage! Je voulais aussi te dire que tu écris vraiment très bien, tu arrives à nous bouleverser. Je t’embrasse ainsi qu’Happy 🙂 (rien à voir mais le soleil sur ton image fais mal aux yeux :() Bizous.

    1. Je n’ai pas su très bien ce qui m’a conduite aussi bas de nouveau. Ca fait depuis début janvier que ça ne va pas trop. J’ai fait des constats pas forcément terribles, je me mets beaucoup de pression pour la formation par peur de ne pas réussir. Les douleurs à des seuils toujours très élevés de la tête aux pieds me font perdre la boule. On rajoute tout le reste et je ne ressemble plus à rien, à part une merde. Merci pour ton comm, Happy te remercie aussi 😉 est-ce que l’image du soleil est trop prononcée par contre ? il fait immense à côté, ça peut peut-être gêner du coup, faut pas hésiter à me dire, j’aime bien que ce soit agréable au moins à lire, si le contenu n’est déjà pas très gai :/ gs bisous ❤

  5. Je suis désolée de lire que tu as traversé une période aussi sombre et difficile. C’est difficile de trouver les mots pour t’aider. Mais sache que je pense souvent à toi en me demandant si tu te portes bien. Tiens bon, tu sais qu’on est là pour t’apporter tout le soutien dont tu as besoin. Prends soin de toi. Je t’envoie plein de câlins du Nord ! Je t’embrasse 🙂

    1. Ca fait un moment que je ne vais pas bien, mais depuis janvier c’est encore pire. Merci pour tes pensées, c’est aussi le cas pour moi, malgré mon absence. Je me dis que je n’ai pas grand chose à apporter, mais j’essaierai de venir vous voir toutes durant le w-e. Ca me fera du bien de penser à autre chose… Plein de câlins pour toi aussi ma belle, gs bisous ❤

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s