Des combats qui me touchent

39 ans et ménopausée

A ce ventre vide pour toujours.

Ma vie de femme au niveau menstruations n’aura pas été des plus simple, depuis le début. En classe, toutes les filles parlaient tampons, de mots glissés presque discrètement au prof de sport « j’peux pas aller dans l’eau, suis indisposée », de symptômes qui étaient terribles et j’étais la seule à ne rien dire puisque je ne les avais pas encore. Ma mère me disait que je les aurais peut-être l’été suivant, quand on partirait en vacances parce que le changement d’air pouvait les provoquer. Je crois bien que c’était une légende, parce que moi je les ai eues la veille qu’on parte, alors pour le changement de climat toussa toussa, il faudra repasser ! J’avais 15 ans. 

Les mois qui ont suivi cette première fois, je me disais que c’était normal que les cycles ne soient pas encore bien réguliers, que ça viendrait au fil du temps. 2 ans après je galérais toujours autant et j’avais souvent mal au ventre alors que rien ne venait et quand je les avais, je me vidais par contre avec des ovaires qui me prouvaient qu’ils faisaient bien leur job… A 17 ans, j’ai vu pour la 1ère fois un gynéco pour qu’il me prescrive la pilule. En me disant que de toute façon tôt ou tard, j’en aurais besoin, mais qu’en plus ça pourrait peut-être m’aider à régulariser tout ce joyeux -ou pas- bordel. Il m’a fait une échographie qui montrait 2 kystes sur les ovaires, il m’a dit que ce serait surveillé mais qu’ils partiraient sans doute seuls. Ce qui a été le cas, au bout d’1 an, il n’y avait plus de trace d’eux. Et est arrivée sans doute ma pire ennemie, l’anorexie. Je suis restée des années sans les avoir mais je m’en foutais il faut bien le dire, au moins je n’avais plus les maux de ventre à gérer et puis mon corps de femme s’effaçait alors c’était la suite logique que l’intérieur suive le mouvement. 

J’ai commencé à m’en inquiéter 3 ans après. J’étais dans une période où je me sentais capable de faire enfin un travail sur moi, du coup le généraliste m’avait conseillé une psychiatre et une gynéco pour voir où j’en étais. Elle a été la 1ère à me parler de stérilité et à vouloir les provoquer pour que je retrouve des cycles réguliers. J’ai commencé le Duphaston qui a effectivement remis la machine en route au point de me provoquer des règles hémorragiques qui m’ont faite paniquer. Je suis allée voir le généraliste qui a fait arrêter le traitement illico en traitant gentiment sa collègue de tous les noms d’oiseaux parce qu’elle n’aurait jamais du le prescrire. A 37 kgs il valait mieux que mon corps puisse se reposer, si je ne les avais pas, c’est que j’étais trop faible pour les avoir et que me vider n’était pas la solution. Donc j’ai attendu qu’elles reviennent… Le problème c’est que l’anorexie était là. J’ai eu les premiers soins réellement 6 ans après avoir commencé à ne plus m’alimenter normalement. Mes règles venaient de temps en temps quand je reprenais un peu de poids, quand psychologiquement j’étais aussi un peu mieux. J’ai toujours voulu être maman. Depuis toute petite. Depuis que mon frère avait eu tous ses soucis à la naissance et qu’on m’appelait sa 2ème maman tellement à 8 ans j’étais devenue plus grande d’un coup. Et un jour je serais une maman, c’était sûr. 

J’ai été hospitalisée pour la 1ère fois, en 2004, j’avais 26 ans. Mon corps était celui d’une enfant, sans formes, avec l’apport énergétique d’une enfant aussi. Je ne voulais pas être femme, mais souhaitais être maman. Ca été un long paradoxe à traiter pour le coup… mais ça m’a aidée à me raccrocher au côté maman, pour supporter mon corps de femme. J’avais des photos de bébés dans ma chambre, comme pour me souvenir pourquoi j’étais coincée entre ces murs aseptisés et pour me motiver à bouger mes fesses inexistantes. En parallèle, j’avais besoin d’un traitement pour essayer de stabiliser mon humeur, mes trous noirs, la dépression qui s’était installée. Autant dire que mes règles se sont faites muettes. J’ai eu le temps de me tirer de l’anorexie et des épisodes de boulimie pour comprendre que je ne pourrais jamais être maman. Pourtant pendant 5 ans j’ai réussi à avoir des cycles normaux, j’ai appris à savoir à quel étape du cycle j’étais, je reconnaissais les signes, le syndrome prémenstruel bien présent et surtout un mal de ventre qui me tirait dans le dos, à avoir envie de vomir, à tourner de l’oeil. Mal 10 jours avant et pendant. Autant dire qu’il ne restait pas beaucoup de répit, mais pour moi c’était bon signe. Et il y a 4 ans, j’ai appris que la machine était pourtant cassée. La gynéco que j’ai vue m’a expliqué qu’entre les 13 ans d’anorexie qui avaient fait déjà des dégâts et le traitement qui m’aidait à tenir plus ou moins le coup, c’était normal que tout soit si compliqué. Pas assez d’ingrédients solides pour être maman. Le même mois, ma 2ème petite nièce est née. Je n’étais pas forcément envieuse ou jalouse, mais ne comprenais pas que mon combat n’ait servi à rien à part me maintenir en vie, ce qui ne servait à rien à mes yeux si je ne pouvais pas la donner cette fameuse vie à un petit être. Mais bon… on connait l’histoire qui suit. 

Depuis, c’est comme si mon corps était en préménopause du coup. Je déprime à chaque fois que mes ovaires se tordent de douleur, parce que je me dis que j’ai mal pour rien. Avant je supportais en me disant qu’au moins si mes règles venaient, ça valait le coup parce que c’est que j’étais capable d’être maman aussi. Mais maintenant c’est devenu inutile. 

Le problème c’est que maintenant je me sens femme. J’assume mon corps. Et ce sang faisait partie de moi même s’il galérait à sortir, c’était ma machine féminine qui faisait son boulot. Depuis plusieurs mois je sens que mon corps rame de plus en plus. J’ai des douleurs pelviennes quasiment chaque jour, je ne reconnais plus les étapes du cycle, la libido est en berne même dans les étapes où avant elle était démultipliée. Je m’assèche un peu plus chaque mois. Je deviens morte de l’intérieur aussi un peu plus. Ce mois-çi il n’y a rien, à part les douleurs et de légers saignements depuis 10 jours. Je n’ai aucune idée si ça se débloquera d’ici quelques jours ou si je pourrai dire que j’entre dans la phase de ménopause pour de bon. Je ne le vis pas bien. Peut-être qu’au fond de moi je gardais espoir. La psy m’a dit une fois « on voulait vous sauver vous, c’était notre priorité » parce que je disais vouloir arrêter mon traitement si lui aussi était responsable de ce bordel. Si elle savait à quel point elle a faux. Je n’ai jamais autant essayé de partir que depuis ces 4 ans parce que je sentais bien que tout se détruisait en moi et que je n’étais pas assez forte pour y arriver… 

Bref. A 39 ans la machine va s’arrêter pour de bon. Je me sens tellement jeune et tellement vieille en même temps, entre ça, les douleurs dignes d’une octogénaire et mes os qui se déminéralisent déjà depuis pas mal de temps. Inutile de dire que le spasfon fait partie de mon quotidien par contre toujours. Je prendrai rv avec la gynéco quand je serai sûre qu’elle pourra faire ses explorations sous-marines dans ma « grotte interne » comme j’appelle ce foutu utérus râleur, ronchon et inutile. 

L’anorexie peut non seulement arrêter notre propre coeur mais quand elle le fait encore battre, elle peut empêcher d’en faire battre un 2nd. Si des jeunes filles/femmes passent par là, souvenez-vous que la chronicité entame bien le capital pour être maman. Que mes mots ne soient pas inutiles eux aussi, c’est toujours un mini-espoir quand je parle de ce que je vis et ce que j’ai vécu… 

Publicités

10 commentaires sur “39 ans et ménopausée

  1. Coucou, cela m’attriste de te lire, de lire ton parcours, tes désirs (de maternité) qui ne seront peut-être jamais accomplis, mais j’ai espoir en la vie et je te souhaite qu’elle te réserve de belles choses ! Bon courage et plein d’amitié virtuelle !

    1. Merci ma belle, je crois en la vie du côté de mes nièces ^^ quand je serai vieille pour de bon et réellement, elles seront maman à leur tour et elles feront continuer notre famille 🙂 elles apportent beaucoup d’amour, ça ne peut pas compenser parce que je ne les élève pas, je ne les ai pas portées mais bon.. ❤ Prends soin de toi, j'espère que ce foutu genou va enfin te foutre la paix une bonne fois pour toutes avec le traitement :/ Courage avec le chaud qui vient en plus. Gs gs bisous

  2. Un témoignage poignant et émouvant Delphine. Comme on se le disait parfois on aimerait avoir cette baguette magique pour changer le cours des choses et de la vie de ceux que l’on aime.
    Je t’envoie des pensées lumineuses de Paris. Ton corps n’est pas vide, il est plein de vie et d’amitié, d’espérance. Je te souhaite que la vie te réserve de belles et douces surprises.

    1. Oh oui cette fameuse baguette à la Harry Potter ^^ je crois que ce qui m’énerve le plus, c’est quand il y a des cas de violence verbale et/ou physique ou qu’on sent que les parents s’en foutent de leur enfant. Là je trouve la situation injuste. Je suis la 1ère à être heureuse quand on m’annonce une grossesse c’est ma façon de vivre par procuration un peu tout ça aussi. Il y a quelques années j’ai fait une grossesse nerveuse, pour le coup j’étais réglée comme une horloge pendant quelques mois et là subitement un retard de 2 semaines de nouveau. Des nausées, un bidou énorme, bref tout de quoi faire douter alors qu’on se protégeait bien sûr, mais mon désir d’enfant était tel que mon cerveau s’est complètement mis en mode « je dois être enceinte ». Autant dire que je suis redescendue du nuage aussi vite que j’y étais montée. Personne ne l’a su, à part des copinettes blogueuses, on en revient toujours au même 🙂 J’avais peur qu’on me prenne pour une cinglée.
      Pour le coup mes ovaires ont dû être vexé que je les mette au repos parce qu’ils se sont rattrapés depuis hier matin. J’étais allongée toute la journée hier tellement j’étais mal en point à être prête à tomber dans les pommes à tout moment. Ca rame, ca rame… mais ils n’ont pas dit leur dernier mot… hum… Je suis sûre que la vie m’apportera de belles surprises à d’autres niveaux oui ❤ Je pense à toi et ptit escargot. Je peux te dire que la veste en laine ces derniers jours, rien que de la voir, je fonds comme neige au soleil ^^ ça change vite en une semaine, le printemps s'est bien installé) Gs bisous à tous les 2 ❤

  3. Oh Delphine, je ne sais pas quoi dire… je suis désolée car, souvent, je me rends compte que je suis un piètre soutien… J’aimerais avoir les mots qui aident, qui apaisent… Alors juste ❤
    Gros bisous et chaudoudoux ❤

    1. Faut pas dire ça ma belle, je n’oublie rien de ce qu’on me dit et fait pour moi tu sais. Je disais à Marie que souvent je viens même relire vos mots quand tout est trop sombre, parce que justement ils me sont précieux ❤ Tu es toujours là même quand toi ça ne va pas, même quand c'est pire que noir ce que j'écris et ça me touche énormément n'oublie pas. D'autres plus près de moi physiquement ont fui pour moins que ça et je ne n'oublie pas non plus parce que vous comptez double à mes yeux du coup. Je t'envoie de gs bisous et j'espère que tu te remets doucement ❤

    1. Merci ❤ j'accepte mon corps et plus j'avance, moins j'ai de complexes parce que justement il souffre déjà bien assez autrement sans lui en vouloir. Et parfois en lisant certaines choses, je me dis que j'ai la chance d'être au moins libérée de ça. On se réconforte comme on peut parfois ^^ Gs bisous pour toi aussi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s