Bien-être et soins

Le défi de se sentir jolie malgré la maladie

Je fais parfois des tests maquillage, avec mes moyens, en considérant que je n’utilise que la main gauche. Pourquoi défi… Parce que non seulement, je ne suis pas une beauty addict experte, même si j’aimerais bien et que j’essaie de suivre mes youtubeuses et blogueuses préférées, mais en plus, je suis droitière, ce qui rend l’exercice encore plus compliqué. Je ne peux pas faire çà tous les jours, c’est ponctuel et j’aime tester de nouvelles couleurs.
 
Quand on n’est pas bien, que ce soit moralement ou physiquement, se sentir jolie, c’est important. Ce n’est pas cela qui va nous rendre moins douloureuse (au contraire, parce que c’est une véritable gym parfois, pour certains gestes), mais moralement, on se dit, (enfin, je me dis, du moins), que je reste une jeune femme qui a envie d’assumer sa féminité aussi, malgré le fait de détester son corps qui fait tourner en bourrique. 
 
Garder l’estime de soi… Je sais que dans certains services d’oncologie surtout ou psychiatrie (où j’en ai bénéficié pour retrouver mon corps, des sensations que j’avais perdues, des envies envolées, prendre conscience que le corps a le droit de recevoir tout cela, alors qu’on se l’interdit quelque part, en effaçant parfois toute trace féminine), des esthéticiennes viennent pour faire des soins, un masque, un petit maquillage. Rester femme quoiqu’il arrive, parce que c’est aussi se réconcilier avec un corps qui nous en fait baver.
 
Quoiqu’il arrive, quelque soit mon état, je me mets chaque jour du lait corporel après ma douche, j’hydrate mon visage, une touche de parfum aux senteurs toujours sucrées. Si je me laissais aller dans ce sens là, je crois que je me sentirais encore plus mal finalement. Il y a juste les cheveux, qui parfois ne peuvent pas être lavés comme je voudrais, sauf quand je sors ou que quelqu’un vient me voir, tous les moyens sont mis en oeuvre pour y arriver, quitte à le payer, mais quand je reste chez moi, seule, tant pis, l’épouvantail de service fait son apparition. 
 
Le maquillage, c’est plus compliqué. L’envie n’est pas toujours là, parce que je sais que çà va me coûter. Souvent, je mets du mascara et un trait de fard en ras des cils et c’est fini. Mais aujourd’hui, je me suis sentie jolie, en faisant ces essais et j’ai réalisé que malgré le manque d’envie parce que je sais que je vais avoir mal, il faut que je garde l’image de moi, d’une jeune femme « comme les autres ». Je suis quelqu’un qui marque vite. On remarque à mon visage que je suis fatiguée, que j’ai mal. Mes yeux parlent aussi beaucoup… Je regrette qu’ils soient aussi expressifs par moments, devant les personnes qui me connaissent vraiment. J’ai beaucoup de cernes que je ne camoufle pas, parce je ne supporte ni fond de teint, ni anticernes. Cà me gêne, me démange, du coup, je frotte, bref, j’ai envie de le retirer. Je ne supporte rien sur mon visage et ce, depuis toujours.
 
Je mets quelques photos et dirai après ce que j’ai utilisé et comment je m’y suis prise. Et n’hésitez pas à me corriger si quelque chose semble clocher, même si sur les photos, avec le soleil, on ne voit pas forcément grand chose (surtout que j’ai oublié le mascara… misère… 🙂 j’étais tellement obnubilée par me demander comment mettre les fards que j’en ai oublié la touche finale la plus importante à mes yeux, c’est le cas de le dire, mais bon, pas grave. Je me suis quand même sentie jolie ^-^ –pour une rare fois-)
1- Appliquer ma BB Cream et un anti-cernes (exceptionnellement juste le temps de faire les photos :-))
2- J’ai commencé par déposer le fard n°2 sur toute la paupière mobile
3- Le fard n°3, je l’ai mis sur le coin externe en allant jusqu’à environ la moitié de la paupière. Puis légèrement estompé, parce que ce sont des fards pigmentés et en plus pailletés (un peu galéré à les appliquer du coup, chuttt faut pas l’dire ^^)
4- J’ai posé une mini touche du fard n°1 dans le coin interne de l’oeil, pour apporter un peu de lumière
5- Puis, j’ai utilisé le fard n°4, mat celui-çi, pour faire le ras des cils inférieur. J’utilise un applicateur qu’on trouve souvent dans les palettes, pour le réaliser ce trait, parce que j’ai davantage de maintien qu’avec un pinceau.
Vus les fards bien pailletés, avec un gros pinceau, j’ai passé un petit coup sur mon visage pour ôter les chutes qu’il y avait pu avoir (elles se faufilent partout ces vilaines petites paillettes ^^)
 
Comme je n’avais pas envie de mettre de blush, j’ai simplement mis de la poudre matifiante pour uniformiser le teint, en insistant surtout sur la zone T qui a tendance à briller comme chez bien du monde. Puis j’ai mis le rouge à lèvres légèrement glossy qui est à gauche sur la palette. Et me voilà. Sans le mascara puisque je l’ai oublié… Honte à moi :-s #pastaperçàfaitmal jeneleferaipluspromisjurécraché# :-p
 
Pour mes cheveux, j’ai fait quelques mini boucles avec un fer Babyliss que j’ai depuis des années, pas super pratique, mais qui a permis de donner un peu quelque chose de potable (je pense du moins).
Palette Sephora et poudre matifiante Miss Helen
Bien-être et soins

Les bienfaits du bain

Avec les températures plus fraîches, on va vite se réhabituer à se faufiler dans un bain bien chaud, bien mousseux. 
Il y a 1 an, ne pouvant plus grimper les 4 étages sans ascenseur de mon petit chez moi, j’ai dû me résoudre à chercher un autre studio. Trouvé rapidement, par un concours de circonstances vraiment très bien tombé. Et depuis 1 an, j’ai non seulement un ascenseur pour me monter au 7ème ciel, mais aussi une baignoire pour jouer à Cléopâtre dans son lait d’anesse ^^.

Les bienfaits d’un bain ? Se détendre, on plonge dans l’eau et détend tous les muscles qui existent, même ceux qu’on ne soupçonne pas hors eau, oui oui 🙂 
On peut y rajouter des huiles essentielles pour accélérer un peu le processus de relaxation.
Dans un bain, on peut lire, en apesanteur, faut juste faire attention de ne pas tremper le bouquin. 
Se mettre dans l’ambiance d’un endroit zen, entourée de bougies parfumées
S’endormir et ressortir avec la peau toute fripée hihi
Ou alors tenir compagnie aux petits animaux, communément appelés canards…. ^^

De mon côté, je glisse dans un bain, une fois par semaine, deux parfois, selon l’état physique. Je lis, ou j’écoute de la musique et surtout, j’oublie que j’ai un corps. Je le laisse flotter au milieu de la mousse, je renifle l’odeur de mon Palmolive ambiance zen et je me sens ailleurs.


J’adore l’odeur de cette merveille maxi format. Une douce mousse relaxante à base d’huile essentielle d’Ylang Ylang et de l’extrait d’Iris. Elle embaume tout mon petit chez moi, c’est très agréable. A racheter dès que possible.














Moment douceur en images, allez c’est parti, je vous emmène dans ma salle de bain


Mon portable, mon livre du moment et ma Happy qui vient de manger, d’où le tirage de langue intensif (elle adore le tapis de bain évidemment….)
Poupoupidou wouh ! Les petites baignoires Sephora m’avaient été offertes par le meilleur ami pour Noël. Il avait pris tellement de choses pour me faire plaisir que tout ne rentrait pas dans une seule, d’où le fait que j’en aie 2 ^^.
La 1ère, pour gel douche, shampooing, gommage et la 2ème pour tous les produits bains (vide en ce moment puisqu’il faut que je refasse mon stock. Je les adore et elles sont pratiques
Pratique, le petit collier cervical rempli de petites billes. Je le mets derrière la nuque pour être bien installée et même s’il est mouillé, il ne m’en tient pas rigueur 🙂 Je l’avais eu à Nature et Découvertes
Happy pense qu’elle peut faire comme sur mon lit, me sauter sur le ventre et s’installer de tout son long sur moi, la coquine
Du coup, elle boude et se met au coin 🙂
Et finalement, elle me regarde, l’air de dire « bon alors, tu sors de ton trou rempli d’eau oui ?!!!!! »

Et vous, çà vous tente un bon bain ?
Bien-être et soins

Accepter son corps avec simplicité

Mon blog n’est pas tourné vers la beauté, je pense que cela se remarque au 1er coup d’oeil, cela n’empêche pas que j’ai aussi des petits produits que j’apprécie, des rituels soins, des routines quotidiennes, des gestes que je fais chaque jour pour me sentir bien avec mon corps . On a chacune des choses qui nous font du bien, qui font qu’on se sente bien avec notre corps. 
 
Malgré mon passé anorexique, malgré ce qu’il me fait subir, on pourrait penser que je peux être bourrée de complexes. Ce n’est pas le cas. Plus. Ils se sont envolés, le jour où la fibro a commencé à me faire trop souffrir pour me casser la tête de savoir si ma poitrine était assez grosse, mes cuisses disproportionnées à mes tibias, mes fesses raplaplas, mon ventre pas trop plat, mes pieds de travers. Je n’ai qu’une vie et qu’un corps, aussi compliqué qu’il a à se mouvoir. Mon corps est celui qu’il est (je parle côté esthétique évidemment, pas « technique »), avec ses qualités, ses défauts, ses trucs qui clochent, mais çà fait partie de moi. L’anorexie m’a gâché la vie pendant 13 ans, j’y ai perdu mon adolescence et les plus belles années d’une jeune femme. 
 
A 32 ans, j’ai arrêté de me poser la moindre question, à me fixer dans le miroir à la recherche de la moindre imperfection. Je l’ai vu grossir, changé, se modifier, j’ai gardé des séquelles côté peau et alors…. c’est MON corps, celui que j’ai mis tant de temps à me réapproprier. Moi et lui, on n’est pas copains parce qu’il me fait souffrir, mais il ne m’empêche pas de m’habiller de la façon que je veux sans me poser de questions, ni de me balader en maillot de bain, sans me dire « ouhlala, çà ne fait pas çà, et puis çi et puis regarde mes jambes ». Je suis libre de ce côté là et une fois qu’on y arrive, c’est un poids immense sur les épaules qui disparait. On ne va pas se complexer toute une vie, le corps vieillit, change, on prend des rides, la cellulite s’installe même sur les cuisses les plus fines (oui oui). Tant de choses nous gâchent la vie, alors pas çà… Venant de moi qui ai mis tant de temps à me sortir de l’anorexie, ce que je pense à ce propos est à prendre à double dose…. voire triple…. parce que je ne pensais pas pouvoir un jour dire de telles choses, vue l’image pourrie que le miroir me renvoyait, à cause de l’anorexie. 
 
J’ai un seul complexe, mais parce qu’il me rend aussi douloureuse au-delà du côté physique, c’est une cyphose importante qui fait que je ne peux pas me tenir droite et qui fait ressortir mes omoplates. J’ai eu droit à des « la bossue » ou « tes seins sont de quel côté ? » et je n’aime pas forcément qu’on me voit de profil du coup. Habillée, on ne la voit pas, mais nue, c’est différent… C’est la seule chose que je regarde dorénavant de travers dans le miroir. Davantage un souci pour l’avenir, parce que je risque de finir comme tous les frères et soeurs de mon papa, bossue et rapetissée, si ce n’est pas corrigé. Mais à côté de tout mon corps que je matais à la loupe et tripotait pour sentir le gras (que je n’avais pas…), durant ces 13 années, ces omoplates qui débordent, c’est une broutille. Et je me répète, une liberté d’être soi
 
Bref, le but n’était pas de m’étendre autant sur le sujet, mais de papoter sur ce que je fais au quotidien pour me sentir bien et ces produits qui me sont indispensables (en dehors de gel douche et shampoings évidemment hein ^^) :
 
 
* Tous les matins, après avoir nettoyé mon visage avec un produit Neutrogena qui fait double utilisation (nettoyant et masque), je me mets la crème « Soin de jour » de Nivéa. Je l’utilise depuis un moment, j’aime son odeur discrète et son efficacité (j’ai une peau mixte, assez sensible et la peau très fine qui entraîne beaucoup de sensation de brûlures -une des joies de la fibro-
 
* Un lait corporel que j’utilise tous les soirs après la douche. Peau très sèche, très crocodile, une catastrophe, donc, quelque soit le lait, il faut qu’il soit pour peaux ultra sèches. J’aime changer, en général, j’en possède 2 pour varier les plaisirs côté senteurs, là, il ne me reste plus que celui-là. Les pieds ont aussi droit à un passage en douceur, chaque soir. La marque Scholl est assez efficace, mais je n’aime pas l’odeur et il faut se laver les mains plusieurs fois, pour arriver à se débarrasser de l’odeur de la crème, donc, je retournerai plutôt vers Nivéa ou Neutrogena quand je l’aurai terminé.
 
* Je ne me maquille pas de façon sophistiquée comme vous le savez. Le minimum que je fasse ces derniers temps est de mettre du mascara, soit noir (si je mets un peu de fard à paupières), soit violet foncé si je ne mets aucune autre couleur. Je me démaquille avec un démaquillant pour les yeux de la marque Nivéa que j’ai oublié sur la photo et j’ai beau ne rien mettre sur mon visage côté fond de teint, poudre ou autre, je me démaquille malgré tout le visage. La pollution et le reste sont mieux sur du coton que sur ma peau 🙂
 
* Un stick Mixa dont je ne me sépare jamais, qui me sert plusieurs fois dans la journée, vu l’état de mes lèvres. Je prends toujours Mixa, parce qu’il donne un petit côté brillant que j’apprécie et puis il est nourrissant. Les mains étant dans le même état, la crème est indispensable. Matin et soir au coucher pour bien laisser la peau s’imprégner pendant que je ne me lave pas les mains humhum…. (je n’ai pas de tocs, mais me lave beaucoup trop les mains, dès que je touche quelque chose, du coup, l’assèchement est encore plus rapide, l’hiver, c’est crevasses et saignements)
 
* Pour finir, mon parfum. Je ne sors jamais sans en mettre, j’aime quand on me fait la bise ou un câlin pour les plus proches :-), en me disant « mmhhh tu sens bon ». C’est ma trace, douce, discrète, sucrée. « Amati ».. un parfum trouvé à Leclerc pour 7€…. on me demande souvent si c’est « Amor Amor ». C’est vrai qu’il a la même senteur, mais pas le même prix et j’en suis d’autant plus satisfaite. Bref, je l’adore et sentir les effluves discrètes au cours de la journée font partie de moi. Certaines ne peuvent pas sortir sans être maquillée, moi je ne peux pas sortir sans parfum, c’est mon petit plus à moi. Ma petite trace à mon image, douce et délicate ^^.
 
Voilà, fini la routine soins. Elle ne demande pas beaucoup de temps, je fais çà devant la télé, le soir, c’est un moment douceur pour moi d’un 1/4 d’h à me badigeonner en massant légèrement.
 
Comme vous l’aurez constaté, je privilégie les marques Mixa, Nivéa, Neutrogena, Diadermine et les produits Petits Marseillais pour le lait corporel par exemple, celui dont il faut que je me recharge et le gommage pour le corps. 
 
Des produits à portée de main côté budget, efficaces, aux senteurs très agréables, que demander de plus. Vous l’aurez compris, ma priorité, c’est d’être bien hydratée, de ressentir ma peau toute douce et de sentir bon tout en restant discrète 🙂
 
Bonne nuit et bon courage pour le début de la semaine. Gros bisous à toutes
Bien-être et soins

Moi et la manucure….

Mes ongles et moi, c’est une grande histoire… Je les ai rongé jusqu’à… heu… l’âge de… 32 ans ?? (en sachant que j’en ai 34, je vous laisse imaginer le désastre que çà a pu avoir sur l’état de mes pauvres ongles…) La 1ère chose qu’on voit de mes mains, ce sont eux, évidemment. « Oh, comme ils sont petits !!!!! », « Oh, tu n’as presque pas d’ongles !!! » Déjà, je réponds que tout ce qui est petit, est mignon, na ! Et ensuite, je dis qu’on n’est pas toutes faites pareilles et qu’heureusement qu’on n’a pas toutes les mêmes ongles re-na ! Bon, en fait, je rêve évidemment d’avoir de beaux ongles, bien longs, bien « dessinés » que je pourrais peinturlurer comme je voudrais, parce que tout m’irait… ce qui n’est pas le cas… Les couleurs trop foncées me donnent des mains de gamine de 9 ans qui aurait piqué le vernis à ongles de sa maman. Les couleurs trop claires, c’est bien, çà fait propre, on peut même déborder un peu, on le voit moins… (ben quoi, j’essaie de trouver des points positifs !), mais ce n’est pas ce que je préfère, alors j’essaie l’entre deux.

Hier, j’ai voulu faire ma mini manucure, pendant l’hebdo de « Secret Story » (faut pas me demander comment j’ai plongé dedans. Au début, c’était pour me sentir plus intelligente et me valoriser… Hann que je suis mauvaise langue…. ou pas… :-p) Maintenant, je ne peux pas frapper dans mes mains pour faire bravo, par contre, j’ai le réflexe de dire « ouiiiiiiii !!!!!! » Halala, quand la Nadègeuuu déteint, c’est pas beau à voir 🙂 

Donc, pour en revenir à nos moutons à mes ongles, je mets ma base transparente qui sèche vite, mais qu’il faudra que je change parce qu’elle commence à faire des fils, signe qu’elle n’est plus très en forme, la pauvrette.

Je choisis un genre de rose-violet, ni trop clair, ni trop foncé. Je pose la 1ère couche. Je souffle dessus (non je n’ai toujours pas investi dans le Topcoat, je ne sais pas pourquoi, vue ma grande patience (j’en ai pour beaucoup de choses, mais pas pour le vernis apparemment…), je trouve le temps long et décide de mettre la 2ème couche, dès que çà me semble sec, autant dire pas longtemps après humhum. Je ressouffle comme une folle pffft pfffttt… J’admire le résultat plutôt contente, il me semblait que c’était sec… Je me couche, satisfaite d’avoir fait la corvée manucure, je lis et m’endors avec Happy au creux de mon bras. Ce matin, je me lève et m’aperçois que j’ai la trace de la couverture sur mes ongles arggghhhhhhhhh !!!!!! 

J’ai donc créé un nouveau style de nail art. Un peu pigmenté, « bulleux », « poitilleux », « granuleux »… C’est original, mais pour rester chez soi et en étant célibataire :-p 

Moralité : « Petite Delph, aie de la patience quand tu fais le peu d’ongles que tu as sur les mains, pitié !!! ou achète au plus vite un Topcoat qui te permettra de ne pas faire d’aussi beaux dessins dessus 😀 Ou alors plus radical, mets juste la base transparente qui donnera un ptit effet brillant seulement »… C’est dur d’être une nana quand même….. ^-^

C’était l’article légèreté du jour… le prochain sera moins rose, c’est le cas de le dire…

Allez, je vous montre le résultat quand même, suis gentille, je partage mes découvertes artistiques. J’ai un copyright dessus par contre, interdiction de reproduire hihi :-p Je vous laisse avec mon art très très très personnel…., j’ai un coup de dissolvant à passer….. bon samedi à toutes 🙂



Bien-être et soins

Evasion spirituelle et repli sur soi

Musique idéale pour la relaxation… on ferme les yeux, on essaie de n’écouter que la musique en faisant abstraction du reste et on se laisse porter… zen…


Parfois, j’ai des besoins d’évasion. Régulièrement, je dis que j’aimerais partir sur une île déserte, pour rire. Enfin, pour rire, façon de parler…. sauf que le besoin réel n’est pas une île, mais plutôt un endroit rempli de spiritualité, où je ne ferais qu’une avec la nature, pour retrouver cet équilibre intérieur qui me manque. Isolée de tout et tout le monde, se replier sur soi, non pas se mettre dans une bulle, comme je le fais souvent, parce que je vais mal. Non, un repli sur soi, pour se retrouver soi-même. Nettoyer l’esprit, l’âme et se réconcilier avec soi-même déjà. Je me sens bien au milieu de la nature, avant, je partais en rando dans les collines, je respirais bien fort les odeurs, regardaient autour de moi comme si je venais de naître et comme si je voyais un arbre pour la 1ère fois de ma vie. S’extasier du moindre brin d’herbe, de la ptite feuille qui dépasse, toucher, ressentir. C’était mon évasion d’avant. Quand j’étais chez mes parents encore, on partait dans les Vosges pour la journée, en rando. On grimpait, le coeur battait à tout rompre, les jambes avaient du boulot, chaque pas était un pas vers la liberté et la sensation d’être seule dans ce monde là, uniquement en adéquation avec ce qui nous entoure de naturel. Et une fois arrivée au sommet, je respirais fort pour me « nettoyer ». Et le lendemain, courbaturée, je savais pourquoi j’avais mal. Maintenant, je me lève, sans parvenir à faire certains gestes, très douloureuse sans vraiment comprendre ce que j’ai fait comme mauvais mouvements qui auraient pu entraîner ces courbatures là.


Je n’ai pas pu remonter là-haut depuis que je suis fibro. Les collines, j’y ai été de plus en plus rarement jusqu’à ne plus pouvoir m’aventurer. Et çà me manque. On dit parfois qu’on n’a pas le choix, qu’il faut accepter, trouver autre chose. Mais il y a des choses qu’on ne pourra jamais remplacer. Je ne pourrai sans doute plus jamais tenir ma flûte traversière non plus et monter tout là-haut, ce serait un défi-fibro qui pourrait me mettre en danger, parce que s’il arrive quoique se soit, on n’a pas d’autre choix que de redescendre. Je n’ai pas perdu les odeurs, ni les couleurs, ni la sensation alors je fais avec çà, mais ce n’est pas suffisant. Je n’ai pas le choix. Je vis dans l’espoir qu’un jour çà aille tellement mieux que je pourrai de nouveau cavaler, mais….. Parfois, c’est un manque presque vital, je me sens étouffer en moi de ne plus pouvoir avoir cette liberté là que mes jambes ne me portent plus assez pour faire de tels chemins. 


Il y a environ 1 an et demi, j’ai découvert le Reiki, j’en parlerai davantage dans un autre article, parce qu’il fait désormais partie de moi, quelque part… En même temps, j’ai donc rencontré le praticien qui est devenu Maître Reiki entretemps. Un homme au regard sur la vie d’une sérénité pas possible… Régulièrement, il propose des initiations. Un peu comme un cours de secourisme, sauf que là, c’est au secours de l’âme et du corps qu’on vient en aide. Le stage payant se déroulait sur tout un week-end. 15h passées dans un groupe, toutes là avec des difficultés côté santé. Des personnes à la recherche d’un mieux-être pour elles-mêmes mais surtout pour donner aux autres, parce que le Reiki est un échange, une transmission d’énergie. Il m’avait donc contactée en m’expliquant qu’à chaque session, il offrait l’initiation à quelqu’un et j’en ai bénéficié. J’ai été beaucoup touchée, parce que çà voulait dire qu’il me sentait capable de donner aux autres, qu’il sentait en moi cette énergie que je pourrais transmettre. On a appris à poser nos mains sur des zones bien précises. On a reçu l’initiation qui se fait en 4 fois. J’ai donc le 1er degré de Reiki, ce qui veut dire que je suis apte à donner des soins aux autres. Mais mon corps en a décidé autrement, je n’ai pas pu encore pratiquer. Ma mobilité ou plutôt son manque, m’empêche de tenir les positions et la personne que je toucherais pourrait ressentir quelque chose. Il faut être bien ancrée au sol quand on le fait, être calme et sereine et se dégager soi-même des idées négatives, pour ne laisser que passer le positif et l’énergie. Dit comme çà, c’est un peu spécial. Comme j’ai dit plus haut, je ferai un autre article. Je ferme donc cette parenthèse.


C’est une philosophie de vie qui ressemble au bouddhisme. On apprend à méditer, à se recentrer, à laisser défiler les mauvaises pensées devant soi, en se concentrant sur un point bien précis de notre corps. Après un soin, on ressent un apaisement total. J’ai ressenti que j’avais besoin de quelque chose pour me ressourcer et je l’ai trouvé, même si je ne peux pas pratiquer ni sur  moi ni sur les autres. Même si vendredi prochain, je vais tenter d’y aller, parce qu’on a des séances tous les 15 jours.

Et parfois, au milieu de tout cela, j’aurais envie de partir loin, dans un endroit chargé de spiritualité, au Tibet, par exemple qui est un de mes rêves. Reprendre ma place au sein de mon propre esprit et de mon corps. Relier l’un à l’autre, pour les réunir à nouveau. Loin de tout et surtout de ce qui peut ronger au quotidien. Faire une retraite spirituelle. Vivre juste pour soi, le temps de récupérer des forces et de l’énergie et voir la vie sous un autre angle.

Je cherche ma liberté à un point terrible. J’ai la sensation d’être prisonnière de tout, je suis sans arrêt en train de me dire qu’il y a tellement pire dans la vie, mais çà ne me soulage plus comme avant et je ne parviens plus à relativiser. Depuis un mois que tout cela dégénère, je me demande jusqu’où je peux aller dans cette dégradation. J’ai perdu ma mobilité au début de la fibro, l’ai retrouvé avec des mois de rééducation, l’ai reperdu, retrouvé, et reperdu depuis ce fameux mois passé, il faut que je recommence la rééducation, j’en ai pour au moins 3 mois de nouveau, et si un jour je ne la retrouvais pas, parce que mon corps est trop épuisé et que mon cerveau envoie encore davantage de mauvaises infos à mon corps. Il y a la peur de l’avenir et du « comment je vais faire pour réaliser telle chose ». Il m’arrive d’avoir du mal à m’essuyer après avoir été aux toilettes, parce que je ne peux pas me tourner comme il le faudrait, j’en pleure parfois, je persiste jusqu’à y arriver, mais quand je vais dans la salle de bain pour me laver les mains, je me regarde dans le miroir, je me dis « mais jusqu’où tu vas aller…. » et je ne me reconnais pas. Le corps et l’esprit sont détachés. Et le Reiki était destiné à me les rattacher. J’ai contacté un peu désespérée C. qui m’a initiée et qui anime les séances. Il a essayé de me rassurer à sa façon, de me dire qu’il était là, si j’avais besoin d’un soin, mais c’est un échange et si j’ai arrêté, c’est parce que justement je pouvais recevoir sans doute, mais ne plus donner et çà ne correspond ni à ma façon d’être en général et encore moins que cette philosophie là est entrée dans ma vie.

Etre libre…… Se sentir exister autrement qu’à travers des chaînes qui nous paraissent incassables…. Se sentir vivre sans se sentir oppressée constamment… Vivre sereinement et apprendre à ne pas souffrir de tout…. C’est ma quête perpétuelle et spirituelle à ma façon… Pour vivre mieux et pour vivre tout court finalement…



Bien-être et soins

Mes yeux vêtus de mauve

J’ai beaucoup de vêtements qui tournent autour des teintes mauves, violet clair, pastel et tous ses dégradés. Du coup, pour tenter de me changer les idées, entre 2 nausées à cause des médicaments, je me suis décidée à sortir tout mon barda, pour essayer de faire quelque chose de mes yeux. Enfin mon oeil, pour les raisons liées à mon article précédent hum….. C’est un peu brouillon, la droitière que je suis, se débrouille comme un manche avec sa main gauche et c’était surtout un test, en gros, histoire de m’amuser un peu.

Comme j’avais dit dans l’autre article, je ne mets pas de fond de teint. Par contre, exceptionnellement, vue la grande forme du moment, j’ai camouflé mes cernes beaucoup trop visibles, à l’aide d’un correcteur et-un- je-ne-sais-pas-quoi-d’autre :-s que j’avais acheté chez Sephora, il y a un ptit moment. Il a un stick d’un côté et un léger feutre, de l’autre côté, pour camoufler les légères imperfections. Il est pratique, rien à dire, mais j’ai beaucoup de mal avec ce genre de textures. Là, c’était pour les photos, mais je n’en mets jamais, en général.

Après j’ai fait un dégradé mauve, donc, en commençant du plus clair au plus plus foncé (3 teintes utilisées), j’ai flouté légèrement jusqu’aux sourcils et mis une couleur plus claire dans le coin externe pour apporter un peu de lumière au regard. Et mis le fameux trait au ras des cils (que j’ai raté et rendu catastrophique, mais comme dit, c’était un test… y a du boulot… mais j’y arriverai un jour :-s ^-^). Du mascara et un peu de blush un peu brillant et voilà.

J’ai pris les photos en fin de journée, la prochaine fois, il faudrait que je le fasse quand la lumière du jour est un peu meilleure.

~~~~Happy était à côté de moi, avec tout mon bazar et elle trouvait le temps long, pour que je lui fasse un câlin, parce que j’étais trop longue pour prendre les photos. Du coup, pour lui montrer que je ne l’oubliais pas et qu’il ne fallait pas être jalouse que je ne me prenne que moi en photo, elle a voulu taper un peu la pose aussi 🙂 Bon après, elle a décidé de faire sa toilette et a lâché sa carrière de mannequin pftt… 🙂 Ma ptite compagne de route <3~~~~

Bien-être et soins

Je prends mon pied !


On ne s’imagine pas n’importe quoi s’il vous plait, hein, avec un titre pareil ! ^-^

J’avais envie de rendre hommage à nos pieds, on a tendance à les oublier l’hiver et quand il faut les ressortir pour les glisser dans de jolies petites tongs ou des chaussures ouvertes, l’été, on hurle « oh mon Dieu, mes piedsssssss, au secoursssss, ils sont affreuxxx c’est terriblleeeee !!! »

J’ai déjà dit que j’étais une jeune femme super sèche lol Pas de caractère, mais de peau :-p. Je suis une horreur ambulante, de la tête aux pieds, c’est le cas de le dire. Pour le corps, j’utilise des laits corporels ultra hydratants que je mets tous les jours, sinon je ressemble à une vieille peau de croco abandonnée en plein désert :-s et moi qui adore les peaux douces, et ben c’est raté du coup pfiou ! Mon visage est plutôt mixte, mais l’hiver, ma peau tiraille malgré tout, mais avec une crème, j’arrive à régulariser tout cela ^^. Par contre, les pieds dans tout cela, aïe aïe aïe…. J’avoue que je n’ai pas toujours ni le courage, ni l’envie de m’en occuper, puis de toute façon, ils sont enfermés dans des chaussettes super chaudes, dans des chaussures fermées. Personne ne les voit si et puis si on vit avec quelqu’un, on peut toujours les camoufler sous la couette non ?? Nannnn.., çà fonctionne de paire avec l’épilation, pas un poil. D’hiver comme d’été. Un petit passage de lait corporel après la douche, après m’être badigeonné le corps et voilà. Le week-end, un petit soin exfoliant et c’est tout. Je mets toujours du vernis par contre, hiver comme été.

Je les vois souvent souffrir, ils sont très secs, se gercent, se crevassent et cet hiver, j’ai eu pitié d’eux, un peu davantage, les pauvres snif… Avec la fibro, ma peau a changée, elle s’est affinée et est devenue du coup encore plus sèche et brûle comme si je m’étais mise en plein soleil et les pieds, même si je suis plus souvent assise que debout, cette sensation de feu est terrible quelque soit la position. Alors, le soir, j’ai mon ptit rituel-détente « pieds ».

Deux fois par semaine, je passe une pierre ponce, celle qui existe depuis la nuit des temps, je pense, que j’ai toujours vue dans la salle de bains de mes parents. J’ai acheté un « grattoir » de la marque Scholl, plus pratique à tenir et j’ai l’impression que çà supprime mieux les peaux mortes aussi. Et une fois par semaine, je fais un gommage avec un petit tube à la lavande que j’avais eu à Yves Rocher je crois. Un peu granuleux, comme un exfoliant pour le corps. L’été, le gommage, c’est à la plage que je le fais, avec le sable.

Après le gommage « manuel » ou avec le produit exfoliant, j’alterne les crèmes. Les plus grasses, en bonne couche, je prends un peu le temps de masser, par la même occasion pour me faire pardonner de les avoir torturer durant la journée ^^. Le 1er jour, je prends de la crème Nivéa simple. Le 2nd jour, du beurre de karité (rien de mieux finalement). Le 3ème jour, la crème réparatrice de Scholl qui va avec la gamme duo « gommage + crème ».

Petites images pour illustrer ce que je raconte :
Je gomme, j’exfolie. Pas tous les jours, parce que j’ai l’impression que plus on le fait, plus les callosités reviennent plus vite et plus dures encore. 2x dans la semaine pour ne pas les agresser non plus, mes petits petons 🙂

Je mets de bonnes couches de crèmes de ce genre (on voit à quel  point le tube de gauche a souffert, utilisé, réutilisé, il n’en reste plus, alors pour tenter autre chose, j’ai pris une crème réparatrice avec une douce odeur, à Monoprix. Tout aussi efficace. Sinon comme je disais, j’alterne avec la crème Nivea et le beurre de Karité. Puis j’enfile une paire de chaussettes pour bien laisser la crème pénétrer et bien hydrater mes ptits z’orteils. Chaque soir, parce qu’ils se déshydratent vite.


                                                                                    


Et voilà les résultats. Des petits pieds dont il faut sans cesse prendre soin, sinon, les talons reviennent vite rugueux, mais çà ne demande pas beaucoup plus de temps qu’un autre soin finalement. 

  • Et en plus, le massage apaise et détend selon les zones où on appuie. On les oublie souvent nos pieds et pourtant, non seulement, ils nous permettent de nous tenir, mais en plus, ils possèdent beaucoup de points de réflexologie plantaire, reliés à nos organes. Double raison pour en prendre soin 🙂

Bien-être et soins

1ers résultats du défi-fibro 2

J’ai commencé par l’une des propositions d’Alison, celle où elle utilisait les fards à paupières dans les tons bruns. La combinaison est vraiment bien choisie, j’aime ce côté brillant, dégradé et puis ce fameux petit trait au ras des cils. J’y ai mis toutes mes capacités en pensant à Alison (encore une histoire de partage plein de douceur et de sensibilité ;-)), et cela m’a fait oublier la douleur et le manque de mobilité (foutues névralgies qui semi-paralysent mon bras droit et rétractent ma main droite. Tout a été fait avec la main gauche du coup, manque de pot, je suis droitière :-s…) Désolée ma belle si le résultat n’est pas optimum, en tout cas, ce sera mon maquillage de mardi quand je reprendrai la direction de la formation. C’est naturel, mes yeux bleus ressortent au milieu des teintes brunes et j’adore 🙂
Quelques photos pour montrer ce que j’ai pu faire :
blog2
Je pense que j’ai un peu mis trop de blush et pas assez de mascara hum…
blog3 
blog5
Mon appareil photo fait de jolies photos de paysages, mais pour me prendre sous la bonne lumière, c’était pas gagné, on voit mieux le résultat en vrai, du coup, j’ai essayé un peu différentes luminosités et pièces…
blog
blog6
Un petit vernis vert pastel sur ma fameuse main droite. Tout un art pour faire l’autre main, je ne dirai pas comment j’ai fait pour tenir le pinceau… 
J’ai mis de la BB Cream (oui çà y est j’en ai enfinnnnn !!!! :-)). Utilisé le blush le plus clair que j’avais. Mis le semblant de léger gloss  sur mes lèvres.
Pour les yeux, en photos tout aussi tops humhum… Pour les pinceaux, j’ai plus de facilités à utiliser tout ce qui est assez petit, j’ai trouvé un petit pinceau plat assez petit et il est bien pour déposer les fards. Pour estomper je me suis débrouillée avec le pinceau conseillé par Alison.
P5271335
Je n’ai pas mis la photo à l’envers (décidemment mes photos sont nulles ce soir..), j’ai en fait installé la palette de cette façon pour me souvenir dorénavant que la couleur la plus claire va toujours dans le coin externe et qu’on remonte ainsi de suite (je commence toujours par l’oeil gauche, d’où ce mémo)
P5271338
J’ai donc appliqué les fards de cette façon puis légèrement estompé. Et j’ai rajouté le fard n°3 au ras des cils, avec un mini pinceau humidifié, avec le coude gauche posé sur la table pour plus de stabilité.
Et voilà le résultat de la 1ère partie défi-fibro-make up. Un peu déçue de ne pas pouvoir montrer mieux le rendu. 
Prochain essai, le côté nude avec des teintes mauves 🙂
Merci ma jolie pour ton aide, tu m’as donné envie d’essayer de nouvelles couleurs, montrer des gestes que je ne savais pas faire et çà me touche beaucoup que tu te sois donné autant de mal… d’où le fait que çà m’ait touchée davantage et que j’ai fait le maximum pour être encore plus à la hauteur de ton aide… C’est évidemment valable pour Marine, Alice, Juliette. Vos conseils se rapprochent beaucoup, ce qui m’a aidée aussi à avoir une certaine stabilité dans ce que je faisais.
Plein de gros bisouss
Bien-être et soins

Défi-fibro 2 : mettre un visage en valeur (2)

Coucou les filles !
Voiçi donc, comme prévu, pour celles qui ont envie de participer à ce drôle de défi que j’ai présenté tout à l’heure :-), le maquillage que j’ai (il faudra sûrement en rajouter pour bien faire, mais je compte sur vous pour me guider aussi pour çà 😉 Tout ce que je ne veux pas, c’est du fond de teint, par contre. Je ne supporte pas la texture et çà me gêne toute la journée, parce que j’ai tendance à souvent toucher mon visage et je risque de me retrouver avec des traces disgracieuses. Je mets de la poudre libre de temps en temps. 
N’ayez pas peur en voyant ma grande richesse de produits de maquillage hein ?! :-s Heureusement qu’il y a ma ptite palette de Sephora, offerte par ma meilleure amie pour mon anniv, qui relève le niveau… 
pizap
Pinceaux, poudre libre, mascaras, rouges à lèvres et « pseudo gloss », la ptite palette de tons mauves / violets que j’utilise au quotidien en variant les couleurs selon mon humeur (claires quand je ne veux pas qu’on me remarque trop, plus foncées quand je suis plus en confiance
pizap
J’utilise davantage les applicateurs fournis avec les fards à paupières, j’ai vu que les pinceaux étaient plus efficaces. Pareil, je vous fais confiance pour me conseiller sur les pinceaux que j’ai au-dessus ou qu’il faudrait que j’achète, pour faire les choses en règle hihi
Cà va, vous n’êtes pas encore trop traumatisées par un tel matériel rudimentaire ?? Vous êtes toujours là ?? ^^
pizap
Et voilà le pire… mon visage…, celui qui a tant souffert de remarques désobligeantes et dont je n’ai jamais été réparée, qui me fait perdre tous mes moyens tant je manque de confiance face aux autres, à cause de lui… Beaucoup de mal à me trouver jolie. Sur chaque photo que j’ai mises, que ce soit sur celles-çi ou les suivantes, je ne porte qu’un léger mascara, un baume à lèvres parce qu’elles sont très gercées, mais autrement, je suis « nue » et pure lol. Avec une paupière mobile qu’on ne voit pas beaucoup quand j’ai les yeux ouverts finalement….
J’ai un khôl qui faisait triste mine, je ne l’ai donc pas mis, mais de toute façon, pour moi, il n’est pas pratique d’utilisation. Je pense qu’en feutre, c’est peut-être plus conseillé ?
  
pizap
Pareil, juste un peu de mascara et de baume à lèvres. Sur la photo de droite, je n’ai absolument rien du tout par contre.
Sur toutes les photos, ma peau est simplement hydratée avec ma crème de jour habituelle.








P5211211
Ma petite boîte à fards de chez Sephora, d’un peu plus près 😉

Vous me direz s’il vous manque des éléments ou si les photos ne sont pas assez visibles pour voir de plus près les détails de mon visage ? Je suis contente que vous ayez répondu présentes pour ce défi. Vous êtes adorables, les filles 🙂 Continuez surtout à prendre autant soin de vous, à découvrir de nouveaux produits. C’est vraiment ce qu’on appelle être une femme et vous pouvez être fières de celles que vous êtes.
Merci pour votre aide si précieuse 🙂
Bien-être et soins

Défi-fibro 2 : mettre un visage en valeur (1)

 
Régulièrement, dans le cadre du combat contre la fibromyalgie, je lance des défis. Ils me sont personnels, en fonction de ce que j’aime, j’ai remarqué surtout sur facebook, en parlant de ce que je fais, que çà motivait les personnes à suivre un peu, en se lançant elles-mêmes des défis, chacune avec ses capacités, ses envies et ses passions. Et que surtout parfois, cela donnait espoir qu’on puisse encore réaliser certains « exploits » qui avant la maladie, faisait partie de nous de façon intégrante et qui sont devenus « accessoires » maintenant. Mon plus gros défi, est de terminer ma formation puis de trouver un emploi à temps partiel. C’est important d’avoir des buts à vouloir atteindre, des projets, des astuces qui font qu’on peut se sentir mieux, parce qu’on a réussi quelque chose qui nous sort de l’ordinaire et qu’on a réussi à réaliser malgré la douleur. En général, pour ma part, c’est une randonnée dans les collines, chose pas forcément évidente quand on a des soucis pour marcher un moment… Rouler un peu en roller… Rester une après-midi à la plage… Aller faire du shopping sans perdre son corps entre 2 magasins… Faire des arts créatifs en utilisant même mon bras qui ne fonctionne pas bien… Des choses qui dans le quotidien ne nous sont pas toujours accessibles et relèvent du défi, d’où le nom que j’ai donné à ce genre de moments.. Les défis-fibros.
Le défi n°1 dont j’ai parlé ici, a été mon baptême en parapente. Chaque défi remporté est un pas contre la maladie, une façon de lui signaler qu’elle n’aura pas toute notre vie et ne nous volera pas les instants de bonheur qui font qu’on est « nous » avant d’être des jeunes femmes cassées et nous permettre de vivre le temps d’une après-midi, comme avant qu’elle nous empoisonne la vie. Et j’ai l’espoir secret que plus les défis sont relevés, plus l’espoir d’apprendre à vivre avec, sera plus simple aussi et qu’on vivra mieux le fait qu’elle soit présente dans nos muscles, nos tendons et nos articulations. 
Pour le défi n°2, il s’agit d’avoir une belle image de soi (quand on a mal, on n’a pas forcément envie de prendre soin de notre corps, enfin, c’est le cas pour moi, je fais le principal, mais certains gestes étant difficiles, je me maquille vite fait bien fait, juste pour être présentable. Un peu de fard à paupières, du mascara et me voilà finie… C’est en parlant avec Marine, que j’ai eu l’idée de ce défi-fibro un peu particulier. Je lui ai expliqué que çà faisait du bien d’avoir des jeunes femmes comme elle, qui donnent des conseils, qui font des tutos, qui donnent l’envie de se dire « et si je faisais pareil, elle donne envie, avec tous ses produits et sa façon d’être pleine de vie, toute jolie ! » Et il y a certaines autres jeunes femmes qui me font le même effet positif. Ex-anorexique, j’ai eu une très mauvaise image de moi pendant plus de 13 ans finalement, me voyant énorme, voulant disparaître à tout prix, puis la fibro est venue s’installer et je n’ai pas vraiment eu le temps d’apprécier mon corps… et pourtant, je pense qu’une bonne image de nous, peut bizarrement accepter que notre corps soit douloureux, d’où l’intérêt de le chouchouter, de l’embellir… 
Pour réaliser ce défi, j’ai besoin de vous. Je vais le proposer à celles que je suis depuis quelques temps, dans la rubrique beauté, dont j’apprécie ce qu’elles proposent. Mais tout le monde peut participer si vous avez envie de le faire. Plus vous serez présentes à jouer avec mon visage et mieux ce sera 🙂 Je mettrai en photo les produits dont je dispose (n’étant pas addict à la beauté, je n’ai pas un grand éventail de produits par contre). Je vous mettrai aussi une photo de moi, le but étant de me proposer un maquillage, qui soit adapté à mes capacités : je ne peux pas garder le bras trop levé, j’ai donc besoin de quelque chose d’assez rapide, j’ai une mauvaise mobilité donc tout ce qui est crayon sera sans doute difficile à appliquer, sauf si vous avez des astuces à me proposer 😉 Une sorte de leçon de maquillage à distance en me disant ce que vous mettriez sur mon visage et en me conseillant un maquillage qui me mettrait en valeur. A me proposer des pinceaux, des produits, des crayons qui pourraient me faciliter ce ravalement de façade qui semble si simple pour vous et qui est si compliqué pour moi, à beaucoup de niveaux :-).
Vous êtes partantes pour me suivre dans ce défi-fibro ? Ce n’est pas un concours, il n’y a rien à gagner, juste le fait de sentir peut-être qu’on peut aider tout le monde à se sentir bien dans sa peau à travers ce que vous dégager, en donnant des conseils que je sais précieux de votre part. Une certaine reconnaissance de ce que vous réalisez à travers vos blogs aussi et du travail que vous mettez en place, à travers des photos, des tutos écrits ou vidéos, pour partager votre passion, qui pour d’autres dont moi, est beaucoup plus compliqué, par manque de savoir-faire ou par difficultés physiques. 
Vous me tenez au courant pour celles qui sont intéressées de cette grande aventure avec moi ?? Je vous embrasse toutes bien fort, que vous soyez maquilleuses, rigolotes dans vos écrits, passionnés dans certains domaines, je suis contente d’apprendre à vous connaître de jour en jour. J’ai fait de belles « rencontres » et je vous en remercie.